A côté des blockbusters habituels, 2019 aura été l’occasion de mettre la main également sur quelques jolies perles indépendantes. Petit tour d’horizon des titres à côté desquels vous êtes sans doute passés sans même jeter un regard en 2019… 

God’s Trigger (Xbox One, PS4, PC)

S’inspirant ouvertement d’Hotline Miami, God’s Trigger s’impose comme un excellent shoot en vue top-down, qui parvient à se distinguer de son modèle par sa profondeur de jeu. Car ici, il ne sera pas juste question de massacrer des hordes d’adversaires à coups de shotgun. Le jeu édité par Techland mélange brillamment les genres, en proposant des séquences de gunfights musclées, quelques énigmes, un peu d’infiltration et des combats de boss qui s’inspirent cette fois des fameux “bullet hell shooters” à la Cave. Un cocktail explosif qui révèle tout son potentiel en coop’ en local. Dans God’s Trigger, le joueur a également le choix de l’approche. Il pourra préférer la furtivité à la confrontation, ou au contraire favoriser des stratégies plus complexes. Une chose est sûre : le titre édité par Techland est une très bonne surprise, malgré des graphismes moyennement convaincants. Pour moins de 15€, vous passerez assurément un très bon moment! Lire notre test complet.

Pawarumi (Xbox One, PS4, PC, Switch)

Pas du tout attendu au tournant, Pawarumi crée la surprise avec son concept hérité d’Ikaruga. Shoot them up brillant, le jeu du studio bordelais Manufacture 43 est une excellente surprise. Loin de se contenter de recopier le principe de son modèle, Pawarumi parvient à développer son propre univers et propose une expérience de jeu totalement atypique avec son système de transformation de vaisseau et de combo. Très nerveux, le jeu de Manufacture 43 est également fun et suffisamment technique pour séduire les amateurs du genre, décidément gâtés ces derniers temps sur Switch, entre la sortie de ce titre et de Raiden V et Caladrius. Lire notre test complet. 

Blazing Chrome (Xbox One, PS4, PC, Switch)

Sorti de nulle part, Blazing Chrome est très clairement l’une des bonnes surprises de ce mois de juillet 2019. Malgré ses visuels un peu simplistes, le titre des Brésiliens de JoyMasher parvient à faire mouche avec son gameplay délicieusement hardcore directement inspiré de Contra. Très proche de son modèle, Blazing Chrome est un titre littéralement jouissif, qui se joue seul ou à deux, en coop. Délicieusement rétro, le titre signe un vibrant hommage à la série de Konami et devrait logiquement plaire aux fans de la série. Seul petit bémol : il faudra composer avec une durée de vie assez courte, n’excédant pas l’heure de jeu en facile, avec des continues en illimité. Lire notre test complet.

A Plague Tale (Xbox One, PS4, PC)

Avec A Plague Tale : Innocence, le studio de développement français Asobo nous livre l’une des meilleures surprises de ce début d’année 2019. A mi-chemin entre le jeu d’infiltration et le titre narratif purement contemplatif, le jeu d’Asobo propose un cocktail de genres atypique et nous fait explorer une partie de l’Histoire méconnue de la France médiévale. Avec ses personnages attachants, son univers sombre, son ton mature et ses mécanismes de jeu surprenants, le titre d’Asobo ne devrait avoir aucune difficulté à séduire les joueurs les plus blasés. On lui regrettera toutefois son budget limité et son système de progression très dirigiste, qui ne donne pas suffisamment de liberté au joueur. Passer à côté sans y prêter attention serait toutefois une grossière erreur tant le titre d’Asobo a d’atouts pour séduire… Lire notre test complet.

Vigor (Xbox One)

Unique en son genre, Vigor est un jeu de survie en multijoueur au concept très séduisant qui propose d’explorer les superbes paysages de la Norvège en quête de loot. Si les affrontements entre joueurs font partie intégrante de l’expérience, ils ne sont pas une finalité en soi puisque le concept du jeu repose principalement sur le loot. En récupérant des matières premières, le joueur pourra améliorer son camp de base, avant de repartir en mission. Chaque séance de jeu est radicalement différente de la précédente et c’est ce qui fait tout le charme de Vigor, qui est beaucoup plus riche et profond que la plupart des TPS multijoueurs. Si tout le monde n’accrochera pas au concept très particulier du jeu, difficile de ne pas reconnaître l’énorme talent des développeurs de Bohemia Interactive, qui nous livre un jeu visuellement superbe et à la direction artistique très soignée. Entièrement free-to-play, le jeu de Bohemia Interactive est incontestablement l’une des bonnes surprises de la rentrée, malgré son contenu relativement léger pour le moment… Lire notre test complet.

Cadence of Hyrule (Switch)

Avec son esthétique charmante, ses musiques entrainantes et son gameplay accessible, Cadence of Hyrule mélange à merveille les codes de Zelda avec la dimension rogue-lite de Crypt of the NecroDancer, la frustration en moins. Plutôt facile et assez court, il offre un petit vent de fraicheur bienvenu, se prêtant aussi bien à de courtes sessions de jeu qu’à une consommation frénétique. Un joli petit en-cas en attendant le prochain Zelda traditionnel sur Switch. Lire notre test complet.

Avicii Invector (Xbox One, PS4, PC, Switch)

Un an après le décès du DJ suédois, Hello There Games rend un vibrant hommage à l’oeuvre d’Avicii, avec un jeu de course rythmique terriblement fun, idéal pour animer des soirées entre amis avec son mode multijoueurs en split-screen. Sa playlist de 25 titres vous fera redécouvrir la formidable ascension de l’artiste de façon ludique, en tapant en rythme sur les boutons qui s’affichent à l’écran. Le concept, directement hérité d’un Guitar Hero, fonctionne à merveille malgré la simplicité des commandes. Si on lui reprochera sa trop grande accessibilité, Avicii Invector n’en reste pas moins un jeu rythmique terriblement efficace, beau et généreux en contenu avec ses 25 morceaux légendaires, son mode multi en ligne et son multijoueurs en écran partagé. A 19,99€, il s’agit incontestablement d’une très bonne affaire, et d’une très belle façon pour les fans du DJ de saluer une dernière fois ce très grand homme. Lire notre test complet.

Disco Elysium (PC)

Reprenant le concept de jeux de rôle au pied de la lettre, tel que se joue ce type de jeu sur table, le titre de ZA/UM séduira les amateurs du genre de par son originalité et sa richesse. Disco Elysium n’est pas un RPG dans le sens traditionnel du terme. Ici, la plupart des interactions se font par le biais de commentaires et répliques, qu’il faudra habilement choisir. De la psychologie de son héros à ses mécanismes de jeu atypiques en passant par son univers charmant, Disco Elysium est une excellente surprise, malgré un gameplay qui reste très contemplatif. On notera toutefois un prérequis majeur pour se lancer dans l’aventure : il faudra en effet parfaitement maîtriser l’anglais pour progresser dans l’aventure puisqu’aucune traduction n’est au programme. Lire notre test complet.

Trine 4 (Xbox One, PS4, PC, Switch)

Reprenant pratiquement à l’identique la recette des deux premiers volets, Trine 4 : The Nightmare Prince parviendra à séduire les joueurs avec son univers enchanteur et son gameplay coopératif. Les fans des précédents opus lui reprocheront sans doute sa trop grande accessibilité et un manque relatif de nouveautés. C’est un fait toutefois : la formule fonctionne toujours aussi bien et les développeurs de Fronzebyte maîtrisent désormais parfaitement leur level-design. Parcourir le jeu à 4 est un véritable délice. Vendu sous la barre des 30€, Trine 4 : The Nightmare Prince a pourtant tout d’un très grand jeu avec sa direction artistique superbe, son rythme parfaitement maîtrisé et sa réalisation soignée. Si vous cherchez un jeu à parcourir entre amis, foncez, vous ne le regretterez absolument pas. Lire notre test complet.

Remnant (Xbox One, PS4, PC)

Sorti de nulle part, Remnant : from the Ashes est l’une des bonnes surprises de cette rentrée 2019-2020. Le nouveau jeu de Gunfire Games (DarkSiders 3) a beau s’inspirer ouvertement de Dark Souls, il parvient à développer son propre univers et surtout ses propres idées. Le concept est en tout cas beaucoup plus abouti que dans le très décevant Immortal, qui avait déjà tenté de combiner un gameplay exigeant à la Dark Souls avec des armes à feu et un univers SF. Malgré une réalisation un peu cheap et quelques idées mal exploitées, le jeu de Gunfire Games parvient à convaincre. Très efficace, en solo comme en coop’, le jeu se montre suffisamment nerveux pour tenir les joueurs scotchés à leur pad. La surprise est d’autant plus bonne que le titre est proposé à un tarif réduit. Il ne faudra en effet pas dépenser plus d’une trentaine d’euros pour mettre la main dessus. Lire notre test complet.