Imaginé par un petit studio de développement bordelais, Pawarumi est un shoot them up old-school à la réalisation impressionnante qui marche sur les traces d’Ikaruga. Après une sortie anticipée sur PC, le jeu débarque sur Switch et Xbox One…

Sorti de nulle part, Pawarumi n’était pas vraiment le plus attendu cet été. Ce petit projet indépendant, mené par un studio de développement bordelais, a pourtant tout pour séduire. A la surprise générale, il parvient même à rivaliser avec les meilleurs shoot them up japonais. Explications.

Dans le monde des shoot them up, les Japonais ont toujours très largement mené la danse. Des studios comme Cave ou G.rev ont très largement contribué à l’épanouissement du genre. Un nom revient toutefois très souvent lorsque l’on parle de shmups. Celui d’Ikaruga. Titre légendaire de la Dreamcast, le jeu a eu droit à une multitude de rééditions, sur Gamecube, Xbox 360 et plus récemment encore sur Switch.

Ikaruga se distinguait des autres shmups par sa construction, unique en son temps. Tout d’abord, parce que le jeu était réalisé en 3D mais se jouait à la façon d’un shmup 2D. Dans la pratique, cela permettait de jolies transitions entre les missions et surtout de donner une profondeur de champ à l’action. Ensuite, parce que le jeu innovait avec un bouton de switch qui permettait de changer son vaisseau de couleur pour absorber les tirs ou au contraire éliminer les ennemis de la couleur différente en les canardant.

Les développeurs de Pawarumi se sont très clairement inspirés d’Ikaruga pour leur jeu, tout en apportant de nouvelles idées sur la table.

Au niveau du contexte tout d’abord. Pawarumi s’offre un solide background. Le jeu vous plonge dans l’univers des Incas et des Aztèques et propose à ce titre une diversité impressionnante de décors, basés sur la localisation atypique. Vous traverserez déserts, cités florissantes et jungles et devrez affronter des hordes de vaisseaux colorés. Certes, cela fait parfois un peu kitsch mais pour peu qu’on ne soit pas repoussé par la direction artistique un peu flashy du jeu, difficile de ne pas ouvrir très grand ses pupilles pour admirer le spectacle.

Au niveau du gameplay ensuite. Pawarumi reprend en partie le concept d’Ikaruga en allant toutefois beaucoup plus loin puisqu’ici le joueur pourra transformer son vaisseau de 3 façons différentes, en vert, bleu ou rouge. Chaque transformation lui permettra de passer à un système de tir différent mais aussi de causer plus de dégâts aux vaisseaux de couleur correspondante.

Les créateurs ont également imaginé un système de combo unique, basé sur l’enchainement de combinaisons de couleurs, qui permettra par exemple au joueur de récupérer du bouclier, d’augmenter sa puissance d’attaque et de remplir sa jauge de super-attaque. Chaque action combinée induit toutefois des malus. Par exemple, lorsqu’il rechargera son bouclier, le joueur sera exposé à des attaques plus dangereuses.

Le système de jeu très intelligent de Pawarumi apporte un véritable vent de fraîcheur sur le genre. Très vite, on se rend compte de l’énorme potentiel du jeu, qui se transforme en un formidable exutoire.

A plus d’un titre, Pawarumi est une franche réussite. Le jeu est fluide, fun, les boss sont costauds, la rejouabilité est excellent et le jeu est suffisamment technique pour tenir les mordus de shmup scotchés à leur pad.

Alors certes, on pourra reprocher à Pawarumi de ne proposer qu’une poignée de niveaux – comme finalement la plupart des shoot them up -, et de ne pas proposer de mode multijoueur. Toutefois, le concept même du jeu rendait très difficile l’intégration d’un mode coop. Et pour une quinzaine d’euros, le titre se révèle déjà très généreux en contenu, d’autant plus qu’il offre une bonne rejouabilité.

Le plus impressionnant reste toutefois sa réalisation, très solide, avec des effets visuels superbes, des décors magnifiques, une mise en scène efficace et une jolie patte artistique. On sent très clairement l’inspiration précolombienne. Sur le plan technique, le studio bordelais fait donc un presque sans faute! La réalisation sonore est également à la hauteur de nos attentes avec des bruitages nerveux et des musiques électroniques énergiques qui donnent à Pawarumi une touche très particulière.

Conclusion

Pas du tout attendu au tournant, Pawarumi crée la surprise avec son concept hérité d’Ikaruga. Shoot them up brillant, le jeu du studio bordelais Manufacture 43 est une excellente surprise. Loin de se contenter de recopier le principe de son modèle, Pawarumi parvient à développer son propre univers et propose une expérience de jeu totalement atypique avec son système de transformation de vaisseau et de combo. Très nerveux, le jeu de Manufacture 43 est également fun et suffisamment technique pour séduire les amateurs du genre, décidément gâtés ces derniers temps sur Switch, entre la sortie de ce titre et de Raiden V et Caladrius. 

Pawarumi

8

Gameplay

8.5/10

Contenu

7.5/10

Graphismes

8.5/10

Bande son

7.5/10

Finition

8.0/10

Les + :

  • Une réalisation splendide
  • Un prix doux (15€)
  • Un contenu solide
  • Un gameplay innovant

Les - :

  • Pas de coop'
  • 1 ou 2 niveaux de plus n'auraient pas fait de mal