Le surprenant spin-off Cadence of Hyrule – Crypt of the NecroDancer Featuring The Legend of Zelda mixe donc la série culte de Nintendo avec le jeu indé Crypt of the NecroDancer. En résulte un titre assez éloigné d’un Zelda traditionnel doublé d’un rogue-lite pas comme les autres. Explications.

Annonce surprise lancée il y a quelques mois, Cadence of Hyrule fait se rencontrer l’univers de The Legend of Zelda avec le gameplay rythmique de Crypt of the NecroDancer. S’il n’est plus nécessaire depuis des lustres de présenter le premier, le jeu de Brace Yourself Games mérite peut-être quant à lui une brève présentation. Sorti en 2015 et disponible sur toutes les plateformes, Crypt of the NecroDancer dispose d’un gameplay basé sur le rythme tout en jouant dans la cour du rogue-lite. Le joueur y progresse dans des donjons remplis d’ennemis, tout ce beau monde se déplaçant et attaquant en suivant le tempo de la musique.

Cadence of Hyrule

Le meilleur du rogue-lite, sans la frustration

Cadence of Hyrule emprunte donc le gameplay de ce titre original et sa nature de rogue-lite. La difficulté est de fait plus allégée que dans un Rogue classique, puisqu’on n’y perd pas tous ses objets ainsi que sa progression lors de chaque mort. Lorsque les cœurs sont épuisés, on perd bien tous ses rubis et les objets secondaires ramassés lors du run, mais la progression, les armes principales et objets de quête sont conservés, tout comme les quarts de cœur. Ouf ! Une autre monnaie est quant à elle aussi préservée : le diamant, qui permet d’acheter des objets, pour la plupart éphémères, avant chaque nouveau départ.

Vous l’aurez peut-être compris, la difficulté s’avère moins corsée quand dans Crypt of the NecroDancer, d’autant que l’on a aussi droit à une carte du monde générée aléatoirement au début de l’aventure mais qui reste ensuite fixe, tandis que les donjons sont eux générés de façon procédurale à chaque nouvel essai. Ajoutez à cela plusieurs points de téléportation à débloquer et vous obtenez un rogue-lite très accessible, avec un minimum de frustration et un maximum de fun.

Cadence of Hyrule Link et Zelda

En territoire connu

Pour l’histoire, on se contente d’un classique « Hyrule est en danger », son roi étant dans un sommeil profond provoqué par le vilain Octavo qui est déterminé à répandre une cacophonie musicale sur tout le royaume. L’aventure débute par un court tutoriel dans la peau de Cadence (l’héroïne de Crypt of the NecroDancer) qui fait rapidement place à Link (la princesse Zelda est également jouable, à condition d’aller la réveiller au préalable au village Cocorico). On retrouve des environnements bien connus de la série Zelda (le village, la plage, les Bois perdus, la vallée Gerudo, etc.), les traditionnels équipements (épée, boomerang, bombes, arc à flèches, etc.) ainsi qu’une multitude de nouveaux objets, dont certains se brisent après un certain nombre d’utilisation.

Cadence of Hyrule présente également un game design aux petits oignons, regorgeant de secrets, de mini-boss et d’objets à trouver. Les donjons, même s’ils sont très restreints, fonctionnent avec les codes traditionnels, qui consistent à trouver des coffres, petites clés ainsi que la fameuse grande clé du boss pour s’y frotter. Le but du jeu étant in fine de vaincre les 5 boss et de récupérer par la même occasion les quatre instruments de musique pour rétablir l’ordre sur Hyrule.

Crypt of the NecroDancer feat The Legend of Zelda

Le rythme dans la peau

Lors des déplacements et des combats, il est donc demandé de suivre le rythme de la musique de case en case en accordant ses mouvements au tempo (qui varie selon les régions visitées). Une barre de pulsation s’affiche dans le bas de l’écran comme repère visuel mais on se fiera davantage à son oreille au bout de quelques minutes de jeu. D’autant que le gameplay incite à une dimension tactique, chaque ennemi ayant son propre pattern à observer et à assimiler afin d’éviter leurs coups et de s’en débarrasser plus efficacement.

Si les toutes premières minutes sont déroutantes, au bout d’une petite heure de jeu on assimile parfaitement les mécanismes et la progression se fait alors très naturellement. A noter pour ceux qui ne voudraient pas des contraintes rythmiques, qu’un mode présent dans les options permet de progresser de façon plus traditionnelle, sans avoir à suivre le tempo. Cela simplifie les choses mais supprime l’un des principaux charmes du titre. A vous de voir. Quant à ceux qui cherchent plus de challenge, un mode permadeath est également accessible, vous obligeant à tout recommencer depuis le début à chaque mort.

Crypt of the NecroDancer feat. Zelda

Zelda alternatif

Il ne faut pas prendre Cadence of Hyrule pour un Zelda traditionnel mais bien comme une expérience alternative reprenant les codes de l’univers. Avec sa durée de vie assez courte (entre 6 et 8h max.), on vous conseillera donc de le grignoter avec parcimonie, seul ou à deux grâce au mode coop, avant le prochain grand opus de la série.

Néanmoins, il est facile d’en devenir rapidement accro, tant ses graphismes en pixel art soignés, ses thèmes musicaux brillamment réimaginés (superbe travail du compositeur Danny Baranowsky à qui l’on doit le score de Crypt of the NecroDancer bien sûr, mais aussi celui de Super Meat Boy et Binding of Isaac) et son gameplay s’avèrent addictifs. Brace Yourself Games et Nintendo ont marié le meilleur de leur univers respectif, avec soin et passion, et cela se ressent.

Conclusion

Avec son esthétique charmante, ses musiques entrainantes et son gameplay accessible, Cadence of Hyrule mélange à merveille les codes de Zelda avec la dimension rogue-lite de Crypt of the NecroDancer, la frustration en moins. Plutôt facile et assez court, il offre un petit vent de fraicheur bienvenu, se prêtant aussi bien à de courtes sessions de jeu qu’à une consommation frénétique. Un joli petit en-cas en attendant le prochain Zelda traditionnel sur Switch.

Cadence of Hyrule - Crypt of the NecroDancer Featuring The Legend of Zelda

7.7

Gameplay

8.0/10

Contenu

7.0/10

Graphismes

7.0/10

Bande son

8.5/10

Finition

8.0/10

Les + :

  • Visuellement charmant
  • De superbes réarrangements des musiques cultes de Zelda
  • Un gameplay simple, addictif et quelque peu stratégique
  • Du rogue-lite accessible et peu frustrant
  • Les codes de Zelda

Les - :

  • Durée de vie un peu courte
  • Des donjons qui manquent d’ampleur
  • Un peu trop facile