Test – Vigor : le survival F2P des créateurs d’Arma

Après DayZ, Bohemia Interactive nous sert un nouveau TPS multijoueur, toujours axé sur la survie et qui se démarque de ses concurrents par la beauté de ses décors, presqu’emprunts de poésie.

Si DayZ ne nous avait pas vraiment convaincus, son petit frère, Vigor, nous a agréablement surpris. Le dernier jeu de Bohemia Interactive débarque en exclusivité sur Xbox One, dans sa version finale, après une longue période de bêta. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le studio tchèque nous livre un jeu aux antipodes des standards actuels. Car s’il est axé sur la survie et le multijoueur, Vigor est un jeu radicalement différent des Fortnite et autres Apex Legends. Le jeu de Bohemia Interactive adopte un gameplay très réaliste tout en proposant un concept totalement unique puisqu’il n’est pas nécessaire de s’affronter ici. Le concept du jeu repose entièrement sur le loot.

Certes, le joueur a à sa disposition un joli arsenal, qu’il pourra utiliser pour massacrer les autres joueurs présents sur la carte, s’il le souhaite. Mais agir de cette façon risque de vous mener droit au cimetière, et de perdre par la même occasion tout votre armement et vos objets glanés durant la partie. Dans Vigor, le joueur devra principalement collecter armes, ressources, munitions et plans pour ensuite les rapatrier à sa cabane – sorte de petit havre de paix -, qu’il pourra améliorer en dépensant les ressources gagnées. Chaque upgrade prend un certain nombre de minutes ou d’heures pour être installé. Il faudra donc se montrer patient pour toucher au bout de l’aventure…

Ce qui marque dès la première partie, c’est la beauté du jeu, qui tire parfaitement parti des capacités de la Xbox One X en proposant d’explorer de vastes environnements ouverts. La particularité de Vigor, c’est de proposer un cadre champêtre véritablement unique puisque vous explorerez ici les contrées reculées de la Norvège, la seule zone d’Europe qui semble avoir été épargnée par une terrible guerre nucléaire que se sont livrées les grandes puissances.

Avec ses vastes étendues sauvages, ses églises en bois, ses villages colorés, ses gigantesques pythons rocheux, la Norvège offre un cadre unique à explorer. Si les cartes sont relativement peu nombreuses – on en dénombre 6 -, elles offrent toute une grande diversité de décors et une excellente rejouabilité. On apprécie particulièrement les conditions climatiques qui relookent intégralement chacune des maps selon les saisons. La même carte n’a plus du tout la même allure en été et en hiver. Sous la pluie également, des décors verdoyants peuvent soudain adopter une allure sinistre.

L’univers très particulier de Vigor lui donne un charme certaine – charme qui contraste radicalement avec la dangerosité des missions de loots que vous enchainerez. Car oui, dans Vigor, la mort vous guette en permanence. On notera d’ailleurs que l’un des points forts du jeu est cette sensation pesante pratiquement permanente que l’on peut croiser un adversaire qui nous logera une balle dans la tête. Les joueurs sont peu nombreux sur la carte – on en dénombre une petite dizaine tout au plus -, mais les quelques rares rencontres mènent souvent à des fusillades épiques.

Pour autant, la violence n’est pas forcément la solution à toutes les rencontres… Il arrive très souvent que deux joueurs se croisent et choisissent de s’ignorer pour continuer leur loot tranquille. Le fait que l’assassinat ne soit pas la finalité du jeu confère à Vigor un statut tout particulier. Ceci étant dit, éliminer un autre joueur permet de récupérer son propre loot….

Le moment fort de la partie, c’est bien sûr le largage d’une caisse au milieu de la carte, qui conduira de nombreux joueurs à se diriger vers cette zone et à prendre parfois de très gros risques pour récupérer le loot ultime. Le facteur risque est toutefois très important à prendre en compte, car les munitions, armes et équipements sont rares dans Vigor, et on aura dès lors tendance à éviter la confrontation pour éviter de perdre tout son matos en cours de partie… La ruse et la stratégie font partie intégrante du jeu. On notera d’ailleurs qu’en début de partie, il est possible d’investir quelques couronnes, la monnaie virtuelle du jeu, pour choisir d’augmenter la valeur du loot, de la caisse larguée au milieu du champ de bataille ou de s’assurer la récupération du matos en fin de partie, si l’on décède en cours de partie… Autant d’éléments qui auront tendance à changer la stratégie du joueur en cours de partie.

Autre élément unique : le joueur choisit quand la partie se termine. Vous avez récupéré suffisamment de loot après 5 minutes? Rien ne vous empêche de vous enfuir par l’une des portes de sortie du niveau! Rares seront les joueurs qui resteront jusqu’en toute fin de partie et devront lutter pour leur survie…

L’équilibre en le loot et les gunfights est brillamment respecté. Chaque partie sera dès lors radicalement différente, et c’est tout ce qui fait le charme de Vigor.

Visuellement superbe, le jeu de Bohemia Interactive montre que la Xbox One X en a encore dans le ventre, et se positionne sans difficulté comme l’un des plus beaux TPS multijoueurs du moment. La réalisation du jeu joue très clairement en sa faveur.

S’il se montre assez léger en contenu – il n’y a aucun mode de jeu alternatif -, Vigor n’en offre pas moins un excellent retour sur investissement. Le jeu est totalement free-to-play et n’est financé qu’à travers des achats in-app avec une monnaie virtuelle. Pour progresser, il ne faudra toutefois pas forcément mettre la main au portefeuille. Comme dans un Apex Legends, l’essentiel des achats sont purement cosmétiques. Pour en faire le tour, on comptera tout de même une bonne douzaine d’heures. Ce qui reste assez léger pour un jeu de ce type. On regrettera dès lors l’absence de jeu alternatif, à l’image d’un Team Deathmatch qui aurait clairement fait du bien à Vigor… ou d’un mode battle royale, pour surfer sur la tendance du moment…
Pour autant, difficile de cracher dans la soupe tant le jeu est une réussite de par son concept unique et sa réalisation soignée.

Conclusion

Unique en son genre, Vigor est un jeu de survie en multijoueur au concept très séduisant qui propose d’explorer les superbes paysages de la Norvège en quête de loot. Si les affrontements entre joueurs font partie intégrante de l’expérience, ils ne sont pas une finalité en soi puisque le concept du jeu repose principalement sur le loot. En récupérant des matières premières, le joueur pourra améliorer son camp de base, avant de repartir en mission. Chaque séance de jeu est radicalement différente de la précédente et c’est ce qui fait tout le charme de Vigor, qui est beaucoup plus riche et profond que la plupart des TPS multijoueurs. Si tout le monde n’accrochera pas au concept très particulier du jeu, difficile de ne pas reconnaître l’énorme talent des développeurs de Bohemia Interactive, qui nous livre un jeu visuellement superbe et à la direction artistique très soignée. Entièrement free-to-play, le jeu de Bohemia Interactive est incontestablement l’une des bonnes surprises de la rentrée, malgré son contenu relativement léger pour le moment…

Vigor

Gameplay 7.5/10
Contenu 7.5/10
Graphismes 8.5/10
Bande son 6.5/10
Finition 8.0/10
7.6

On aime :

Des décors absolument superbes

Un concept d'expédition unique

Le stress qui apparaît, dès qu'on croise un joueur

Une réalisation soignée

Un jeu F2P efficace

On aime moins :

Un concept qui ne séduira pas tout le monde...

Un contenu un peu léger

Pas de mode de jeu alternatif