Jeux-vidéo : notre top 5 du mois de mai

Maigre en sorties, le mois de mai 2022 aura été cette année particulièrement peu chargé. Un seul jeu sort vraiment du lot : le sympathique, mais très conventionnel Sniper Elite 5.

Sniper Elite 5

Sniper Elite est de retour avec un cinquième épisode majeur. Toujours développé par le studio Rebellion, le nouvel opus ne révolutionne pas la série mais propose une formule similaire à Sniper Elite 4 tout en apportant quelques nouveautés appréciables. Nous incarnons à nouveau le tireur d’élite Karl Fairburne lors d’une nouvelle mission en pleine Seconde Guerre mondiale. L’intrigue se déroule en 1944 alors que Karl débarque en France et découvre, à l’aide de la résistance, que les nazis préparent un plan pour prendre le dessus sur les forces alliées: l’opération Kraken. Si le scénario n’est pas brillant, le titre concentre beaucoup plus d’efforts sur ses phases de jeu. Avec une campagne solo qui dure une dizaine d’heures et de nombreux modes multijoueurs en ligne, Sniper Elite 5 propose un contenu intéressant dans une formule maîtrisée. Le titre se joue comme un jeu de tir à la troisième personne qui nous laisse librement explorer des zones ouvertes dans lesquelles se trouvent des objectifs principaux et secondaires. Certaines cartes et objectifs sont plus intéressants que d’autres, mais le level design est généralement très convaincant. De même que les mécaniques de jeu réalistes, exigeantes et qui offrent de nombreuses possibilités, même si Sniper Elite 5 n’échappe pas à quelques soucis d’intelligence artificielle. Le titre déçoit cependant au niveau de sa technique un peu datée malgré de jolis décors. Lire notre test.

Trek to Yomi

Flying Wild Hog, les développeurs du très sanglant Shadow Warrior 3, s’attaquent à un genre très différent avec Trek to Yomi. Leur dernier projet est un jeu d’action se déroulant dans le Japon féodal mais également un vibrant hommage aux films de sabre japonais. Nous incarnons un jeune garçon du nom de Hiroki dont le village se fera attaquer par des bandits. Témoin de la mort de son maître, celui-ci jure de dédier sa vie à protéger les siens. Des années plus tard, Hiroki est de nouveau confronté aux actes horribles d’un groupe de bandits sans pitié. Si le scénario reste assez classique, il se laisse suivre sans problème et est d’ailleurs ce qui nous pousse à avancer dans l’aventure. Le titre est un jeu d’action très linéaire, alternant entre des passages d’explorations brefs en 3D et de nombreux combats sur un plan 2D. Le gameplay se révèle plutôt technique mais sa rigidité l’empêche d’être très agréable manette en main. L’aventure n’est pas très longue, elle dure à peine quelques heures, et ne propose pas grand-chose de plus. Quelques collectables et améliorations sont trouvables dans les différents chapitres. On retiendra surtout sa direction artistique très soignée et très inspirée du cinéma japonais d’une autre époque. Entièrement en noir et blanc et proposant de nombreuses références, le titre délivre une très bonne mise en scène. Le travail sur les musiques et sur le doublage vient renforcer l’ambiance déjà très efficace du titre. Lire notre test.

Eiyuden Chronicle Rising

En juillet 2020, les développeurs de chez Rabbit and Bear Studios ont lancé une campagne de financement participatif pour développer un projet qui va taper dans l’œil de nombreux fans de JRPG. Les développeurs japonais, dont certains membres sont à l’origine de la série Suikoden, proposaient alors le financement de Eiyuden Chronicle: Hundred Heroes, un véritable successeur spirituel de la série de Konami. La campagne fut un succès et donna également naissance au sujet du jour, un petit jeu compagnon qui introduit l’univers du titre attendu: Eiyuden Chronicle Rising. Nous incarnons plusieurs personnages qui évoluent dans la ville de Nouveau Nevaeh. Celle-ci est proche de ruines mystérieuses, ce qui a le don d’attirer de nombreux aventuriers. Eiyuden Chronicle Rising est un jeu d’action-RPG qui se joue sur un plan en 2D. Si les premières heures du jeu ne nous donnent que très peu de possibilités et proposent une expérience peu agréable, le gameplay va s’améliorer avec le temps et grâce aux multiples personnages jouables. De nombreux allers-retours entre la ville et les donjons seront nécessaires pour avancer dans le scénario et effectuer les très nombreuses quêtes annexes, celles-ci sont malheureusement trop répétitives. Le titre n’en reste pas moins pratique et sympathique à parcourir, il faut une dizaine d’heures pour voir le bout du scénario, et plus pour en voir tout le contenu. Eiyuden Chronicle Rising bénéficie d’une très belle direction artistique, mélangeant 2D et 3D de manière très efficace. Sans pour autant être brillante, cette petite aventure introductive se montre plutôt convaincante. Lire notre test.

Evil Dead: The Game

Avec Evil Dead, Saber Interactive marche sur les traces de Dead by Daylight et Vendredi 13. Les créateurs de World War Z nous livrent un jeu asymétrique dans lequel quatre joueurs incarnent des survivants devant affronter un autre joueur qui incarne lui un démon. L’expérience de jeu est radicalement différente selon le clan que vous avez rejoint : dans la peau d’un démon, il faut faire preuve de stratégie, tendre des embuscades, planifier ses attaques. L’expérience est fun, mais s’adresse à des joueurs expérimentés. Dans la peau des humains, il faudra réaliser des petites missions sur la carte jusqu’à un combat final. Le concept est – par essence – répétitif, le jeu est parfois un peu déséquilibré et les affrontements ont tendance à vite devenir brouillons, mais en dépit de ces petits défauts, Evil Dead se révèle être un titre coopératif très fun à parcourir. Le jeu mêle séquences d’exploration, de combats et de loot sur une carte gigantesque. Techniquement, Evil Dead est très propre. Le jeu séduit par sa fidélité au matériau d’origine, et par quelques idées très originales… Il parvient même à proposer un gameplay plus riche que ses modèles. Il manque en revanche cruellement de contenu pour l’instant et peine à convaincre avec son mode solo, relativement inintéressant à parcourir, même pour un fan de la saga. Lire notre test.

This War of Mine: Final Cut

8 ans après ses premiers pas, This War of Mine est toujours aussi percutant et touchant. Ce jeu de survie vous propose de plonger dans la peau de civils qui tentent de survivre au beau milieu d’une guerre. Dans des décors urbains, nos survivants tentent par tous les moyens de se construire un abri digne de ce nom et de collecter nourritures, ressources et médicaments, pour tenir. La lutte avec d’autres survivants fait partie du quotidien, mais gare à l’équilibre mental de vos personnages, qui peuvent vite tomber en dépression en raison de la situation et de leurs actes. Plusieurs personnages sont d’ailleurs proposés, aux caractères et habitudes très différents, et que l’on prend plaisir à aider. This War of Mine propose donc un gameplay très plaisant et réussi, mais qui accuse une certaine paresse et, par la même occasion pas mal de répétitivité. Très vite, on rentre dans un schéma où le jour sert à construire l’abri et se nourrir, tandis que la nuit permet de partir explorer les alentours. Séduisant, le titre a toutefois mal vieilli. Cette réédition sur les consoles de dernière génération a aussi du mal à convaincre compte tenu de son prix : le jeu de base est facturé 20€, sans réelles améliorations, et la version intégrale avec les chapitres additionnels est facturée près de 10€ de plus… Si vous étiez passé à côté de cette pépite indépendante, voilà toutefois potentiellement une belle séance de rattrapage. Lire notre test.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.