Test – Trek to Yomi : un hommage aux films de sabre

Après avoir proposé Shadow Warrior 3 il y a deux mois, Flying Wild Hog revient déjà avec un titre plus modeste et à l’ambiance drastiquement différente. Trek to Yomi est un véritable hommage aux films de sabre japonais d’une autre époque.

C’est par le biais de l’éditeur Devolver Digital que les développeurs des Shadow Warrior, Flying Wild Hog, proposent Trek to Yomi, un jeu d’action à l’univers très inspiré de l’époque du Japon féodal. Le titre est une petite aventure avec beaucoup de charme mais également avec de nombreux problèmes.

Trek to Yomi se déroule donc dans le Japon féodal. Nous incarnons un jeune garçon du nom de Hiroki, jeune apprenti aux arts du maniement du sabre, dont le village va être attaqué par une armée de bandits. Celui-ci va voir son maître périr et jurera de dédier sa vie à protéger les siens. Des années plus tard, Hiroki est de nouveau confronté à des attaques de bandits qu’il va devoir affronter seul. Un scénario assez simple qui reste dans le réalisme dans un premier temps avant de prendre une tournure plus fantastique en s’inspirant du shintoïsme et de sa mythologie. La trame est plutôt efficace malgré son classicisme.

Trek to Yomi n’hésite pas à montrer la cruauté de nos opposants.

Le nouveau titre de Flying Wild Hog est une aventure entièrement linéaire alternant entre des moments d’explorations en 3D ainsi que de très nombreuses phases de combat sur un plan 2D. Les différents chapitres proposent tout de même des petits passages plus ou moins cachés qui permettent de trouver quelques collectables ou autres améliorations de santé, d’endurance ou de techniques maîtrisées par le protagoniste.

Dans Trek to Yomi, on passe majoritairement notre temps à combattre des bandits et samouraïs qui se mettent en travers de notre chemin. Hiroki possède des attaques fortes et faibles ainsi que tout un tas de techniques utilisables à coup d’enchaînements de touches, les possibilités évoluent tout au long de l’aventure. Il possède également la possibilité d’esquiver et de parer, cette dernière réalisée au bon moment offre une bonne chance de contre-attaque. Tout comme ses ennemis, Hiroki possède peu de points de vie, les affrontements sont alors plutôt brefs et nécessitent une bonne dose de sang froid dans les plus hautes difficultés. Si la technicité parfois nécessaire est très appréciable, le gameplay se montre tout de même assez rigide. Les combats ne sont pas les parties les plus agréables du jeu.

La mise en scène du jeu est un véritable point fort.

S’il y a bien un domaine dans lequel Trek to Yomi se démarque, c’est dans sa mise en scène. Le jeu ne s’en cache pas, il est très inspiré par le cinéma japonais et particulièrement par des cinéastes tels que Akira Kurosawa. Entièrement en noir et blanc et présenté dans un format d’image qui simule le format cinéma, le titre est également agrémenté de filtres et d’un grain qui apporte un rendu proche des films d’une autre époque.

S’il n’est pas visuellement irréprochable, en particulier lorsque les cinématiques se rapprochent des personnages, le titre met habilement en valeur ses décors grâce à des placements de caméras particulièrement réussis. Il faut bien avouer que certains passages nuisent à la lisibilité des combats, mais le titre nous guide intelligemment grâce aux sources de lumières trouvables un peu partout. Le jeu est réalisé par Leonard Menchiari, un ancien cinéaste ayant aussi beaucoup travaillé dans l’industrie du jeu vidéo en tant que chargé de cinématiques et de mise en scène (chez Valve par exemple). Un savoir-faire que l’on retrouve dans Trek to Yomi tant le voyage est prenant.

Le titre propose peu de diversité.

Il faut également y ajouter l’efficacité du travail conséquent effectué sur les musiques et sur l’ambiance sonore. L’entièreté du jeu est doublée uniquement en japonais permettant une meilleure immersion dans le contexte. De nombreux passages du jeu se déroulent durant des événements tragiques et les comédiens offrent des performances déchirantes. De même que la musique, qui sait se faire discrète mais qui apporte beaucoup à l’ambiance générale.

Trek to Yomi est malheureusement un titre qui n’offre pas beaucoup plus. Son aventure se conclut en à peine quelques heures, entre trois et six heures dépendant du niveau de difficulté et de vos compétences. Quatre variantes sont disponibles qui vont surtout changer le nombre de coups nécessaire pour se débarrasser des ennemis. Malgré quelques collectables et différentes fins, le titre peine à proposer des phases de jeu qui apportent de la variété à l’expérience. L’aventure est parsemée de combats et laisse place à la contemplation entre ceux-ci, ce qui amène un côté très redondant à la formule malgré la très bonne mise en avant des décors. C’est surtout cet aspect que l’on retient de l’aventure, une mise en scène impactante et une ambiance particulièrement réussie.

Conclusion

Flying Wild Hog, les développeurs du très sanglant Shadow Warrior 3, s’attaquent à un genre très différent avec Trek to Yomi. Leur dernier projet est un jeu d’action se déroulant dans le Japon féodal mais également un vibrant hommage aux films de sabre japonais. Nous incarnons un jeune garçon du nom de Hiroki dont le village se fera attaquer par des bandits. Témoin de la mort de son maître, celui-ci jure de dédier sa vie à protéger les siens. Des années plus tard, Hiroki est de nouveau confronté aux actes horribles d’un groupe de bandits sans pitié. Si le scénario reste assez classique, il se laisse suivre sans problème et est d’ailleurs ce qui nous pousse à avancer dans l’aventure. Le titre est un jeu d’action très linéaire, alternant entre des passages d’explorations brefs en 3D et de nombreux combats sur un plan 2D. Le gameplay se révèle plutôt technique mais sa rigidité l’empêche d’être très agréable manette en main. L’aventure n’est pas très longue, elle dure à peine quelques heures, et ne propose pas grand-chose de plus. Quelques collectables et améliorations sont trouvables dans les différents chapitres. On retiendra surtout sa direction artistique très soignée et très inspirée du cinéma japonais d’une autre époque. Entièrement en noir et blanc et proposant de nombreuses références, le titre délivre une très bonne mise en scène. Le travail sur les musiques et sur le doublage vient renforcer l’ambiance déjà très efficace du titre.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Trek to Yomi

Gameplay 6.0/10
Contenu 6.5/10
Graphismes 8.0/10
Bande son 7.5/10
Finition 7.0/10
7.0

On aime :

Un gameplay technique

Une excellente mise en scène

Une ambiance mémorable

On aime moins :

Une intrigue classique

Des combats tout de même rigides

Des petits problèmes de lisibilité parfois

Très répétitif