Test – Evil Dead : sur les traces de Dead by Daylight

Nouvelle production du studio Saber Interactive (World War Z), Evil Dead se présente comme un jeu asymétrique, dans la lignée de Vendredi 13 et Dead by Daylight. Une formule efficace qui devra surtout prouver son potentiel à long terme…

Si Evil Dead avait déjà eu droit à plusieurs adaptations en jeux vidéo, la plupart des projets qui ont vu le jour manquaient cruellement d’ambition. Saber Interactive, le studio derrière l’adaptation de World War Z, revient à la charge avec un nouveau projet ambitieux de titre asymétrique.

Pour éviter de sombrer dans la folie, il faudra rester en groupe, ou se reposer quelques instants dans la lumière.

Dans Evil Dead, quatre joueurs devront coopérer pour survivre aux attaques d’un démon de Kandar. Fidèle à la trilogie de Sam Raimi, le jeu propose d’incarner une dizaine de survivants répartis dans plusieurs classes. Chacun a sa spécialité : les attaques au corps à corps, à distance, le soutien, le leadership… On retrouve Ash bien sûr, mais également de nombreux rôles secondaires tirés des trois premiers films et de la série spin-off Ash vs Evil Dead.

Dans la peau des humains, les règles sont somme toute assez classiques : il s’agira d’avancer en groupe dans un petit open-world pour tenter de retrouver trois morceaux de cartes en fouillant chaque recoin. Après quoi, vous pourrez récupérer un poignard, accéder au Necronomicon, le livre des morts, et renvoyer de l’autre côté le démon de Kandar. La structure de jeu est la même à chaque partie et c’est sans doute le plus gros reproche que l’on adressera à ce Evil Dead. De par sa nature, le titre se montre extrêmement répétitif. Il n’y a aucune diversité dans les objectifs et, de surcroit, on ne retrouve actuellement que deux cartes à explorer…

Le démon de Kandar invoquera de nombreuses créatures pour tenter de vous arrêter.

Cela ne veut pas dire pour autant que le jeu n’est pas agréable à parcourir. Les mécanismes sont plutôt bien rôdés avec du loot pour récupérer des armes et objets, des combats au corps à corps, des combats à distance avec les différentes armes à feu, l’amélioration des performances de notre personnage et même de la conduite… Par rapport à un Dead by Daylight, Evil Dead propose des niveaux très vastes, dans lesquels vous pourrez vous déplacer à pied mais aussi en véhicule. Et quel plaisir d’envoyer valdinguer un démon dans les cieux en lui fonçant dessus à toute vitesse!

En alternant séquences d’exploration, combats, loot, combats de boss et séquences de conduite, Evil Dead parvient à proposer une recette efficace. L’ennui, c’est que le titre ne propose aucune diversité dans la structure de ses missions, qui se déroulent toujours de la même façon, avec des objectifs à réaliser dans le même ordre.

N’importe quel véhicule présent sur la carte peut être conduit.

Le jeu change par ailleurs radicalement de style lorsque vous changez de camp. Dans la peau d’un démon, le joueur sera amené à se déplacer librement dans le niveau. Il devra récupérer de l’énergie qui lui servira à disposer des pièges, prendre possession d’arbres, de véhicules ou des joueurs, et invoquer des démons de tous types. L’objectif est cette fois très différent : séparer le plus vite possible vos adversaires et tenter de mettre le plus de joueurs K.O.

Evil Dead souffre toutefois de gros soucis d’équilibre puisque seuls les joueurs expérimentés parviendront à remporter une partie dans la peau d’un démon de Kandar. En restant groupés, les joueurs humains n’auront aucun mal à progresser dans la mission. Inversément, quatre joueurs qui se coordonnent mal et évoluent séparément seront des cibles très faciles à vaincre. Et ce, bien qu’il soit possible de relever un joueur mis au sol et même de le ressusciter une fois qu’il est mort, en ramenant son âme à un hôtel.

Pour vaincre le démon, il faudra évoluer en équipe.

Si Evil Dead se montre donc plus ambitieux et riche qu’un Dead by Daylight ou un Vendredi 13, le jeu de Saber Interactive est clairement moins accessible, moins bien équilibré et plus répétitif, de par sa structure. Les bases d’une expérience solide sont là, mais c’est la finition qui fait défaut.

C’est d’autant plus dommage que pad en main, l’expérience est vraiment fun, que cela soit du côté des humains ou des démons. On prend un malin plaisir à décapiter les démons adverses, à enchainer les combos et à varier les méthodes pour progresser, en essayant dans le domaine du possible d’utiliser les complémentarités de nos personnages. Dans la peau du démon, le jeu est un peu plus stratégique, le joueur pouvant anticiper les actions de ses adversaires en préparant des embuscades et en piégeant des caisses de ravitaillement. Dans les deux cas de figure, on s’amuse comme des petits fous, à condition d’être bien accompagnés.

Lors de nos parties, il n’était pas rare que la partie s’interrompe dès que l’un des joueurs est mort ou décide de partir. Les autres joueurs suivent le mouvement, car ils savent très bien que la partie est instantanément déséquilibrée. Mieux vaut donc y jouer avec des amis pour se coordonner qu’avec des inconnus qui risquent de faire n’importe quoi…

Il faudra récupérer du nouveau matos continuellement.

Vous l’aurez compris : tout l’intérêt du jeu repose sur sa communauté et votre faculté à rejoindre un groupe efficace. Il est certes possible d’y jouer avec des alliés et adversaires gérés par l’IA mais ce n’est pas si intéressant que ça… Dans le même ordre d’idée, Saber Interactive a ajouté quelques missions solo retraçant certains passages des films. Une bonne idée en soi, sauf que le style du jeu ne sied absolument pas à cette approche. Lesdites missions sont courtes, peu intéressantes et souffrent de gros problèmes d’équilibrage encore une fois…

A 39,99€, l’addition est donc plutôt salée pour un jeu essentiellement multijoueur qui ne propose, à sa sortie, que deux cartes à explorer… Il y a certes de quoi s’amuser, si vous êtes bien entouré, mais pas de quoi y passer pour l’instant des semaines complètes…

Techniquement, Evil Dead est en revanche très propre. Les décors du jeu sont très détaillés, les personnages sont admirablement modélisés et quelques jolis effets spéciaux sont présent, comme le brouillard, notamment. Malgré un cycle de développement assez court, le titre est également livré dans un état très décent. Les connexions sont stables et les bugs relativement peu nombreux. Evil Dead se révèle également très fidèle au matériau d’origine, qu’il s’agisse de sa bande son, de la direction artistique générale ou des environnements traversés. On le sent, les développeurs sont de vrais fans.

Chaque personnage / démon a ses propres capacités.

Faut-il dès lors craquer? Etrangement, Evil Dead n’est pas forcément un jeu qui s’adresse aux fans purs et durs de la franchise. Les jeux asymétriques s’adressent à un public de niche. Un joueur lambda aura sans doute beaucoup de mal à appréhender le concept. Clairement, Evil Dead est un jeu qui s’adresse aux joueurs de Dead by Daylight, Vendredi 13 voire potentiellement World War Z. Si vous n’avez jamais joué à l’un de ces titres, il peut-être intéressant de s’y essayer avant de craquer. Attention toutefois, la marge d’apprentissage est assez importante puisqu’outre comprendre le concept du jeu, il faudra apprendre à maîtriser les compétences de chaque personnage… Les jeux asymétriques sont par essence des titres très chronophages.

Conclusion

Avec Evil Dead, Saber Interactive marche sur les traces de Dead by Daylight et Vendredi 13. Les créateurs de World War Z nous livrent un jeu asymétrique dans lequel quatre joueurs incarnent des survivants devant affronter un autre joueur qui incarne lui un démon. L’expérience de jeu est radicalement différente selon le clan que vous avez rejoint : dans la peau d’un démon, il faut faire preuve de stratégie, tendre des embuscades, planifier ses attaques. L’expérience est fun, mais s’adresse à des joueurs expérimentés. Dans la peau des humains, il faudra réaliser des petites missions sur la carte jusqu’à un combat final. Le concept est – par essence – répétitif, le jeu est parfois un peu déséquilibré et les affrontements ont tendance à vite devenir brouillons, mais en dépit de ces petits défauts, Evil Dead se révèle être un titre coopératif très fun à parcourir. Le jeu mêle séquences d’exploration, de combats et de loot sur une carte gigantesque. Techniquement, Evil Dead est très propre. Le jeu séduit par sa fidélité au matériau d’origine, et par quelques idées très originales… Il parvient même à proposer un gameplay plus riche que ses modèles. Il manque en revanche cruellement de contenu pour l’instant et peine à convaincre avec son mode solo, relativement inintéressant à parcourir, même pour un fan de la saga. 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Evil Dead: The Game

Gameplay 6.5/10
Contenu 5.5/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 7.5/10
Finition 7.0/10
6.8

On aime :

Techniquement très propre

Un gameplay qui fonctionne

Les finish-moves ultra-violents

La diversité du casting

La présence de véhicules

On aime moins :

Un peu trop facile pour les survivants

Un concept ultra-répétitif

Un gros manque de contenu

Le mode solo, inintéressant

Un gameplay souvent très brouillon