Test – Eiyuden Chronicle Rising : un apéritif séduisant

Si Eiyuden Chronicle: Hundred Heroes n’est pas encore prêt et arrivera plutôt l’année prochaine, son jeu compagnon, Rising, est disponible depuis peu. Il s’agit d’un petit projet qui introduit l’univers de la série.

Retour en juillet 2020, alors qu’une nouvelle équipe de développement lance sa campagne de financement participatif pour réaliser son premier jeu. Certains des membres de Rabbit and Bear Studios sont des développeurs japonais anciennement membres de Konami. Les têtes pensantes de ce projet sont des éléments importants ayant participé à la création de la licence de JRPG Suikoden. Leur campagne Kickstarter promet un jeu de rôle très inspiré de cette série en particulier, un véritable successeur spirituel. Il faudra à peine trois heures pour récolter la somme alors demandée de 500.000 dollars, et l’engouement des fans de RPG va pousser la cagnotte jusqu’à plus de 4 millions cumulés. Si le projet est prévu pour 2023, l’engouement autour de la campagne a permis le lancement du sujet d’aujourd’hui, un plus petit projet dans le même univers, un action-RPG du nom de Eiyuden Chronicle Rising disponible sur PC et sur toutes les consoles, également sur le Game Pass.

L’aventure nous emmène voir différentes ambiances.

Dans Eiyuden Chronicle Rising, on incarne plusieurs personnages qui reviendront dans Hundred Heroes. CJ, l’héroïne, est une chasseuse de trésor énergique qui arrive à Nouveau Nevaeh, une ville très fréquentée par les aventuriers puisqu’elle se situe juste à côté d’un tumulus et de nombreuses ruines mystérieuses. Elle sera bien vite accompagnée de Garoo, un homme-bête maniant une imposante épée, ainsi que de Isha, la maire suppléante de Nouveau Nevaeh qui a le don d’utiliser la magie. Ensemble, les trois protagonistes vont œuvrer pour trouver des trésors mais aussi pour rebâtir la ville qui a subi de nombreux dégâts suite à un tremblement de terre.

Eiyuden Chronicle Rising est un RPG en temps réel qui se joue sur un plan 2D. Nous passons en réalité beaucoup de temps à nous balader dans les quartiers de la ville et à répondre aux nombreuses requêtes des habitants. Celles-ci nous permettent de reconstruire de nombreux bâtiments et d’avoir ensuite accès à des magasins et autres fonctions très pratiques pour nous aider dans l’exploration des environnements hostiles qui entourent la ville. Ni le scénario ni les quêtes annexes ne sont particulièrement passionnants, en particulier à cause des tâches demandées qui sont très redondantes, demandant bien souvent d’aller chercher des matériaux dans les donjons. Mais le titre a le bon goût de rendre la progression très pratique et à nous récompenser gracieusement pour nos efforts.

On passe beaucoup de temps à Nouveau Nevaeh.

Lorsque nous ne sommes pas dans la ville, le gameplay prend une tournure “Action” en nous laissant explorer des donjons où se cachent coffres aux trésors et monstres en tout genre. Chacun des personnages jouables peut sauter et attaquer ainsi qu’utiliser une capacité propre au personnage actif. Ces actions peuvent être améliorées pour proposer d’autres subtilités, tel qu’un système d’éléments plus ou moins efficaces face à certains types d’ennemis. Il existe deux modes pour gérer nos personnages, un mode “simple” qui laisse le jeu aux commandes et un mode “normal” qui assigne un bouton pour chacun d’entre eux. Il est alors possible de changer de personnage en appuyant simplement sur le bouton assigné. Des attaques encore plus dévastatrices peuvent être enchaînées en changeant de personnages juste après avoir attaqué.

Le gameplay est plutôt efficace et offre quelques améliorations intéressantes au fil du jeu tel que de nouvelles attaques et autres facultés. Le titre prend un peu de temps avant de montrer les qualités de son système de jeu. Le début de l’aventure nous prive de nombreuses mécaniques qui sont pourtant importantes pour apprécier l’expérience. L’aventure commence en contrôlant un seul personnage, ce qui impose un gameplay lent et peu intéressant. Les premières heures souffrent également d’une maniabilité très lourde. Des choses qui rendent le premier contact peu agréable mais qui s’améliorent avec le temps. À l’exception de quelques combats de boss, le jeu ne demande que rarement d’être très précis et la difficulté a plutôt tendance à être accessible. De plus, l’alternance entre de courtes explorations dans les donjons et nos visites au village est une boucle de gameplay qui a déjà fait ses preuves dans d’autres jeux et qui fonctionne toujours très bien.

Même les boss n’offrent pas un challenge particulièrement relevé, la difficulté ne vient qu’en débloquant un mode plus corsé une fois l’aventure terminée.

Si Eiyuden Chronicle: Hundred Heroes vendait déjà très bien sa plastique durant le kickstarter, Rising nous prouve que le studio sait y faire à ce niveau. Le titre est particulièrement beau, mélangeant pixel art en 2D détaillé, un peu de 3D, une belle gestion des lumières et des décors qui offrent une vraie sensation de profondeur. Un résultat très coloré et vivant. Le bilan est un peu moins flatteur pour la bande-son du jeu qui n’est pas particulièrement très mémorable, mais qui accompagne efficacement l’action.

D’une grande simplicité, Eiyuden Chronicle Rising se laisse jouer sans problème. Il n’est jamais particulièrement brillant mais ses mécaniques qui ont déjà fait leurs preuves dans d’autres titres ainsi que sa praticité en font un petit RPG léger et sympathique à parcourir. Petit aussi par sa durée de vie puisqu’il faut une dizaine d’heures pour en voir le bout et un peu plus pour le terminer à 100%. Une densité de contenu plutôt correcte pour ce titre proposé pour une quinzaine d’euros sur les différentes plateformes. Eiyuden Chronicle Rising ne s’en cache pas, il est une petite aventure introductive, un petit jeu pour faire patienter avant le plat de résistance que sera Hundred Heroes. Une petite production qui convainc tout de même grâce à sa simplicité.

Conclusion

En juillet 2020, les développeurs de chez Rabbit and Bear Studios ont lancé une campagne de financement participatif pour développer un projet qui va taper dans l’œil de nombreux fans de JRPG. Les développeurs japonais, dont certains membres sont à l’origine de la série Suikoden, proposaient alors le financement de Eiyuden Chronicle: Hundred Heroes, un véritable successeur spirituel de la série de Konami. La campagne fut un succès et donna également naissance au sujet du jour, un petit jeu compagnon qui introduit l’univers du titre attendu: Eiyuden Chronicle Rising. Nous incarnons plusieurs personnages qui évoluent dans la ville de Nouveau Nevaeh. Celle-ci est proche de ruines mystérieuses, ce qui a le don d’attirer de nombreux aventuriers. Eiyuden Chronicle Rising est un jeu d’action-RPG qui se joue sur un plan en 2D. Si les premières heures du jeu ne nous donnent que très peu de possibilités et proposent une expérience peu agréable, le gameplay va s’améliorer avec le temps et grâce aux multiples personnages jouables. De nombreux allers-retours entre la ville et les donjons seront nécessaires pour avancer dans le scénario et effectuer les très nombreuses quêtes annexes, celles-ci sont malheureusement trop répétitives. Le titre n’en reste pas moins pratique et sympathique à parcourir, il faut une dizaine d’heures pour voir le bout du scénario, et plus pour en voir tout le contenu. Eiyuden Chronicle Rising bénéficie d’une très belle direction artistique, mélangeant 2D et 3D de manière très efficace. Sans pour autant être brillante, cette petite aventure introductive se montre plutôt convaincante.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Eiyuden Chronicle Rising

Gameplay 6.5/10
Contenu 7.0/10
Graphismes 8.0/10
Bande son 6.0/10
Finition 7.0/10
6.9

On aime :

Un gameplay évolutif

De très jolis décors

Un RPG léger et fun

Une progression pratique et satisfaisante

On aime moins :

Des premières heures de jeu peu convaincantes

Des quêtes redondantes

Une bande-son très oubliable