Jeux-vidéo : notre top 5 de février

D’Elden Ring à Horizon Forbidden West, le mois de février aura été l’occasion de découvrir d’excellents nouveaux jeux cette année.

Horizon Forbidden West (PS4, PS5)

Avec Forbidden West, Guerrilla Games livre une suite très convenue à l’excellent Horizon Zero Dawn. Les nouveautés sont relativement maigres et il faut bien l’avouer, on n’est jamais vraiment surpris dans cette suite, qui offre un terrain de jeu de taille comparable à celui du premier volet, qui ne prend pas de gros risques au niveau de la recette mais apporte quelques jolies nouveautés toutefois niveau gameplay, avec un plus vaste arbre de compétences, de nouvelles attaques secondaires et surtout la possibilité d’améliorer son équipement avec le loot amélioré. On sent donc très bien la montée en puissance du personnage. La recette reste elle, la même, avec un mix de Tomb Raider et de Zelda dans un univers post-apo dans lequel les hommes sont retournés à l’âge de pierre et affrontent des machines titanesques à coups de flèches et de lance. On le sent, cette suite a souffert de son statut de jeu cross-gen. Le titre n’est pas aussi ambitieux qu’il aurait dû l’être, notamment dans la conception de son level-design, finalement très dirigiste. Les décors colorés et tropicaux de Forbidden West, son univers riche et son aventure palpitante en font toutefois un titre très plaisant à parcourir. Le jeu de Guerrilla brille, outre par son aventure, par ses affrontements intenses et sa réalisation soignée. On notera au passage que si le jeu est un peu plus joli sur PS5, le résultat est très convaincant aussi sur PS4 et PS4 Pro. Si l’on est donc un peu déçu par le manque d’ambition, difficile de ne pas succomber au charme de cette suite, parfaitement maîtrisée. Lire notre test.

Elden Ring (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series)

Longuement attendu par les fans du studio, le nouveau projet de From Software ne déçoit pas. Elden Ring est un Action-RPG dans la veine de ce que ses développeurs japonais savent faire, un titre mêlant un univers sombre (cette fois imaginé par l’auteur George R.R. Martin) et une difficulté prononcée. Ce nouveau titre est pourtant bien plus ambitieux puisqu’il propose un monde ouvert, une première pour le studio. Dans Elden Ring, nous incarnons un personnage qui évolue dans un royaume nommé l’Entre-terre. Celui-ci est gouverné par des demi-dieux possédant tous un fragment du mystérieux cercle d’Elden. Il nous revient la tâche de les vaincre et de s’emparer de tous les fragments. On retrouve dans Elden Ring le gameplay et tous les concepts récurrents des derniers jeux du studio, le titre est plus particulièrement un successeur spirituel à Dark Souls 3. Pourtant, ce monde ouvert accessible dès le départ change grandement l’expérience, nous permettant de prendre des chemins différents et de fuir les affrontements trop difficiles. L’exploration est très agréable et bien récompensée, nous pouvons trouver de quoi renforcer notre personnage dans de nombreux donjons et grottes souvent optionnelles. Le titre réserve évidemment son lot de très gros donjons et de boss bien corsés. Elden Ring se montre donc plus accessible en laissant beaucoup plus de libertés et de choix aux joueurs, mais il n’est pas particulièrement plus facile. Le titre propose également une excellente direction artistique ainsi qu’un univers de Dark Fantasy passionnant à découvrir. Dommage que sa technique soit perfectible sur les différentes versions du jeu. Elden Ring offre tout de même une aventure très longue et passionnante, mais il reste un titre qui ne plaira pas à tout le monde à cause de sa difficulté très élevée. Lire notre test.

Total War Warhammer 3 (PC)

Marchant sur les traces de ses prédécesseurs, Total War Warhammer III est un très bon jeu de stratégie en temps réel, qui tout en restant fidèle à l’univers de Warhammer, reprend à merveille le gameplay caractéristique des Total War. Tout ce qui a été amené dans les deux précédents épisodes est ici bonifié,  avec une campagne axée autour des Démons du Chaos. Huit factions sont contrôlables (dont le Chaos), chacune possédant ses propres mécaniques de jeu et réinventant littéralement le gameplay. Le multijoueur est lui toujours aussi complet, avec son propre scénario original et la possibilité de jouer désormais jusqu’à 8 joueurs. De nouveaux modes, solo et multijoueur, viennent agrémenter l’expérience de jeu et augmenter considérablement une durée de vie déjà très solide. Warhammer III est un excellent hommage à la franchise de Games Workshop, mais également un bon Total War, quoique légèrement daté. On retrouve exactement tout ce que l’on adore dans Total War, mais également ce qu’on lui reproche depuis quelques années maintenant. Visuellement, la franchise fait du surplace et commence sérieusement à accuser le poids des années, avec des environnements agréables à l’œil, mais loin d’être au niveau des standards actuels. On regrettera également qu’il n’y ait pas eu d’amélioration non plus quant au pathfinding des unités sur le champ de bataille, parfois saugrenu, et que les temps de chargement soient toujours aussi longs. Néanmoins, cet épisode est la bonne manière de conclure cette trilogie Warhammer, et l’on se réjouit déjà de la sortie du prochain épisode. Lire notre test.

Martha is Dead (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series)

S’il ne se destine pas à tous les publics vu les thèmes abordés et son niveau de violence, Martha is Dead est un titre marquant, qui brille par la richesse de sa narration et le développement de la psychologie de ses personnages. D’apparence, on est face à un walking-simulator. Niveau gameplay, le titre parvient toutefois à proposer une expérience de jeu solide avec des séquences d’exploration, des casse-tête, de l’horreur et un peu d’action également… Outre par sa réalisation soignée, le titre séduit surtout par son atmosphère très sombre et son contexte historique. On y incarne une jeune femme qui vient de perdre sa soeur jumelle, qu’elle a retrouvé morte au bord d’un lac, dans la Toscane des années 40. L’été touche à sa fin et la guerre se rapproche dangereusement. Les tensions dans le village sont nombreuses. La vie de Martha s’apprête à être bousculée à jamais. Il faut dire qu’avec un père général dans l’armée allemande, les choses s’annoncent compliquée pour Martha… Immersif, effrayant et terriblement addictif, Martha is Dead est le genre de jeu qui vous marque au fer rouge. Un must à ne pas manquer pour les amateurs de frisson. Lire notre test.

Dying Light 2 (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series)

Mêlant habilement parkour, phases d’action et phases d’infiltration, Dying Light 2 parvient sans mal à nous emmener dans sa trame scénaristique très réussie et à nous immerger dans son univers scifi très sombre. Le parkour, élément central de Dying Light 2, est une vraie réussite, aidé par un vaste open-world habilement conçu, très riche et incroyablement vivant. Dying Light 2 ne révolutionne pas la formule du premier volet : il s’agit d’un curieux mélange de parkour et de jeu de zombies en open world, mais la formule est affinée. S’il y a en revanche un gros reproche que l’on pourra émettre quant au titre à sa sortie, c’est indéniablement le manque de finition. De nombreux bugs d’affichage ou encore de collision lors des phases de parkour viennent entacher l’expérience. L’IA n’est guère plus réjouissante et n’apporte pas de défi suffisamment fort. Malgré une excellente BO et un sound design de grande qualité, le doublage français s’avère inégal, avec des sous-titres souvent inexactes. Les développeurs ayant déjà déployé plusieurs patchs correctifs, l’expérience devrait s’en voir grandement améliorée pour la plupart des joueurs. Avec son contenu généreux et sa réalisation soignée, Dying Light 2 est une expérience de jeu solide qui plaira à tous les fans du premier volet. La formule n’a en revanche pas forcément beaucoup changé et ses détracteurs pourraient toujours avoir beaucoup de mal à s’y plonger. Lire notre test.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.