Test – Elden Ring : Dark Souls et monde ouvert font bon ménage

Après plusieurs années d’attente, From Software nous livre enfin son nouveau titre. Elden Ring est sans doute le jeu du studio le plus ambitieux, un véritable successeur à la série Dark Souls sur de nombreux aspects.

On connaît surtout From Software pour avoir bouleversé la dernière décennie avec des titres plus exigeants les uns que les autres. Dark Souls, Bloodborne ou encore Sekiro, les derniers titres du studio ont su convaincre les joueuses et les joueurs les plus aguerris. Alors attendu de pied ferme, Elden Ring est le digne successeur de tous ces titres, et en particulier de la série Dark Souls à qui il emprunte beaucoup. Promis comme un jeu plus ambitieux, il est également le fruit d’une collaboration entre le studio et un auteur connu à l’international. Ce n’est autre que George R.R. Martin (Le Trône de fer/Game of Thrones) qui prête ses idées pour la conception de l’univers de Elden Ring, celles-ci ont ensuite été adaptées en jeu par le studio japonais. Un titre plein de promesses qui arrive à renouveler une formule qui divise.

Elden Ring est un Action-RPG en monde ouvert. Dès le départ, le titre nous laisse libre d’explorer son univers à notre guise. Un monde particulièrement grand mais également très dangereux puisqu’il est peuplé de créatures plus féroces les unes que les autres. Tout comme les précédents jeux du studio, le titre va proposer un véritable challenge qu’il va falloir surmonter. La mort arrive très vite et très souvent, cela a pour effet de laisser une partie de nos ressources à l’endroit de notre décès, qu’il est souvent préférable d’aller récupérer par la suite. Nous pouvons cependant souffler en nous reposant auprès de sites de grâce, qui nous indiquent également le chemin à suivre pour continuer la quête principale.

Le monde ouvert apporte beaucoup à la formule habituelle de From Software.

Nous incarnons un sans-éclat, un personnage insignifiant, qui évolue dans un royaume nommé l’Entre-terre. Il s’agit d’un monde où la frontière entre la vie et la mort a été altérée. Celui-ci est gouverné par des demi-dieux qui possèdent tous un éclat du cercle d’Elden, une impressionnante source de pouvoir. Le but de notre personnage est alors de leur prendre ces fragments et de restaurer ce cercle d’Elden comme il était autrefois, et ainsi de pouvoir changer le monde. Notre sans-éclat fait très vite la rencontre de Melina, une jeune femme qui va nous aider à atteindre notre but en nous donnant la possibilité de monter de niveau et en nous confiant Torrent, un destrier spectral, une monture bien pratique pour explorer ces terres.

Si le scénario reste simple c’est parce qu’il ne prend pas une grosse place dans l’expérience. Il est cependant possible de rencontrer de nombreux personnages qui nous donnent des indications et objectifs annexes qui ne sont répertoriés nulle part, il faudra compter sur notre mémoire pour voir le bout de ces quêtes optionnelles. Il ne faut pas s’attendre ici à un univers raconté de manière conventionnelle. Tout comme dans les autres jeux du studio, Elden Ring reste cryptique sur de nombreux aspects et permet de passer à côté de nombreuses clés de compréhension si on ne désire pas y prêter attention. Mais les amateurs d’univers de Dark Fantasy seront ravis de découvrir un monde tout à fait fascinant qui regorge de détails.

Le gameplay reste très proche de ce que proposait Dark Souls 3.

Le gameplay est plutôt similaire à ce que proposaient les différents épisodes de Dark Souls. On y retrouve les mêmes mécaniques de combat, avec des attaques fortes et faibles, des roulades et parades à réaliser au bon moment, l’utilisation de magie si nos statistiques le permettent… Le titre nous permet de choisir une classe en début de jeu mais celle-ci n’est pas figée, elle détermine nos statistiques de départ et notre équipement, mais nous gardons la mainmise sur l’évolution de notre personnage, il est alors possible de changer de style de jeu en cours de partie. Elden Ring propose cependant de nouvelles options offensives qui, en échange de prises de risques, peuvent s’avérer très bénéfiques. Chaque arme possède sa propre compétence spéciale et il est également possible de réaliser un contre après avoir bloqué une attaque. Ce gameplay est plutôt simple, efficace et surtout exigeant. La physique un peu lourde du titre demande un certain temps d’adaptation et il faut user des nos réflexes pour vaincre, en particulier face aux boss qui composent une bonne partie du challenge du jeu. Ceux-ci requièrent réellement d’apprendre leur comportement jusqu’à pouvoir imposer notre propre rythme au combat.

La véritable nouveauté c’est bel et bien le monde ouvert qui permet d’appréhender de différentes manières les situations délicates proposées par le titre. Cet Open World ne possède aucun point d’intérêt et seuls les sites de grâce nous guident vers un objectif. Notre seul repère est notre carte que l’on peut nous-même compléter avec différents marqueurs, carte dont on doit également trouver les fragments. Dans le monde d’Elden Ring, il est possible de trouver tout un tas d’ennemis, parfois gardant des camps qui renferment souvent des coffres ou objets. On y trouve également des grottes ou donjons, des structures souvent très petites mais parfois très vastes et bien construites qui gardent elles aussi de quoi améliorer notre personnage. Parmi ces améliorations se trouvent des talismans qui donnent des avantages passifs ainsi que des objets qui permettent d’invoquer des esprits pour nous aider à combattre. Le monde renferme beaucoup de surprises, ainsi qu’un cycle jour/nuit qui change certains éléments. Il est également possible de trouver de nombreux pièges qui nous mettent dans des situations délicates sans pour autant être trop frustrantes.

Il est possible d’invoquer des alliés pour nous aider durant les combats.

À tout cela vient s’ajouter un système de craft et de matériaux à trouver qui permet de créer tout un tas d’outils utiles. Enfin, le titre propose également la possibilité de jouer avec d’autres personnes. Tout comme dans les précédents jeux du studio, il est possible d’inviter ou de s’inviter dans la partie d’autres sans-éclats pour jouer en coopération, combattre des boss et explorer des donjons. Mais si vous voulez en découdre avec d’autres joueurs, c’est également possible en devenant un envahisseur.

C’était déjà le cas dans certains jeux du studio, les mécaniques de RPG et de multijoueur viennent un peu alléger la difficulté du titre. Mais le monde ouvert de Elden Ring est un gros pas de plus vers une plus grande accessibilité. Cette difficulté est une excellente raison d’explorer son monde ouvert de fond en comble. Si les précédents jeux du studio restaient plutôt linéaires, il est ici possible de vagabonder un peu partout sur la carte et de prendre des chemins différents si les défis sont beaucoup trop difficiles pour vous. L’exploration est passionnante et bien récompensée puisque parcourir les différents secteurs nous donne l’occasion d’amasser des runes (la monnaie du jeu qui permet également de monter de niveau) et des objets qui pourront nous permettre plus tard de revenir prendre notre revanche. Mais ne vous méprenez pas, même en prenant tout cela en compte, Elden Ring reste un jeu à la difficulté très élevée qui ne plaira pas à tout le monde.

Le jeu se montre très efficace artistiquement. La bande-son tantôt très épique, tantôt plus mélancolique s’accorde parfaitement avec l’ambiance du jeu. Sa direction artistique et son univers arrivent à rendre le titre très agréable visuellement, et parfois impressionnants grâce à une bonne distance d’affichage et de très beaux panoramas, malgré une technique pas forcément révolutionnaire. Il n’est cependant pas une réussite totale dans ses performances. Différentes versions du jeu ont certains problèmes, comme c’est le cas de la version PC plutôt capricieuse, du moins pour l’instant. Les versions consoles ne s’en sortent pas non plus parfaitement avec quelques problèmes de fluidité, et de temps de chargement assez longs sur les consoles d’anciennes générations, un peu dommage pour un jeu qui repose autant sur sa difficulté et qui occasionne donc de nombreuses morts.

Le titre propose des environnements impressionnants.

Les ambitions promises par le studio sont bien là, Elden Ring propose un grand monde ouvert impressionnant tant il donne envie de s’y perdre. Si plusieurs dizaines d’heures sont nécessaires pour arriver au bout de l’aventure, la durée de vie dépend surtout de l’intérêt porté à l’exploration de ce monde. Faire le tour de la carte demande beaucoup plus de temps. Autant de choses à faire engendre cependant un peu de recyclage dans les décors de grottes et petits donjons, et même pour certains boss qui sont réutilisés.

“Liberté” est le maître mot dans Elden Ring. Que ce soit pour la confection de notre personnage ou pour l’ordre dans lequel nous appréhendons les zones du jeu, le nouveau From Software nous donne le choix. Un aspect qui n’est pas sans rappeler un certain The Legend of Zelda: Breath of the Wild tant son approche est similaire dans l’exploitation de son monde ouvert. L’expérience est vraiment corsée mais offre un vrai sentiment de progression et d’accomplissement une fois ces difficultés surmontées. Un jeu qui n’est définitivement pas pour tout le monde, si la formule From Software ne vous a jamais convaincu, il y a peu de chance que Elden Ring change la donne.

Conclusion

Longuement attendu par les fans du studio, le nouveau projet de From Software ne déçoit pas. Elden Ring est un Action-RPG dans la veine de ce que ses développeurs japonais savent faire, un titre mêlant un univers sombre (cette fois imaginé par l’auteur George R.R. Martin) et une difficulté prononcée. Ce nouveau titre est pourtant bien plus ambitieux puisqu’il propose un monde ouvert, une première pour le studio. Dans Elden Ring, nous incarnons un personnage qui évolue dans un royaume nommé l’Entre-terre. Celui-ci est gouverné par des demi-dieux possédant tous un fragment du mystérieux cercle d’Elden. Il nous revient la tâche de les vaincre et de s’emparer de tous les fragments. On retrouve dans Elden Ring le gameplay et tous les concepts récurrents des derniers jeux du studio, le titre est plus particulièrement un successeur spirituel à Dark Souls 3. Pourtant, ce monde ouvert accessible dès le départ change grandement l’expérience, nous permettant de prendre des chemins différents et de fuir les affrontements trop difficiles. L’exploration est très agréable et bien récompensée, nous pouvons trouver de quoi renforcer notre personnage dans de nombreux donjons et grottes souvent optionnelles. Le titre réserve évidemment son lot de très gros donjons et de boss bien corsés. Elden Ring se montre donc plus accessible en laissant beaucoup plus de libertés et de choix aux joueurs, mais il n’est pas particulièrement plus facile. Le titre propose également une excellente direction artistique ainsi qu’un univers de Dark Fantasy passionnant à découvrir. Dommage que sa technique soit perfectible sur les différentes versions du jeu. Elden Ring offre tout de même une aventure très longue et passionnante, mais il reste un titre qui ne plaira pas à tout le monde à cause de sa difficulté très élevée.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

Elden Ring

Gameplay 9.0/10
Contenu 9.0/10
Graphismes 8.0/10
Bande son 8.0/10
Finition 7.0/10
8.2

On aime :

Le gameplay des Souls encore plus complet

Un monde ouvert mystérieux et passionnant à parcourir

Plus accessible et plus libre

Un univers de Dark Fantasy très travaillé

Une excellente direction artistique

On aime moins :

Une difficulté qui en rebutera plus d’un

Quelques soucis techniques sur les différentes versions

Un peu de recyclage dans son contenu