L’avion supersonique revient à la mode

Si tout se passe comme prévu, les avions commerciaux supersoniques pourraient à nouveau voler dès 2029. 

La compagnie aérienne américaine United Airlines a commandé 15 avions supersoniques à la startup Boom Supersonic. Une manière pour United Airlines de soutenir l’entreprise américaine qui tente, comme beaucoup d’autres, de relancer les avions commerciaux supersoniques depuis plusieurs années déjà. Si la startup est parvenue à trouver des soutiens de taille (Virgin Group, Japan Airlines, US Air Force), son projet a déjà pris pas mal de retard et les défis auxquels elle va devoir faire face sont encore nombreux.

Selon le plan de base, la livraison des premiers appareils Overture est prévue pour 2025 – si tout se passe comme prévu. Les jets pourront prendre leur envol dès l’année suivante, après avoir passé les différents tests de sécurité nécessaires. Quant aux premiers passagers, ils pourront monter à bord des avions supersoniques de Boom d’ici 2029.

Des durées de trajets divisées par deux

Selon la startup, l’Overture sera capable de voler à Mach 1,7 (2000 km/h), soit une vitesse deux fois plus rapide que les avions de ligne les plus rapides actuels. Rejoindre Londres à  New York avec un avion supersonique ne prendra que trois heures et demie, contre 7 heures aujourd’hui.

La réduction du temps de trajet aura évidemment un impact sur les prix des billets. La startup a ainsi déjà évoqué un prix de 5.000 dollars par siège, même si pour United Airlines, il est encore trop tôt pour parler de prix.

Si Boom Supersonic parvient à concrétiser son projet, l’Overture sera le premier avion supersonique à transporter des passagers depuis 2003. Pour l’instant, la startup est seulement parvenue à dévoiler une version réduite de son avion supersonique, le démonstrateur XB-1, qui devrait réaliser son premier vol d’essai cette année. La ligne d’arrivée est donc encore (très) loin.

Un concept d’avion déjà vu

L’Overture ne sera pas le premier avion supersonique à (peut-être) prendre son envol. Les premiers avions capables de voler plus vite que la vitesse du son ont vu le jour au milieu du 20e siècle. Ils étaient surtout destinés à l’armée et le sont encore aujourd’hui, mais dans les années 70, deux avions civils supersoniques sont entrés en service ; le franco-britannique Concorde et le soviétique Tupolev Tu-144.

Le Concorde est celui qui est resté le plus longtemps en service, de 1976 à 2003, puisque le Tupolev Tu-144 a pris sa retraite après seulement 3 ans dans les airs et une centaine de vols.

Bien qu’il fut en service pendant près de trente ans, le Concorde était un véritable gouffre financier. En plus d’être particulièrement gourmand en carburant, l’avion franco-britannique ne pouvait transporter qu’un petit nombre de passagers ce qui l’empêchait d’être rentable.

Un autre élément a entrainé la mise à la retraite du Concorde : sa pollution sonore. Lorsqu’il passe le mur du son, un avion supersonique émet une sorte de bang sonique, audible depuis le sol. Le Concorde a été particulièrement critiqué à ce sujet. C’est d’ailleurs en raison de cette nuisance sonore que les États-Unis ont interdit les avions supersoniques en 1973. Une interdiction levée en 2018 par le président de l’époque, Donald Trump.

Enfin, le crash d’un Concorde en 2000 sur un immeuble de Gonesse (France) a également accéléré sa chute. La tragédie a coûté la vie à 113 personnes.

De nombreux projets en préparation

Près de vingt ans plus tard, le concept séduit pourtant à nouveau et pour cause, les entreprises qui souhaitent se lancer dans la construction de nouveaux avions supersoniques réfléchissent à des solutions pour corriger les défauts du Concorde. Et elles sont en effet nombreuses. Outre Boom Supersonic, on peut notamment citer Exosonic et son projet de jet supersonique pour le transport du président américain ou encore Virgin Group.

Les différents projets reposent sur l’utilisation de carburant durable, afin de réduire la pollution de ce type d’avion. En 2021, cet aspect est en effet primordial. Les constructeurs aériens planchent sérieusement sur des solutions pour rentre l’aviation plus verte. Or, dans le cas d’avions ultrarapides qui consomment énormément, le recours à des solutions écologiques est essentiel. Le coût du carburant est également un élément à prendre en compte pour limiter le prix des sièges.

Dans le cas de l’Overture, Boom Supersonic et United Airlines assurent que leurs avions émettront “zéro carbone dès le premier jour [et seront] optimisés pour fonctionner avec du carburant d’aviation 100 % durable“. Une bonne nouvelle, même si les partenaires n’en disent pas plus sur le carburant qui sera utilisé.

Concernant la nuisance sonore des avions supersoniques, là aussi les entreprises cherchent à mettre au point une technologie qui permettra de camoufler le bang sonique.

Pour l’instant, le retour de l’avion supersonique est encore au stade de projet, même si plusieurs entreprises travaillent sérieusement dessus. Et la tâche s’annonce encore ardue. Certains ont d’ailleurs déjà jeté l’éponge. De manière générale, il ne faut pas s’attendre à voir un avion ultrarapide dans les airs avant plusieurs années. Les vols à bord de ce type d’engin devraient d’ailleurs être réservés aux personnes aisées, les billets d’avion devraient en effet être particulièrement onéreux.