Les premiers vols d’essai sont prévus pour le troisième trimestre 2021.

Si le secteur de l’aviation est actuellement au plus mal en raison de la pandémie de coronavirus, les constructeurs et concepteurs d’avions ne se tournent pas pour autant les pouces. Cette pause forcée permet de mettre en lumière des concepts d’avion innovants, ainsi que ce à quoi pourrait ressembler l’avenir de l’aviation. Outre les engins propulsés à l’hydrogène, les avions supersoniques sont encore aujourd’hui à l’ordre du jour. La startup américaine Boom Supersonic vient d’ailleurs de lever le voile sur son démonstrateur XB-1, le prototype de son jet supersonique d’une longueur d’une vingtaine de mètres.

Les premiers vols du démonstrateur XB-1 sont prévus pour le troisième trimestre 2021. Boom Supersonic espère atteindre une vitesse de Mach 1,3, soit 1.600 km/h, avec ce dernier.

Le XB-1 est en réalité le prototype d’un modèle plus grand qui devrait prendre son envol en 2029, si tout se passe comme prévu. La startup ambitionne en effet de mettre au point l’un des premiers avions commerciaux supersoniques. Pour l’instant, le modèle réduit ne peut accueillir que le pilote, mais à terme, dans sa version commerciale, le jet devrait pouvoir embarquer jusqu’à 88 passagers.

Le projet ne date en réalité pas d’hier puisque la startup avait déjà dévoilé les plans du XB-1 en 2016. À l’époque, Boom Supersonic indiquait que les premiers vols d’essai seraient faits en 2017. Elle prévoyait également de transporter ses premiers passagers dès 2020. Un calendrier que la société américaine n’est pas parvenue à respecter. Au final, son projet d’avion supersonique aura une décennie de retard, au mieux.

En parallèle des tests du XB-1, Boom Supersonic continuera de développer son avion supersonique commercial à taille réelle qui devrait être présenté en 2025. Celui-ci fera 60 mètres de long et pourra transporter entre 65 et 88 passagers. Supersonique, il volera à une vitesse deux fois supérieure à celle des avions commerciaux actuels. La startup assure que son avion pourra rejoindre Londres – New York en seulement 3 heures et demie, soit en moitié moins de temps qu’il ne faut actuellement.

Au-delà des défis technologiques, Boom Supersonic devra également faire en sorte d’éviter les défauts du Concorde, seul avion commercial supersonique à ce jour qui a pris sa retraite en 2003. Les avions supersoniques émettent en effet un énorme bruit lorsqu’ils franchissent le mur du son. C’est d’ailleurs pour cela que les États-Unis avaient interdit ce type d’avion en 1973. En 2018, le président Trump a signé un projet de loi pour lever cette interdiction, de sorte que les projets d’avions supersoniques ont explosé dans le pays.

La consommation de carburant de l’appareil était également fortement critiquée. À ce propos, Boom Supersonic assure que son objectif est de rendre ses avions neutres en carbone.