Une startup américaine veut ressusciter l’avion supersonique

Une startup américaine planche sur la construction d’un nouvel avion supersonique.

C’est le projet de Boom Supersonic, une startup américaine fondée par Blake Scholl, ancien employé d’Amazon. Un prototype sera construit dès l’année prochaine, 50 ans après l’envol du Concorde, qui a rallié l’ouest de l’Europe à la côte est des États-Unis de 1976 à 2003, et qui était le premier et dernier avion commercial supersonique.

Boom Supersonic est soutenu par de grands noms du secteur de l’aéronautique. On pense notamment à Richard Branson, de Virgin, qui a personnellement encouragé et financé le projet, mais aussi Japan Airlines, qui a investi 10 millions de dollars en décembre dernier.

C’est devant un ancien Concorde de British Airways restauré que le CEO de la startup a déclaré : « Chez Boom, nous sommes inspirés par ce qui a été accompli il y a un demi-siècle. Notre objectif est de construire un avion plus rapide et de le rendre accessible à tous ceux qui volent ». Pour l’instant, Boom Supersonic travaille sur un prototype miniature, le Baby Boom, qui devrait prendre son envol l’année prochaine.

Blake Scholl espère voir les premiers vols commerciaux débuter pour 2023. Les performances de l’avion font rêver : il sera possible de traverser l’Atlantique à la vitesse de 2470 km/h (Mach 2.2). 55 passagers pourront prendre place dans l’avion, à un prix défiant toute concurrence : tous les sièges seront en classe business, mais le prix ne dépassera pas les 2000€.

Chaque passager sera à côté d’un grand hublot, aura de la place pour étendre ses jambes et aura un accès direct au couloir central. Des destinations comme Tokyo-San Francisco et Sydney-Los Angeles sont également envisagées. L’avion à trois réacteurs emportera ses passagers à plus de 18.000 mètres d’altitude, contrairement aux avions de ligne traditionnels, qui ne dépassent que rarement les 10.000 mètres.

Quand on lui rappelle les raisons de l’échec du Concorde, Blake Scholl explique que les prix attractifs suffiront à faire voler ses avions aux quatre coins de la planète. Les experts sont cependant plus sceptiques : « Le trafic pour les affaires serait, à première vue, le plus rentable pour les trajets supersoniques. Mais si jamais il y a un ralentissement de l’économie ou quelque chose d’autre qui réduirait le marché des voyages en classe affaires, il ne resterait plus rien à faire avec ces avions », explique John Strickland, consultant indépendant sur les transports aériens.

Ces réserves n’empêchent cependant pas Boeing de plancher, de son côté, sur un avion hypersonique. Alors que le Concorde pouvait atteindre la vitesse de Mach 2.04, le bolide du constructeur américain pourrait atteindre Mach 5. De quoi relier New York à Londres en 2h. Il sera donc possible de faire l’aller-retour dans la journée, pour une réunion par exemple. Cet avion n’est cependant pas prévu avant 20 ou 30 ans.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.