Boeing reçoit les autorisations pour lancer son réseau d’Internet par satellite

Le constructeur aéronautique et aérospatial américain veut se mettre en concurrence avec SpaceX et Amazon.

Les projets d’Internet par satellite se multiplient. Après SpaceX avec Starlink et Amazon avec son projet Kuiper, c’est maintenant au tour de Boeing de rentrer dans la course. Depuis 2017, Boeing demande l’approbation de son projet auprès de la FCC, la Commission fédérale des communications américaine, mais cette dernière avait jusqu’à présent toujours rejeté les demandes de Boeing.

La concurrence faisant rage, SpaceX avait même demandé en 2019 à la FCC de limiter ou de rejeter les plans de Boeing à cause de « potentielles interférences nuisibles » avec son système satellitaire. Malgré cela, la FCC a finalement décidé d’autoriser Boeing à lancer une constellation de satellites à large bande. Les satellites seront toutefois limités à certaines fréquences.

Tout comme celui de ses homologues, le réseau de Boeing doit permettre aux particuliers, aux entreprises et aux gourvenements du monde entier d’accéder à Internet, même s’ils sont dans une région difficile d’accès ou reculée.

Une orbite beaucoup plus haute

Les satellites de Boeing opéreront à une altitude beaucoup plus élevée que ceux de Starlink ou du projet Kuiper. Là où les satellites de SpaceX sont situés entre 330 km et 580 km et où ceux d’Amazon se trouveront à environ 590 km d’altitude, les satellites de Boeing se situeront entre 1.055 km et 44.256 km.

132 satellites en orbite terrestre basse à 1.055 km de haut composeront la majorité de la constellation, tandis que 15 satellites en orbite non géostationnaire seront positionnés entre 27.350 km et 44.256 km. Cette variation de distance par rapport à la concurrence pourrait avoir des conséquences sur les performances du réseau, mais il faudra attendre les résultats en situations réelles pour connaitre la véritable vitesse et la stabilité du réseau satellitaire de Boeing.

Il faudra sans doute se montrer patient avant de voir arriver l’Internet satellitaire de Boeing auprès du grand public. La société a six ans pour lancer au moins la moitié des satellites prévus. Pour l’instant, aucune date de lancement ou de mise en opération n’a été communiquée par la compagnie, mais il est probable que Boeing fasse coïncider la mise en fonction de son réseau avec le déploiement de la station spatiale à laquelle il collabore auprès de Blue Origin.