Très calme cette année, le mois de juin aura toutefois été l’occasion de découvrir quelques très jolies nouveautés côté gaming, avec notamment, le dernier Ratchet & Clank.

Chivalry 2 (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series)

Chivalry 2 reprend à sa sauce la formule des Call of Duty et autres Battlefield, en la transposant dans un univers médiéval. Torn Banner Studios livre un jeu à la fois accessible, fun et technique. Le gameplay exige de la la persévérance pour être maîtrisé. Chivalry 2 ne propose aucune campagne solo mais parvient à justifier son prix (39,99€) avec un contenu très généreux en multijoueur. Les affrontements de masse, à 64 joueurs, sont un véritable régal, d’autant plus qu’on est loin ici de simples deathmatch en équipes. Les affrontements sont scénarisés et suivent une succession de missions aux objectifs variés qui vont de l’escorte d’un convoi au sauvetage d’esclaves en passant par l’assaut d’une forteresse. Chaque étape de la mission est chronométrée. Une certaine tension s’installe donc lors des parties. Le jeu de Torn Banner brille surtout dans son level-design, qui offre plusieurs approches différentes du champ de bataille, son gameplay varié avec plusieurs classes et sous-classes et son accessibilité. Contrairement à un Mordhau, il ne faudra pas y passer des heures avant de réussir son premier frag. Esthétiquement, le jeu est également une totale réussite. Nul doute que si le contenu suit au cours des prochains mois, Chivalry 2 s’installera comme l’un des valeurs sûres du multijoueur en ligne pour les prochaines années… Lire notre test complet.

Ratchet & Clank : Rift Apart (PS5)

Pour leur grand retour sur Playstation après plus de 5 ans d’absence, Ratchet & Clank signent ici une de leurs aventures les plus réussies et abouties jamais produites. Véritable vitrine technologique de la PS5 grâce à ses environnements à couper le souffle et les prouesses de la DualSense, le titre d’action-aventure s’impose comme l’un des titres les mieux adaptés pour la next-gen à l’heure actuelle. La direction artistique est une des valeurs sûres de ce jeu de plates-formes et d’aventure en 3D, que ce soit au niveau des graphismes très colorés et magnifiques, mais également de la bande-son et du doublage, de très bonne facture. Du point de vue du gameplay, on reste également sur quelque chose de très solide. Les affrontements sont toujours aussi exaltants, désormais aidés par une DualSense au top de sa forme, venant donner une grande profondeur aux combats que l’on mène dans Rift Apart. On regrettera toutefois que les failles dimensionnelles, pourtant au coeur de l’intrigue et du gameplay, ne soient que trop peu mises en avant et qu’elles n’impactent pas suffisamment la jouabilité. Elles font toutefois partie intégrante d’un scénario somme toute plaisant, mais qui peine à surprendre, la faute à une intrigue bien trop simpliste. Le personnage de Rivet, nouveau protagoniste introduit dans l’épisode, est quant à lui un coup de cœur, et nous ne demandons qu’à mettre les mains sur un spin-off qui, on lui souhaite, sera d’aussi bonne facture que Rift Apart. Lire notre test complet.

Griftlands (PC, PS4, Xbox One, Switch)

Après deux ans d’attente, Griftlands est enfin sorti de son accès anticipé. Le nouveau titre de Klei Entertainment est un mélange novateur de jeu de cartes, de RPG narratif et de rogue-lite. On y suit plusieurs scénarios dans un univers de science-fiction impitoyable où évoluent un gouvernement tyrannique, des cultes et autres organisations criminelles. Le titre est un jeu où la narration et les choix auront une grande importance. Celui-ci mélange de l’aléatoire avec des embranchements multiples pour que nos nombreuses parties soient différentes. Il est possible d’approcher les situations de différentes manières, ce qui aura un impact sur l’appréciation des personnages à l’égard du héros, et également de ses proches. L’aspect narratif de Griftlands, les conséquences qu’il a sur le gameplay et son écriture donne l’impression que cet univers est vivant. Au cours de l’aventure, il faut prendre part à des affrontements fonctionnant grâce à un jeu de cartes. Les combats ainsi que les négociations sont deux types d’affrontements possédant chacun leurs propres subtilités. Il est cependant impossible de gérer nos decks comme bon nous semble, il faut donc faire attention aux cartes qu’on ajoute à notre jeu. Chaque fin de partie donne de l’expérience qui débloque des bonus à équiper pour la prochaine run. D’autres modes de jeux, personnages et difficultés sont également disponibles, permettant de faire varier une expérience déjà complète. La direction artistique est aussi une réussite, malgré une mise en scène un peu trop sommaire. Lire notre test complet.

Sniper Ghost Warrior Contracts 2 (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series)

Avec Sniper Ghost Warrior: Contracts 2, la série de CY Games prend enfin son envol. Contracts 2 corrige tous les défauts de ses ancêtres. Exit les niveaux linéaires, place ici à de mini open-world qui offrent une énorme liberté d’approche des objectifs aux joueurs. Contracts 2 introduit également des séquences de snipe longue-distance particulièrement intenses. Le gameplay est technique, mais reste accessible. D’autant plus que s’il nous est présenter comme un jeu de sniper, le titre n’est en réalité pas si éloigné d’un Call of Duty vu la diversité d’action qu’il propose. Il ne sera pas rare d’éliminer des vagues d’ennemis à la Kalashnikov ou d’infiltrer un camp ennemi ou éliminant chaque garde au couteau. Avec ses mécanismes de jeu bien rôdés, sa grande diversité de séquences de jeu, ses jolis graphismes et son ambiance soignée, Contracts 2 est incontestablement une belle réussite, et le premier épisode de la série à parvenir également à totalement nous convaincre. A 39,99€, le titre mérite le détour, malgré un contenu un petit peu léger. Lire notre test complet.

Scarlet Nexus (PC, PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series)

Plus proche du jeu d’action que du RPG, Scarlet Nexus brille par l’intensité de ses combats et l’originalité de son univers, délicieusement cyberpunk. Le nouveau jeu de Namco Bandai s’inspire assez ouvertement des Devil May Cry et autres Ninja Gaiden pour son système de combat, qui mixe brillamment combats au corps à corps, télékinésie et attaques spéciales, donnant lieu à de formidables ballets aériens qui nous en mettent plein les yeux. Visuellement, le titre est également plutôt réussi avec son character design inspiré et ses graphismes en cel-shading, qui rappellent l’esthétique d’un animé. C’est à la fois fun et accessible. On lui reprochera toutefois clairement de ne pas faire beaucoup d’efforts au niveau de la narration, avec ses dialogues verbeux et ses cut-scenes à images fixes… Côté gameplay, tout n’est pas parfait, mais le titre a le mérite d’être divertissant. Scarlet Nexus n’est clairement pas le jeu de l’année mais n’en reste pas moins une très bonne surprise, et une belle portée d’entrée au genre pour les non-initiés. Lire notre test complet.