Test – Chivalry 2 : au coeur des joutes médiévales

Près de neuf années après le premier volet, les créateurs de Chivalry: Medieval Warfare nous reviennent avec une suite bien plus ambitieuse.

Après l’échec de Mirage Arcane Warfare en 2017, le studio canadien Torn Banner Studios avait annoncé son intention de revenir à ses premiers amours avec une suite directe de son premier jeu, l’excellent Chivalry: Medieval Warfare. Le premier épisode était à l’origine un mod très populaire proposant des affrontements de masse en période médiévale. Il s’était progressivement transformé en un projet de jeu multijoueur à part entière. Ses créateurs ne disposaient toutefois pas vraiment des ressources à l’époque pour en faire un titre triple-A. Depuis, le studio a parcouru un bout de chemin. De nouveaux talents ont rejoint l’équipe et surtout, Torn Banner Studios a eu beaucoup plus de temps pour affiner ses idées et préparer une suite digne de ce nom.

Le mode de jeu principal propose des affrontements de masse à 64 joueurs.

Chivalry 2 reprend les fondements de son ancêtre mais maîtrise beaucoup mieux la formule. Moins technique qu’un Mordhau dans son gameplay, le titre de Torn Banner Studios se présente comme un jeu de guerre à la première personne très fun à jouer entre amis. Le mode de jeu principal propose de participer à des affrontements de masse à 64 joueurs, répartis entre deux factions. Dans ce mode de jeu, il faudra participer à une succession de missions qui définiront le destin des deux armées. A l’exception de quelques combats en arène avec un nombre limité de renforts, qui rappellent furieusement Battlefield dans leur formule, la plupart des missions qui nous sont ici proposées suivent une trame narrative. Dans l’une d’elle, les attaquants devront par exemple prendre le contrôle d’une plage, pour ensuite avancer avec les béliers, défoncer la porte de la forteresse, progresser dans la cour du château et éliminer le maître des lieux. Les défenseurs de la place forte devront tout faire pour empêcher l’ennemi de réaliser chacun de ses objectifs dans le temps qui lui est imparti. En cas de victoire sur l’une de ces manches, les défenseurs de la place forte remporteront la partie.

Etonnamment, le jeu est très joliment équilibré. Les parties s’enchainent sans que l’ennui ne pointe le bout de son nez. Chivalry 2 est un jeu brillamment conçu. Son level-design offre de nombreuses approches différentes du champ de bataille, qui favorisent tant les individualités que les attaques coordonnées. Il ne faut pas forcément concevoir une stratégie de groupe pour réussir. Les individualités peuvent également payer. La tension est palpable sur le champ de bataille. Le timer, présent en permanence sur l’écran, force les attaquants à changer continuellement de tactique pour progresser.

L’archer peut faire de gros dégâts dans les rangs ennemis avant la confrontation directe.

Chivalry 2 est à la fois un jeu très accessible mais aussi suffisamment technique pour garder les joueurs scotchés à leur pad durant des heures. Tout d’abord, parce qu’il est possible d’y incarner différents classes de guerriers : dans le rôle d’un archer, le joueur devra garder une certaine distance avec ses adversaires et veiller à être toujours accompagné de fantassins pour le protéger. Dans le rôle d’un chevalier, il faudra veiller à bien se protéger et maîtriser le maniement de l’épée. Le gameplay est relativement accessible mais suffisamment subtile pour qu’il soit possible d’utiliser des feintes et utiliser différents types de coups pour mettre K.O. ses opposants. Les combats sont techniques et il ne sera pas rare qu’un très bon joueur enchaine 5, 6, 7 ou 8 frags à la suite. En plus des quatre classes principales de guerriers, on retrouve différentes sous-classes. Au sein de celle des archers, le joueur pourra par exemple incarner un arbalestier, une fois la compétence débloquer. L’arbalète est plus précise et fait plus de dégâts, mais elle ne tire qu’un seul coup et prend du temps à être rechargée…

Torn Banner Studios a très bien pensé son jeu, de sorte à ce que l’expérience continue d’évoluer au fil des parties. Au fil des victoires, le joueur débloquera de nouveaux éléments cosmétiques pour personnaliser son guerrier et de nouvelles sous-classes de combattants. Sur la durée, le jeu offre donc une expérience très solide.

On retrouve une belle diversité de missions et d’environnements dans Chivalry 2.

Les premières parties sont également grisantes pour les nouveaux joueurs, qui découvriront un jeu extrêmement fun à jouer, mettant en scène des dizaines de combattants sur un champ de bataille qui ne cesse d’évoluer… Les missions sont extrêmement variées et le jeu brille par par son immersion. On est plongé au coeur de la bataille dès les premières secondes de la partie avec une charge mortelle des deux factions. En cas de décès, le joueur respawnera ensuite à proximité directe de la ligne de bataille.

De par son approche très arcade, le jeu n’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler une simulation, mais son univers reste suffisamment crédible pour qu’on s’y croit. La variété des situations permet également d’expérimenter des séquences de jeu très riches, de l’assaut des places fortes aux batailles rangées en passant par des escarmouches ou des escortes de PNJ. Ceux qui le souhaitent peuvent également participer à des parties en Deathmath ou Team Deathmatch beaucoup plus classiques.

Malgré la pandémie, les développeurs sont parvenus à joliment optimiser leur jeu. Le titre est extrêmement fluide, les parties s’enchainent rapidement et nous n’avons croisé aucun bug en plus de 40 parties… Le temps d’attente entre deux parties est également très court, le jeu étant cross-platform dès sa sortie.

Côté bande son, Chivalry 2 parvient également à convaincre avec d’excellents bruitages et des musiques d’ambiance très réussies. Seuls les doublages en anglais sont un peu moins convaincants avec des touches d’humour qui s’imbriquent assez mal dans l’univers du jeu. On le sent, le studio a tenté de rendre son jeu accessible au plus grand nombre et a intégré pour cette raison des tas de cris de guerre et poses de victoire personnalisables, en s’inspirant assez ouvertement d’un Fortnite.

Chivalry 2 aurait très bien pu adopter un format free-to-play pour toucher un plus grand nombre de joueurs, mais l’expérience de jeu est ici suffisamment solide pour justifier son tarif de 39,99€. Le contenu du jeu est costaud dès la sortie et on ne doute pas sur le fait que le studio proposera quantité de nouvelles cartes et défis aux joueurs au fil des prochains mois. Rassurez-vous si vous comptez vous y lancer le premier jour : la finition est impeccable et en dépit de la pandémie, les développeurs sont parvenus à glisser toutes leurs idées dans leur jeu, dès sa sortie.

Conclusion

Chivalry 2 reprend à sa sauce la formule des Call of Duty et autres Battlefield, en la transposant dans un univers médiéval. Torn Banner Studios livre un jeu à la fois accessible, fun et technique. Le gameplay exige de la la persévérance pour être maîtrisé. Chivalry 2 ne propose aucune campagne solo mais parvient à justifier son prix (39,99€) avec un contenu très généreux en multijoueur. Les affrontements de masse, à 64 joueurs, sont un véritable régal, d’autant plus qu’on est loin ici de simples deathmatch en équipes. Les affrontements sont scénarisés et suivent une succession de missions aux objectifs variés qui vont de l’escorte d’un convoi au sauvetage d’esclaves en passant par l’assaut d’une forteresse. Chaque étape de la mission est chronométrée. Une certaine tension s’installe donc lors des parties. Le jeu de Torn Banner brille surtout dans son level-design, qui offre plusieurs approches différentes du champ de bataille, son gameplay varié avec plusieurs classes et sous-classes et son accessibilité. Contrairement à un Mordhau, il ne faudra pas y passer des heures avant de réussir son premier frag. Esthétiquement, le jeu est également une totale réussite. Nul doute que si le contenu suit au cours des prochains mois, Chivalry 2 s’installera comme l’un des valeurs sûres du multijoueur en ligne pour les prochaines années…

Chivalry 2

Gameplay 8.5/10
Contenu 8.5/10
Graphismes 8.5/10
Bande son 7.0/10
Finition 8.5/10
8.2

On aime :

Une réalisation graphique solide

Des missions et environnements variés

Technique mais accessible

Fun, dès la première partie

Des affrontements de masse, à 64 joueurs

On aime moins :

Des doublages qui ont du mal à convaincre

Quelques effets visuels un poil moins réussis