Jeux-vidéo : notre top 5 de mars

Habituellement assez calme, le mois de mars aura été l’occasion de découvrir quelques jolies pépites indépendantes, à côté d’autres plus gros jeux. 

It Takes Two (PC, Xbox One, Xbox Series, PS4, PS5)

Avec It Takes Two, le studio Hazelight, qui avait déjà fait des titres coopératifs sa grande spécialité avec le très sympathique A Way Out, signe le meilleur jeu de ce début d’année 2021. Josef Fares et ses équipes nous livrent un jeu extrêmement ambitieux, qui lorgne du côté des films de Pixar pour son univers cartoonesque et son histoire pleine de charme. Le titre séduit toutefois surtout pour son gameplay ingénieux, axé sur la coopération. It Takes Two fait partie de ces jeux qui se jouent intégralement à deux. Dans la peau de deux poupées de chiffon, les joueurs devront coopérer pour progresser dans une aventure mouvementée. Jeu de plates-formes à la base, le jeu n’hésite pas à jouer avec les codes du genre et à proposer une incroyable diversité de séquences. It Takes Two surprend par la richesse insoupçonnée de son gameplay et de son univers. Vendu 39,99€ seulement, le titre propose également une expérience de jeu très solide, avec son aventure longue de près de 10 heures, qui offre de surcroit une bonne rejouabilité. C’est fun, coloré, extrêmement rafraichissant et à n’en pas douter, il s’agit de l’un des meilleurs jeux coopératifs jamais imaginé. It Takes Two a de surcroit l’immense atout d’avoir le potentiel de séduire tant les plus jeunes que les adultes. Lire le test complet.

Monster Hunter Rise (Switch)

La série Monster Hunter revient avec Rise, un nouvel épisode temporairement exclusif à la Nintendo Switch. Cet épisode se déroule à Kamura, un petit village périodiquement victime de la “calamité”. Le concept évolue peu. Il s’agit toujours de partir à la chasse aux monstres et de terrasser de gigantesques créatures. Comme ses ancêtres, le jeu se caractérise par une maniabilité lente et lourde, mais gratifiante une fois maîtrisée, et ses missions coopératives, dans lesquelles le titre montre tout son potentiel. Les nouveautés sont nombreuses. Nous sommes cette fois accompagnés du désormais traditionnel Palico mais aussi de toutes nouvelles créatures, les Chumsky, qui servent également de monture. Le filoptère, sorte de grappin-insecte, permet d’augmenter nos possibilités de déplacements, les zones sont ainsi plus verticales et cela nous incite bien plus à les explorer de fond en comble les niveaux. Enfin les quêtes Calamité, sorte de phases de Tower Defense, ajoutent un peu de diversité malgré leur lisibilité qui laisse à désirer. Visuellement et musicalement très efficace, ce nouvel épisode reste cependant peu accessible pour les nouveaux joueurs qui devront batailler avec l’interface et les contrôles durant quelques heures avant de s’y habituer. Mais une fois ce cap passé, Rise se révèle être un excellent titre pour quiconque accroche à son concept. Lire notre test complet.

Bladed Fury (PC, PS4, Xbox One, Switch)

Sorti de nulle part, Bladed Fury est pourtant l’une des très bonnes surprises de ce début d’année 2021 et incontestablement un excellent beat them all, qui n’hésite pas à mélanger brillamment des éléments empruntés à différents genres. Lorgnant tantôt du côté du Castlevania-like avec ses combats de boss intenses et sa progression non-linéaire, tantôt du côté du jeu de plates-formes avec ses petites énigmes et ses séquences d’adresse, le jeu de NExt Studios est une très belle réussite, tant au niveau de son gameplay, à la fois fun et technique, que de sa réalisation, pleine de charme avec sa direction artistique inspirée et son style unique. Attention toutefois, le jeu est en chinois avec un sous-titrage en anglais. L’aventure n’est également pas bien longue puisqu’il ne faudra que quelques heures pour en voir le bout. Malgré tout, on vous conseille de ne pas passer à côté de cette petite pépite. Lire notre test complet.

Pacer (PC, Xbox One, PS4)

Avec Pacer, le studio britannique R8 Games livre un clone presque complet de Wipeout. Rien de surprenant puisque le titre a été développé par des anciens de Psygnosis… On reprochera clairement à ce Pacer un certain manque de personnalité. Le titre de R8 Games remplit toutefois parfaitement son cahier des charges avec son gameplay nerveux et technique, sa réalisation soignée et son contenu très généreux. On tient là le digne successeur de Wipeout! Et, bonne surprise pour les amateurs de jeux de courses futuristes, le jeu n’est vendu que 40€. Un prix très respectable pour un titre étonnamment ambitieux. Tout n’est pas parfait, certes. On lui reprochera ses menus peu ergonomiques, le manque d’entrain de son mode solo et sa bande son qui manque de personnalité. Mais pour un premier essai, le résultat n’en reste pas moins très impressionnant. Lire notre test complet.

Narita Boy (PC, PS4, Xbox One, Switch)

La première création du studio Koba est une très belle réussite. Narita Boy se présente comme un mélange ambitieux de genres, qui brille surtout par son univers so 80’s, sa direction artistique inspirée et sa bande son électro délicieusement rétro. Côté gameplay, le constat est un peu plus terne. Les mécanismes de jeu restent très simples et Narita Boy ne brille dans aucun segment en particulier. Ses séquences de combat manquent de pêche, les séquences de plates-formes de précision. L’aventure n’en reste pas moins épique dans cet univers SF plein de charme, qui nous rappelle tantôt Tron, tantôt Ready Player One. Très clairement, ce sont les amoureux de rétrogaming qui tomberont le plus sous son charme. Avec ses sprites dessinées à la main et ses superbes animations, Narita Boy est une très jolie claque graphique et un très bel hommage aux classiques du genre. Dommage toutefois qu’il soit facturé aussi cher (29.99€). Lire notre test complet.