TikTok va être racheté par deux entreprises américaines

Un accord a été trouvé pour que la chaîne de magasins Walmart et l’entreprise de gestion de base de données Oracle rachètent une majorité des parts de TikTok.

L’affaire TikTok pourrait bientôt toucher à sa fin après des semaines de tensions, pourparlers et menaces d’interdiction sur le sol américaine. Le réseau social très populaire auprès des jeunes est accusé depuis longtemps par les États-Unis d’être un outil d’espionnage pour le compte de Pékin. C’est pourquoi le Président américain avait décrété que TikTok serait interdit sur le territoire à compter du 20 septembre 2020 si l’application détenue jusqu’alors par une société chinoise, ByteDance, n’était pas revendue à des entreprises américaines.

Après des semaines de négociations et de nombreux candidats dont Twitter ou encore Microsoft, c’est finalement Walmart et Oracle qui ont décroché le contrat, a annoncé TikTok sur Twitter. Mais si la chaîne de magasins et l’entreprise de gestion de bases de données vont prendre part au capital de l’application, elles n’en seront pas les uniques propriétaires.

Il est en effet question qu’elles ne puissent racheter que jusqu’à 20% des parts de TikTok avant une future entrée en bourse de l’app. Oracle ne prévoirait d’en prendre que 12%. Walmart deviendrait le partenaire commercial de TikTok, alors qu’Oracle serait le partenaire technologique de l’app aux États-Unis.

Dans les faits, le capital du réseau social serait majoritairement américain puisque, selon les sources du Wall Street Journal, 53% des parts seraient attribuées à des entreprises et investisseurs américains.

Un vrai bon dénouement ?

On pourrait tout de même se demander si ce rachat est une victoire pour les utilisateurs de l’application. Très populaire à travers le monde, l’app qui permet de partager de courtes vidéos musicales ou humoristiques compte pas moins de 100 millions d’utilisateurs aux États-Unis. Or, ce rachat est entièrement fondé sur les accusations d’espionnage de la Maison-Blanche à faveur du gouvernement chinois. Donald Trump n’a jamais révélé de preuve tangible de risques pour la sécurité nationale ni pour la confidentialité des utilisateurs. La CIA avait d’ailleurs affirmé que les accusations du président américain étaient infondées.

Dans les faits, le contrat implique que les données des utilisateurs américains soient hébergées par le groupe informatique Oracle, sur le sol américain. Il sera également en charge de la sécurité des systèmes informatiques associés. ” Nous sommes convaincus à 100% de notre capacité à fournir un environnement hautement sécurisé à TikTok et à garantir la confidentialité des données des utilisateurs américains de TikTok et des utilisateurs du monde entier “, a assuré Safra Catz, la directrice générale d’Oracle, dans un communiqué.

” C’est une bonne affaire pour l’Amérique. Ils vont embaucher au moins 25.000 personnes. Ce sera une toute nouvelle société qui n’aura rien à voir avec la Chine. Je pense que ce sera un accord fantastique “, s’est exprimé Donald Trump. On notera également que l’accord doit encore être validé par le comité de sécurité nationale du gouvernement américain.

Mais TikTok n’était pas la seule application chinoise populaire à être dans le collimateur des États-Unis ; WeChat, une application de messagerie détenue par le géant chinois Tencent l’était également. Celle-ci devait initialement être interdite sur le sol américain à compter du 20 septembre, mais une juge californienne a suspendu temporairement la décision de l’administration américaine, car celle-ci posait de ” sérieuses questions sur le respect du premier amendement de la Constitution américaine, qui garantit la liberté d’expression “, a rapporté le New York Times.