Si le droit à l’image est connu dans les grandes lignes, il reste encore beaucoup de zones floues concernant cet outil lié à la protection de la vie privée. Reprenons les bases avant d’aller un peu plus loin.

Lorsqu’on prend des amis en photo ou que l’on immortalise un événement public auquel on participe, on ne se pose pas forcément la question de savoir si on a le droit ou non de le faire. Pourtant, il serait judicieux de se poser la question et surtout de demander l’autorisation des personnes que l’on souhaite photographier.

L’utilisation de cette photo peut également poser problème. Si cela reste dans le cadre privé, pas d’inquiétude, mais si vous commencez à partager votre folle virée avec vos amis sur les réseaux sociaux, cela peut devenir dérangeant. En effet, prendre une photo et la diffuser sur la toile sont deux choses différentes et dans certains cas, cela peut être assimilé à du cyberharcèlement.

Double consentement

Pour reprendre la définition de l’Autorité de Protection des données (ADP), le droit à l’image « est un droit selon lequel toute image d’une personne, mais également l’utilisation de cette image requiert le consentement de la personne représentée ». Autrement dit, pour poster la photo d’une personne sur Internet, il faut obtenir son consentement à être pris en photo, ainsi que son consentement à ce que cette photo soit publiée sur la toile.

En effet, « le fait qu’une personne accepte d’être prise en photo ou filmée ne signifie pas forcément qu’elle consent à la publication ou à la diffusion de ces images », précise l’APD.

Le droit à l’image sur Internet

La toile véhicule un sentiment de zone de liberté et de non-droit ce qui n’aide pas forcément les personnes à faire respecter leur droit à l’image. Pourtant, la loi s’applique également sur Internet et donc, le droit à l’image est aussi d’application sur le web. Une personne pourra donc demander le retrait d’une photo d’elle publiée sur la toile sur base de son droit à l’image.

Même si la tendance semble indiquer le contraire, tout le monde ne désire pas retrouver son visage sur Internet.

La mémoire du net

Si une grande majorité des personnes sont actives sur la toile et les réseaux sociaux, cela n’est pas le cas de tout le monde. C’est pourquoi il peut être problématique de partager sa photo sur son mur Facebook ou son compte Instagram. D’une part, la personne ne sera pas au courant que son image est diffusée sur Internet et, d’autre part, même si elle arrive à la faire supprimer, rien n’indique que sa photo n’ait pas été copiée ailleurs.

Sur Internet, il est difficile de disparaître totalement. Pour cette raison, il vaut mieux se prémunir au moment de la publication en demandant l’autorisation de publier la photo de son sujet sur son compte.