En seulement un an, le nombre de trottinettes électriques a véritablement explosé en Belgique et plus particulièrement dans la capitale. Une flotte toujours plus importante aidée par la multiplication des différents opérateurs de free-floating. Aujourd’hui, on compte 6 acteurs dans notre petit pays et la concurrence est rude.

Pour savoir vers quel service se tourner, il faut avant tout connaitre les spécificités de chacun, en intégrant les points positifs et négatifs. Une tâche qui peut être complexe à première vue étant donné que les différents services reposent sur le même principe de base : la location en libre-service de trottinette électrique.

Pour vous aider à tenter l’expérience, pour un petit bout de chemin ou pour la vie, nous vous proposons un guide complet des différents services disponibles en Belgique, en fonction de plusieurs points : le prix, la disponibilité, la localisation, mais aussi des aspects plus techniques comme le confort de la conduite ou les capacités des engins.

Un concept commun

Comme nous l’avons déjà signalé, les différents acteurs des trottinettes électriques en free-floating partagent un concept commun. Ceux-ci mettent à la disposition d’une population des véhicules électriques à deux roues, le tout étant contrôlé par une application mobile.

Pour pouvoir embarquer sur ce type d’engin, il faut préalablement installer l’application et se créer un compte en enregistrant un mode de paiement. Ensuite, il faudra géolocaliser un véhicule sur la carte, le déverrouiller via l’application et, une fois notre balade terminée, clôturer sa course et stationner soigneusement l’engin. Simple, non ?

Les différentes offres 

En Belgique, on compte 6 acteurs, la plupart étant à Bruxelles, mais certaines entreprises de micromobilité se sont déjà lancées à la conquête d’autres villes, notamment à Liège, à Namur et à Anvers.

La majorité impose la même tarification, à savoir 1€ à chaque déverrouillage d’une trottinette et 0,15€ la minute d’utilisation. Seuls Bird et Lime appliquent un tarif plus cher ; 0,25€. Dans le cas de Lime, il s’agit d’une augmentation estivale « pour faire face à la demande » durant l’été.

Les trottinettes sont utilisables tous les jours de la semaine, en fonction d’un horaire similaire : de 7h à 22h. À noter que certains services ne sont pas disponibles en hiver, ils préfèrent hiberner pour revenir en forme au printemps.

Enfin, certains ont développé leur propre bécane, d’autres utilisent celles de grandes marques, Xiaomi par exemple. Dans la plupart des cas, la vitesse maximale est de 25km/h, comme l’impose la loi. Et leur autonomie varie entre 30 et 50 kilomètres, mais cela varie en fonction de la batterie.

  • Troty, le made in Belgium

    Crédit : Troty (Instagram)

C’est en juin 2018 que la société belge Troty lance les premières trottinettes électriques de Belgique, à Bruxelles. Aujours’hui, après un break, Troty devrait faire son grand retour à Bruxelles, Liège, Gand, Namur, Bruges, Malines, Spa-Francorchamps, Knokke.

Au-delà de son statut de premier opérateur et de service made in Belgium, Troty se différencie de ses concurrents par l’utilisation de cadenas.

En effet, contrairement aux autres opérateurs, Troty impose à ses utilisateurs de verrouiller leur trottinette via un cadenas une fois qu’ils ont terminé leur course. Ils doivent également prendre une photo de l’engin lorsqu’il est attaché et l’envoyer via l’application. Une sorte de sécurité qui protège l’utilisateur en cas de pépin avec la trottinette. Cela permet également d’éviter que les trottinettes ne soient stationnées n’importe où.

Autre option : ramener l’engin dans l’un des partenaires du service indiqué sur la carte permet à l’utilisateur de gagner des minutes gratuites.

Enfin, il faudra obligatoirement scanner sa carte d’identité pour créer un compte et utiliser l’application.

  • Lime, le leader incontesté

Tout droit débarqué de Californie quelques semaines après Troty, Lime est le leader mondial sur le secteur des trottinettes électriques en libre-service. Il est également le numéro 1 en Belgique avec une flotte de plus de 1.200 trottinettes.

Disponibilité : Bruxelles, Liège et Namur.

Spécificité : possibilité de programmer des trajets de groupe.

L’application est particulièrement riche. Elle renseigne tous les véhicules disponibles et l’état de leur batterie en temps réel sur la carte. Il est possible de signaler des stationnements interdits en scannant les engins, mais aussi ceux endommagés, ainsi que les problèmes de verrouillages.

  • Circ, anciennement Flash
Crédit : Circ

Fondé fin 2018 à Berlin, la startup allemande Flash – récemment renommée Circ – mise sur le confort de ses utilisateurs et leur sécurité.

Disponibilité : Bruxelles, Ostende, Liège, Namur.

L’application indique l’état de la batterie et l’autonomie restante des trottinettes disponibles directement sur la carte. Il est possible de réserver un engin.

  • Bird

Autre grand acteur de la capitale, Bird fut l’un des trois premiers services à se lancer à Bruxelles.

L’acteur californien est également présent à Anvers. L’avantage avec Bird est que les utilisateurs peuvent dépasser légèrement du centre-ville, les employés de l’Oiseau récupèrent les trottinettes à l’extérieur des villes, ce qui n’est pas permis avec les autres.

Les services réservés à la capitale (Dott et Hive)

En tant que capitale européenne, Bruxelles est en tremplin de choix pour les entreprises qui souhaitent conquérir le marché européen. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle on retrouve le plus de services à Bruxelles. Évidemment, le trafic surchargé de la ville y est aussi pour quelque chose.

On compte aujourd’hui plus de 4.000 de ces trottinettes à Bruxelles et leur nombre ne devrait pas diminuer puisque de nouveaux acteurs devraient faire leur apparition, notamment Poppy.

C’est d’ailleurs un marché en constante évolution et il est parfois difficile de le suivre. Certains acteurs prennent un break – d’hiver ou non -, sans forcément communiquer dessus. Si l’arrivée d’un nouveau service est très médiatisée, ce n’est pas toujours le cas lorsqu’il disparait.

C’est notamment le cas de Tier qui indique être établi à Bruxelles, mais aucune de ses bécanes n’est actuellement disponible. « Nous sommes présents à Bruxelles, mais nous n’y travaillons pas pour le moment en raison de travaux de maintenance sur notre service. Nous espérons être bientôt dans d’autres villes belges », nous a-t-on indiqué.

  • Dott
Crédit : Dott

Les trottinettes électriques de la startup franco-européenne Dott sont arrivées en janvier 2019 en Belgique et se limitent pour le moment exclusivement à Bruxelles – et d’autres grandes villes européennes.

La startup a mis au point ses propres trottinettes électriques. Elle mise sur des engins plus confortables et capables de résister à « un usage intensif ».

  • Hive 
Crédit : Hive (Instagram)

C’est le dernier acteur à avoir fait son apparition en Belgique, au mois de juin, et évidemment, Hive a choisi la capitale comme première ville.

Les avantages et inconvénients des différents opérateurs

Confort de conduite : contrairement aux autres, Dott a développé ses propres trottinettes et la startup franco-européenne a opté pour de véritables pneus plutôt que des roues plastifiées. Un choix qui offre une conduite beaucoup plus agréable. Même en temps mouillé, les trottinettes de Dott tiennent parfaitement la route. Elles disposent également d’un plateau plus large ce qui aide à la stabilité de l’appareil.

Vitesse et accélération : Lime est le plus rapide puisque les trottinettes sont capables de dépasser légèrement la vitesse maximale autorisée pour ce genre de véhicule avec 27km/h. Elle possède également la meilleure accélération. Circ se place en bonne position. En revanche, Dott se montre plus lent.

Couverture géographique : avec une flotte globale de 1.200 engins et une localisation dans 3 grandes villes, Lime est sans conteste le service qui offre la meilleure couverture en Belgique.

Prix : ils pratiquent tous les mêmes tarifs, sauf Bird et Lime uniquement en été. De manière générale, un trajet d’une dizaine de minutes revient très rapidement plus onéreux qu’un billet de métro ou de bus. C’est donc un transport à utiliser en accompagnement d’un autre, en amont ou en aval d’un trajet, bien que les sociétés offrent régulièrement des codes promo et parrainages.