Qu’on utilise une trottinette électrique personnelle ou un service de free-floating, se déplacer avec ce type d’engin implique certaines choses, notamment au niveau de la sécurité, la sienne et celle des autres. On vous aide à vous lancer comme sur des roulettes.

Avant de monter sur la bécane

Crédit : AFP

L’un des aspects positifs des trottinettes électriques en libre-service peut aussi être considéré comme un point négatif. Accessible à la moindre occasion et à proximité – dans les villes où le service est proposé -, on peut très facilement embarquer sur un deux-roues et se lancer. Mais il y a un élément à prendre un compte que beaucoup d’utilisateurs oublient : la sécurité. En effet, en tant qu’usagers faibles, les adeptes de la trottinette électrique peuvent être victimes de graves accidents durant leur balade, c’est pourquoi il vaut mieux se préparer.

  • Porter un casque

Bien que ce ne soit pas – encore – obligatoire, porter un casque est vivement conseillé. Dès 5km/h, une chute peut entrainer un traumatisme crânien. Sachant qu’un tel engin peut monter jusqu’à 25km/h, le calcul est vite fait.

  • Être vu

Les conseils pour les utilisateurs des trottinettes électriques sont semblables à ceux pour les cyclistes. On fera donc attention à être vu des autres utilisateurs de la route. On peut ainsi porter un vêtement ou un accessoire fluorescent.

En cas de faible luminosité, il est préconisé d’utiliser des feux blanc ou jaune à l’avant du véhicule et rouge à l’arrière afin d’être visible de tous.

  • Être assuré

Afin d’éviter les mauvaises surprises et parce que rouler en trottinette électrique représente un risque au même titre qu’à vélo, il serait judicieux de demander à son assureur s’il vous couvre en cas d’accident en trottinette électrique.

  • Alcoolisé ? On se déplace à pied

Certains pourraient croire qu’on peut parfaitement se déplacer en trottinette électrique après une soirée arrosée afin d’éviter de reprendre le volant ou simplement pour rentrer chez soi le plus rapidement possible. Pourtant, la chose est parfaitement interdite au-delà de 0,5g d’alcool dans le sang. « La conduite sous influence de l’alcool est par contre totalement interdite, car les utilisateurs de trottinettes électriques sont soumis aux mêmes règles que les conducteurs », rappelle le SPF Mobilité.

  • Plus de 18 ans

Si la loi n’indique pas à un âge limite pour rouler en trottinette électrique, les différents services le font et l’âge minimum pour profiter de ce mode de transport est 18 ans.

Une fois sur la bécane

Crédit : AFP

Paré de votre casque, de votre gilet fluorescent et après avoir contacté votre assurance, vous voici enfin prêt à embarquer sur l’engin électrique.

  • Respecter le Code de la route

Au risque d’en surprendre plus d’un, lorsqu’on roule en trottinette électrique, les règles du Code de la route s’appliquent. Ainsi, on évitera de gêner ou de mettre en danger les autres usagers, autant les piétons que les automobilistes, cyclistes et compagnies. Et on évitera également d’emprunter les routes réservées à d’autres types de véhicules (routes pour automobiles et autoroutes).

Bien qu’il n’existe pas encore de règlement spécifique, es conducteurs de trottinette électriques sont soumis aux mêmes droits et obligations que les cyclistes lorsqu’ils sont sur la route et piste cyclable. On pense notamment à la priorité de droite et aux feux rouges.

  • Trottoir ou route ?

Tout dépend de la vitesse à laquelle le conducteur roule. Les adeptes de ce type d’engin peuvent parfaitement rouler sur le trottoir, mais ils doivent impérativement adapter leur vitesse à celle du pas, soit pas plus de 6km/h. Évidemment, les conducteurs doivent respecter les piétons et se soumettre aux mêmes règles ; traverser aux passages pour piétons, respecter les feux de signalisation, etc.

Au-delà de 6km/h, cela se passe sur la route – en respectant les autres usagers et codes de la route. À noter que la vitesse maximale autorisée est de 25km/h. En cas de dépassement, l’amende de base est de 58 euros.

  • Quelques interdictions supplémentaires

Le SPF Mobilité rappelle qu’ « il n’est pas autorisé de rouler avec son smartphone à la main ». On pensera donc à guider son engin à deux mains.

On notera également qu’il est interdit de rouler en trottinette électrique dans les gars et bâtiments publics.

Après notre escapade

Crédit : AFP

Enfin, une fois notre périple accompli, il est grand temps d’abandonner notre trottinette électrique à d’autres aventuriers. Pour stationner notre bécane, on optera pour un lieu sûr qui ne gêne pas la circulation des autres usagers.

On évitera donc de la mettre au milieu d’une rue, d’un trottoir ou à l’intérieur d’un bâtiment public. De plus, par respect pour le matériel, on préférera de positionner l’engin debout au lieu de le jeter par terre.