L’association des deux termes que sont “tourisme” et “espace” peut paraître absurde, voire aberrant pour certains et, pourtant, c’était déjà une réalité aux débuts des années 2000. Une réalité qui semble redevenir une tendance. Les entreprises spatiales privées ont de nombreux projets suborbitaux dont certains reposent sur la conquête touristique du corps céleste le plus proche de nous.

Des projets fous qui sont en passe de se réaliser et dans un futur plus proche que ce qu’on ne croit.

Colonie sur la Lune

Fantasme très souvent abordé dans les œuvres littéraires et cinématographiques de science-fiction, coloniser la Lune pourrait devenir une réalité pour le patron d’Amazon. Plus une question de survie qu’un rêve d’enfant, pour Jeff Bezos, la Lune pourrait être une solution pour sauver notre planète.

De par sa proximité avec notre planète, l’entrepreneur américain voit dans la Lune la possibilité de délocaliser les industries polluantes et énergivores sur ce corps céleste. Une manière de réduire la présence de nos usines et de tenter de préserver la santé de notre Terre.

Le patron d’Amazon espère obtenir le soutien de la NASA et de l’agence spatiale européenne (ESA), qui s’était montré favorable à l’exploitation minière de la Lune. Le milliardaire croit en son projet et pourrait le mener à terme sans ces soutiens.

Le pan spatial d’Amazon, Blue Origin, prévoit des essais dès 2020. Des atterrisseurs capables de transporter des lourdes charges (plusieurs tonnes) auraient déjà été mis au point.

Le voyage vers Mars

Après la Lune, la NASA rêve de se poser sur la planète rouge. Le voyage débuterait non pas de la Terre, mais de la Lune pour éviter de transporter des charges inutiles entre les deux planètes proches.

Pour l’agence spatiale américaine, la conquête de Mars n’est pas un rêve, mais un projet pour lequel les infrastructures sont déjà en phase de construction. Bien que cela soit de bon présage, il ne faudra pas espérer voir l’expédition s’envoler avant de nombreuses années. En effet, la NASA prévoit de poser le pied sur la planète rouge dans le courant de 2040.

En cause : les nombreux défis techniques et médicaux que ce voyage de longue durée devrait entraîner pour devenir une réalité.

Ascenseur vers la Lune

Comme pour la colonie lunaire ou la conquête de Mars, construire un ascenseur à destination de la Lune est un vieux fantasme pour beaucoup de passionnés de l’espace. Cette idée est d’autant plus cruciale puisque depuis les années 80 les scientifiques et passionnés de l’espace imaginent le moyen de se rendre sur la Lune “facilement” et “rapidement” en vue de développer une base sur ce corps céleste et, ainsi, faciliter les lancements de fusées vers mars.

Une société de transport nippone s’est penchée sur le projet et prévoit de tester la faisabilité de sa version de l’ascenseur vers l’espace. Un projet qui a déjà demandé 4 ans de travail et qui prendrait la forme d’un câble de 96.000 km de long en nanotube de carbone, considéré comme l’un des matériaux les plus résistants de notre planète.

Une île artificielle devrait également être construite. Capable de supporter la charge du câble estimée à 13.000 tonnes, cette base d’arrimage devrait mesurer près de 400 mètres de diamètre, selon les calculs.

Enfin, les “cabines” d’ascenseurs ressembleront aux capsules d’astronaute. Au-delà du tourisme spatial, ces cabines pourront également transporter du matériel pour la base lunaire et autre voyage spatial.

Les ingénieurs japonais estiment que leur ascenseur sera opérationnel en 2050.

Des hôtels en orbite

En dehors de la Lune et des voyages spatiaux, certains envisagent de créer des hôtels en orbite. L’occasion de profiter de la vue de la Terre au petit réveil en mangeant son petit déjeuner.

La startup américaine Orion Space est l’une des entreprises désireuses de développer l’hôtellerie dans l’espace. Elle espère d’ailleurs envoyer et rendre opérationnelle sa première station spatiale “hôtelière” Aurora dès 2022.

Ceux qui souhaitent prendre de la distance avec les tracas du quotidien pourront donc s’envoler pour l’espace très prochainement. Il faudra tout de même sortir 9,5 millions de dollars de sa poche. Un voyage pour lequel les participants – les préinscriptions sont déjà ouvertes – devront s’entrainer durant 3 mois pour pouvoir décoller.

Un ballon dans l’espace

Pour les budgets plus serrés, les ballons spatiaux pourraient être une solution. Plusieurs entreprises planchent sur la possibilité de lancer un ballon abritant une personne dans l’espace grâce à de l’hélium. Le principe est déjà utilisé pour mesurer des composants de l’atmosphère, prédire la météo ou simplement envoyer des objets divers et variés dans l’espace, passe-temps de nombreux amateurs.

José Mariano López-Urdiales, PDG et fondateur de Zero2Inifinity, estime d’un billet pour l’espace en ballon d’hélium coûterait “seulement” 110.000 euros. D’autres entreprises visant le même genre de circuit touristique proposeraient un prix relativement similaire. Le voyage ne durerait que quelques heures, le temps de monter, de profiter de la vue et de redescendre se poser sur Terre.

Ce genre de projet pourrait être la version “tout public” du voyage dans l’espace. Peu coûteux et ne demandant pas d’infrastructure énorme telle qu’une fusée ou des lanceurs, les ballons touristiques spatiaux pourraient devenir courant et, pourquoi pas, proposer des formules personnalisées pour des mariages ou des anniversaires.