Jeux-vidéo : notre top 5 d’octobre

Chargé en sorties, le mois d’octobre aura été l’occasion de découvrir quelques jolies pépites. Retour sur les incontournables du mois.

Back 4 Blood (PC, Xbox One, Xbox Series, PS4, PS5)

12 ans après Left-4-Dead 2, Turtle Rock nous livre enfin la suite spirituelle de son FPS coopératif. Back-4-Blood reprend tout ce qui a fait le succès de son ancêtre : une formule 100% coop en ligne, des armées de zombies, un arsenal varié et surtout un gameplay extrêmement nerveux. Back-4-Blood est clairement l’un des FPS les plus jubilatoires que nous ayons approchés. Plongé au coeur de hordes de zombies, le joueur devra tout faire pour survivre et avancer d’un abris à l’autre avec ses coéquipiers. Face à lui : des hordes de zombies, mais aussi des créatures plus vicieuses et dangereuses, et plusieurs boss titanesques. Généreux en contenu, Back For Blood offre une campagne solo de 10 bonnes heures qui offre une excellente rejouabilité. Les objectifs de jeu sont variés et les séquences le sont tout autant. Les développeurs apportent également quelques nouveautés bienvenues comme la possibilité de customiser son arsenal. Toutes ne sont toutefois pas forcément bonnes à prendre, à l’image du système de decks de cartes un poil confus, auquel on aurait sans doute préféré un arbre de compétences… On regrette également que la narration soit complètement reléguée au second plan. Dans l’ensemble toutefois, Back 4 Blood surpasse pratiquement à tous les niveaux son illustre prédécesseur. Plus riche en contenu, plus fun, barré et plus innovant, le titre de Turtle Rock frappe fort. Et tout cela, malgré une finition qui déçoit un peu (déconnexions des serveurs, soucis de déblocage de trophées et I.A. des alliés lorsque le casting n’est pas complet en multijoueur). Ne boudons pas notre plaisir, Back 4 Blood est à n’en pas douter un petit régal pour les amateurs de jeux coop! Lire notre test complet.

Age of Empires IV (PC)

Il se sera fait attendre, mais quel bonheur de finalement retrouver cette série culte ! Age of Empires IV signe le grand retour d’une saga énormément appréciée par les fans, et ce quatrième épisode lui rend tellement bien hommage. Le titre de stratégie en temps réel reste dans la droite lignée de ses ancêtres, et notamment du second opus. Le gameplay est terriblement solide, avec des batailles toujours aussi plaisantes à mener et une gestion des troupes et des cités efficace. Age of Empires IV est fidèle à ses racines, jusque dans ses défauts, avec un pathfinding pas toujours au poil. Côté contenu, le titre est également assez paresseux, avec pas mal de contenu, mais l’impression que Microsoft en garde sous le coude pour de futures extensions. Très longues, les 4 campagnes initialement proposées nous emmènent dans des époques clés de l’Histoire et nous permettent de découvrir sous un angle nouveau certains pans méconnus du Moyen-Age. Un mode escarmouche très complet est également de la partie, avec des parties prédéfinies et fort divertissantes, mais également des modes à configurer de A à Z. On regrettera en revanche que seulement 8 factions soient actuellement proposées, surtout que les mods ne sont toujours pas supportés. Pour les non-habitués à la franchise, un tutoriel très bien réalisé appelé “Art de la Guerre” est également de la partie. Visuellement, le titre est plutôt réussi, avec la possibilité de se rapprocher comme jamais auparavant des unités et d’admirer leurs affrontements. Les temps de chargement sont en revanche beaucoup trop longs, et ce, même avec un bon SSD. A défaut de révolutionner la formule, Age of Empires IV s’impose donc comme une suite très réussie et fidèle à l’essence de la série. Lire notre test complet.

Metroid Dread (Switch)

Presque 20 ans après le dernier épisode original en 2D, Metroid revient sous une forme très classique, pour le plus grand plaisir des fans. Développé en collaboration entre Nintendo et MercurySteam (un studio espagnol à qui on doit les Castlevania: Lords of Shadow), ce nouvel épisode en 2D apporte un vent de fraîcheur à la licence tout en gardant sa formule si caractéristique. Metroid Dread se déroule après Metroid Fusion, alors que Samus reçoit une mystérieuse vidéo montrant un parasite X (la menace déjà combattue dans Fusion) sur une planète nommée ZDR. En arrivant, Samus affronte un guerrier en armure qui arrive sans peine à la vaincre. Celle-ci se retrouve alors sans ses pouvoirs dans les profondeurs de la planète et doit se frayer un chemin vers la surface. Dread est évidemment un Metroid-like, un jeu d’action et de plate-forme en 2D où nous évoluons dans des environnements labyrinthiques qui se découvrent au fur et à mesure de notre progression grâce aux améliorations que l’on va y trouver. D’une fluidité irréprochable, le gameplay est particulièrement dynamique. Samus est rapide et agile, le retour de la visée à 360° et des contres permet encore plus de flexibilité lors des combats. Le titre ne fait aucun compromis sur sa difficulté, les boss sont féroces et bien pensés. L’autre grande menace, les E.M.M.I., introduisent des phases d’infiltration où il faut échapper à ces robots. S’il fait un très bon travail visuellement, Dread possède cependant une bande-son assez oubliable et une durée de vie plutôt modeste. Metroid Dread arrive tout de même à s’imposer comme un excellent revival pour la franchise. Lire notre test complet.

Inscryption (PC)

Le créateur de Pony Island et de The Hex propose avec Inscryption un curieux mélange de rogue-lite et de jeu de cartes. On y incarne un personnage qui reprend conscience dans un endroit sinistre. Se tient alors devant lui un homme qui va le forcer à prendre part à un jeu de rôle qui décidera de son sort. Sa seule arme sera un jeu de cartes à collectionner qui fonctionne comme d’autres jeux du genre. Il faut vaincre cet homme mystérieux à de nombreuses reprises et se constituer un deck solide grâce aux cartes aléatoires que l’on peut obtenir au fil de la partie. Inscryption possède également un côté “escape-room” puisqu’il est possible de se lever et d’explorer la pièce pour résoudre des énigmes dont les récompenses vont venir renforcer nos capacités lors des parties de cartes. Inscryption brille par ses mécaniques bien pensées et par son jeu de cartes qui ne cesse de se renouveler durant tout le scénario. Si le jeu est un peu difficile au départ, notre expérience et nos nombreuses morts vont nous permettre d’acquérir des cartes plus puissantes au fil des parties. Le titre possède une ambiance très sombre et angoissante renforcée par sa très bonne direction artistique. Très surprenant et ingénieux sur de nombreux aspects, il n’échappe pas à un scénario un peu convenu malgré une mise en scène intelligente. Les petits soucis techniques et l’obligation de jouer en clavier qwerty sont dommageables, mais Inscryption reste un excellent titre et une lettre d’amour aux jeux de cartes. Lire notre test complet.

Circuit Superstars (PC, PS4, Switch, Xbox One)

Sorti de nulle part, Circuit Superstars s’impose toutefois comme une excellente surprise et incontestablement l’un des meilleurs jeux de course en vue isométrique de ces dernières années. Avec ses 12 catégories de véhicules, à la conduite unique, son mode multi en local et en ligne, et ses 12 tournois différents, le jeu d’Original Fire Games offre un contenu généreux, au vu du prix auquel le jeu est vendu (19,99€). Et ce, d’autant plus que techniquement, Circuit Superstars est également très réussi. Pad en main, le titre offre également des sensations fortes, avec une conduite arcade relativement exigeante. On notera toutefois que le titre a véritablement été pensé pour le multijoueur. Il n’intègre d’ailleurs pas de mode Carrière. Les à-côtés sont également peu nombreux. On aurait aimé trouver plus de circuits, plus de délire aussi, avec des modes de jeu qui seraient sortis des sentiers battus. Il faudra finalement se contenter d’un contenu très banal. Pour les amateurs du genre, Circuit Superstars n’en reste pas moins une excellente surprise. A vos marques, partez! Lire notre test complet.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.