Test – Age of Empires IV : le roi du RTS récupère son trône

Après avoir offert une réédition en bonne et due forme de ses trois épisodes emblématiques, les développeurs de la franchise Age of Empires nous proposent enfin ce quatrième épisode tant attendu. Un retour aux origines de la saga qui fait du bien.

16 ans. 16 ans que le dernier épisode officiel de la saga des Age of Empires est sorti sur PC. Un opus qui avait plutôt divisé les fans de la première heure, qui portaient notamment dans leur cœur le second épisode de la franchise, considéré par beaucoup comme le meilleur. Le troisième opus, dernier en date, n’a pas connu de suite, si ce n’est des rééditions des trois épisodes originaux de la saga, n’apportant rien de vraiment neuf si ce n’est un gameplay légèrement modernisé et des graphismes revus. Nous voilà en l’an de grâce 2021, année synonyme du grand retour de la franchise, avec ce quatrième opus.

Premier épisode de l’ère des Xbox Game Studios, Age of Empires IV était attendu au tournant. Les premières vidéos dévoilées en août 2017 avaient mis l’eau à la bouche des joueurs, qui étaient nombreux à espérer monts et merveilles d’un quatrième opus synonyme de grandes choses. Pour autant, AoE IV n’en oublie pas d’où il vient, avec un gameplay fortement inspiré des précédents opus, et notamment du second épisode. C’est principalement ce qui nous frappe le plus lorsque nous posons la main sur AoE IV. Lorsque nous contrôlons nos premières troupes, on ressent directement l’essence du second opus. La production des soldats et villageois est identiquement la même et les affrontements se vivent aussi intensément qu’à l’époque, si pas plus. Toutefois, si Age of Empires est jeu de stratégie en temps réel, ne le confondez pas avec Total War ce sont deux titres diamétralement opposés avec le premier qui privilégie le fun, la gestion des villageois et le combat rapproché là où le second met davantage l’accent sur la stratégie, la tactique et les batailles à très très grande échelle.

C’est du gameplay, certes, déjà vu, mais ô combien efficace.

Comme nous le disions plus haut, AoE IV ne change pas vraiment par rapport à ces aînés, puisqu’il en reprend les mêmes mécaniques de jeu et se permet de les affiner. On retrouve toujours le système d’époques (4 au total) permettant de débloquer de nouvelles unités et de nouveaux bâtiments. Le système de ressources reste peu ou prou le même, avec les quatre ressources à récolter en permanence pour financer l’achat des troupes, la construction d’édifices ou le changement d’ère, marqué par la construction d’un très joli et inspiré monument. Des mécaniques de gameplay connues, efficaces et qui ont su faire leurs preuves dans les trois premiers épisodes. 

Toutefois, il ne faut pas penser que les développeurs se sont contentés de récupérer le code d’Age of Empires II et de l’agrémenter. En effet, on notera l’arrivée de stratégie (minime) sur le champ de bataille, avec une meilleure exploitation de l’environnement. Des lanciers peuvent ainsi se cacher dans une forêt pour attaquer par surprise des cavaliers passant par là, tandis que les archers privilégieront les zones en hauteur pour viser de manière plus précise leurs ennemis.

Certains passages de la campagne sont franchement mémorables.

Pour ce qui est de son contenu, Age of Empires IV ne s’en sort pas trop mal, si ce n’est qu’il affiche un tout petit peu de paresse dans ses propositions. On retrouve d’une part un mode campagne qui tient enfin toutes ses promesses. A première vue, les quatre scénarios proposés paraissent maigres. Pourtant, la proposition est très intéressante, puisque chaque scénario est très riche et captivant, notamment grâce à une narration tout simplement incroyable. Les cinématiques sont par exemple toutes filmées dans le présent au drone en live action, et Microsoft est venu par-dessus rajouter de la réalité augmentée pour montrer les invasions féodales sur les ruines actuelles. 

Pendant les batailles, une narratrice vient animer les jougs et ajouter des explications historiques fort bienvenues grâce à, notamment, un doublage français de très grande qualité. La mise en scène des différentes batailles est elle aussi réussie avec, comme parfait exemple, la toute première campagne du jeu, lorsque nous incarnons l’armée de Guillaume le Conquérant dans la Bataille d’Hastings. Un moment mémorable, qui reflète toute la grandeur d’Age of Empires et des affrontements qu’il propose.

Le mode escarmouche est hyper complet : il propose divers préréglages bien fichus mais également la possibilité de configurer comme bon vous semble votre partie.

Outre cette très réussie campagne, on notera le développement d’un mode escarmouche relativement complet et bienvenu. Dans le menu principal, le titre vous propose deux choses : soit débuter une partie préformatée, soit configurer la vôtre de A à Z. Les préréglages ici proposés par Relic sont au nombre de 6, avec des configurations plutôt plaisantes : victoire par merveille, défense contre envahisseurs, seul contre l’IA ou avec des alliés… D’autre part, vous pouvez vous-même créer votre propre configuration. Tout est personnalisable : type de victoire, nombre de factions, type d’environnement, ressources de départ… Des configurations qui permettent une rejouabilité maximum, d’autant plus lorsque nous jouons en multi avec des amis.

C’est notamment pour nous l’occasion de nous pencher sur ce qui fait donc la faiblesse d’AoE IV en termes de contenu. En effet, les développeurs semblent avoir volontairement laissé leur titre incomplet pour proposer par la suite du contenu additionnel. Il n’y aurait là rien de surprenant, surtout lorsque l’on sait que déjà sur les premiers opus des DLC étaient proposés. Ici, il n’y a que peu de places pour le doute, avec seulement 8 factions qui sont disponibles, ce qui semble un peu peu compte tenu de ce que nous sommes en droit d’attendre d’un Age of Empires. Pour l’instant, les seules factions jouables sont les Mongols, les Anglais, les Chinois, les Français, les Rus’, le Sultanat de Delhi, la Dynastie des Abassides et le Saint-Empire romain germanique. On aurait ainsi apprécié pouvoir contrôler les Espagnols comme à l’époque, ou encore les Hollandais.

Le titre nous propose 4 campagnes, parmi lesquelles la conquête de l’Angleterre et la construction et l’expansion de Moscou.

Du côté de la campagne aussi le tout semble un poil maigrichon. Si les 4 scénarios sont plutôt longs et nous occuperont plusieurs heures, on regrettera que les développeurs n’aient pas exploré d’autres moments marquants de l’histoire et qu’ils aient préféré se concentrer exclusivement sur la période du XIe au XVIe siècle, communément appelée le Moyen-Âge. Là aussi, il ne semble faire peu de doutes sur la probable existence d’un DLC dans les tuyaux. 

Dès le début du jeu, le titre nous propose également de nous plonger dans l'”Art de la Guerre”. Des petites missions scénarisées nous permettant de nous familiariser aux bases du jeu : formation et gestion des villageois, récupération des ressources, gestion d’une armée, prise d’un bastion ennemi… Des initiations directement inspirées des célèbres ouvrages du Chinois Sun Tzu et qui nous permettent de nous plonger directement dans le bain. Pour corser le tout, le titre nous propose même de réaliser ces didacticiels en un temps donné afin de gagner une médaille d’or, d’argent ou de bronze et de tenter, par la suite, d’améliorer notre temps. Un mode fort bienvenu, qui permet ainsi aux non-habitués du genre de très vite apprendre les bases du jeu, et ce, de manière ludique. On pestera toutefois sur cette aide omniprésente qui ne nous quitte jamais vraiment pendant la campagne, avec des bulles d’aide qui surgissent un peu partout et qui sont impossibles à faire disparaître, si ce n’est exécuter ce qu’elles demandent.

Sans être un joyau pour l’oeil ni une référence en la matière, Age of Empires IV reste plutôt un joli jeu. Les champs de bataille sont très colorés et vivants, et les soldats assez bien modélisés. Les animations, si elles ne sont pas très variées, ont malgré tout le mérite d’être soignées. Petite particularité : le titre nous permet de nous approcher plus près que jamais du champ de bataille et de visualiser de près les soldats. Ce n’est certes pas hyper joli, mais ça au moins le mérite d’exister et d’apporter un nouvel angle aux parties, notamment lors des différentes batailles.

Visuellement, le titre n’est pas une référence en matières de graphismes. Toutefois, les niveaux sont toujours très riches et colorés, les soldats bien animés et el tout fonctionne à merveille.

Cependant, nous n’avons de cesse d’encenser Age of Empires IV, mais il ne faut pas penser que le titre n’est pas imparfait, loin de là. Nous évoquions plus haut le manque de contenu dans certains domaines, parlons désormais des problèmes de déplacement des unités. A l’époque, les soldats galéraient à rejoindre un point B depuis un point A via l’itinéraire le plus approprié. Nous nous imaginions donc que cela ne serait que du passé et que l’IA serait désormais bien plus maligne.

Malheureusement, ce n’est toujours pas le cas et nous avons l’impression de retrouver un pathfinding du début des années 2000. Si les bâtiments placés très proches les uns des autres ne sont plus un problème pour les soldats et villageois, on aperçoit toujours des personnages qui n’adoptent pas le chemin idéal pour rallier deux points. Lors des attaques, lorsque nous demandons à une garnison d’attaquer untel ou untel ennemi, la moitié des soldats nous écoute tandis que l’autre n’en fait qu’à sa tête. Enfin, profitons-en pour évoquer un problème qui relève moins du gameplay mais plutôt de la praticité : les temps de chargement. Même sur un bon PC avec un SSD, il faut parfois patienter une bonne minute avant de lancer une partie. Ne vous détrompez pas : une minute, ça peut être très long, et en 2021, ça ne passe plus…

Conclusion

Il se sera fait attendre, mais quel bonheur de finalement retrouver cette série culte ! Age of Empires IV signe le grand retour d’une saga énormément appréciée par les fans, et ce quatrième épisode lui rend tellement bien hommage. Le titre de stratégie en temps réel reste dans la droite lignée de ses ancêtres, et notamment du second opus. Le gameplay est terriblement solide, avec des batailles toujours aussi plaisantes à mener et une gestion des troupes et des cités efficace. Age of Empires IV est fidèle à ses racines, jusque dans ses défauts, avec un pathfinding pas toujours au poil. Côté contenu, le titre est également assez paresseux, avec pas mal de contenu, mais l’impression que Microsoft en garde sous le coude pour de futures extensions. Très longues, les 4 campagnes initialement proposées nous emmènent dans des époques clés de l’Histoire et nous permettent de découvrir sous un angle nouveau certains pans méconnus du Moyen-Age. Un mode escarmouche très complet est également de la partie, avec des parties prédéfinies et fort divertissantes, mais également des modes à configurer de A à Z. On regrettera en revanche que seulement 8 factions soient actuellement proposées, surtout que les mods ne sont toujours pas supportés. Pour les non-habitués à la franchise, un tutoriel très bien réalisé appelé “Art de la Guerre” est également de la partie. Visuellement, le titre est plutôt réussi, avec la possibilité de se rapprocher comme jamais auparavant des unités et d’admirer leurs affrontements. Les temps de chargement sont en revanche beaucoup trop longs, et ce, même avec un bon SSD. A défaut de révolutionner la formule, Age of Empires IV s’impose donc comme une suite très réussie et fidèle à l’essence de la série. 

Age of Empires IV

Gameplay 9.0/10
Contenu 7.5/10
Graphismes 8.0/10
Bande son 8.5/10
Finition 7.5/10
8.1

On aime :

Un gameplay toujours aussi efficace

Des campagnes haletantes et plutôt longues

Une narration et des doublages incroyables

Un tutoriel diablement bien fichu

Un mode escarmouche configurable à nos souhaits

On aime moins :

Trop peu de factions (8)

Des messages d'aide très envahissants

Un pathfinding pas toujours idéal

Des temps de chargement longs, même avec un SSD

Un contenu un poil décevant