Google se lance dans les newsletters payantes

Museletter est un nouveau venu qui vient se frotter au marché en plein essor des newsletters.

Les newsletters ont de plus en plus le vent en poupe. Après Bulletin, lancé en janvier par Twitter, puis Revue, inaugurée en juin par Facebook, c’est au tour de Google de s’essayer à l’exercice. C’est le désormais bien connu incubateur de projets de Google « Area 120 » qui se charge de développer ce nouveau service, répondant au nom de « Museletter ».

Il s’agira d’un outil permettant d’automatiser la création de newsletters et d’articles de blog à partir de n’importe quel document présent sur Google Drive .

Google drive au centre du processus

Cette newsletter se présente comme un outil permettant de communiquer facilement à son audience n’importe quel fichier présent sur son profil Google Drive, qu’il s’agisse de documents, de feuilles de travail ou encore de diapositives. Une fois le document choisi il pourra être publié sous forme de blog ou de newsletter.

Museletter est annoncé comme un service gratuit, mais certaines fonctions seront certainement payantes, comme la création de domaines personnalisés, d’e-mails de bienvenue, etc.

Un outil pour développer son audience

La newsletter se présente comme un moyen d’augmenter son audience en gagnant de l’argent.

Area 120 explique que les créateurs de contenu pourront décider de proposer leur newsletter gratuitement ou en échange d’un abonnement, permettant ainsi de fidéliser davantage une partie de son audience.

Quelques cas de figure sont évoqués par Area 120. Ainsi, on retrouve Jenna, une « spécialiste du marketing », qui crée et partage des diapositives Google qui expliquent différentes techniques de marketing. Pour monétiser ses diapositives, elle propose un abonnement payant pour accéder à son contenu. Autre cas de figure, Jojo, une voyageuse, décide de publier ses photos, accompagnées d’une narration, dans un document Google qu’elle publie ensuite, sous forme de blog à toute sa liste de diffusion.

Les développeurs indiquent qu’il sera également possible de partager son travail de façon privée et de choisir de n’envoyer son contenu que par e-mail ou de limiter l’accès aux abonnés payants.

Le service proposera des fonctionnalités communautaires et des outils d’analyse de l’engagement pour apprendre à comprendre et à développer son audience.

Encore au stade d’expérimentation

Les inscriptions sont ouvertes pour accéder à l’accès anticipé.

Il est important de noter que le projet n’est actuellement qu’au stade d’expérimentation. Il est probable que le produit ne finisse jamais par rejoindre la gamme officielle de Google. Area 120 est connu pour mener des expérimentations qui ne sortent jamais officiellement ou qui finissent par être abandonnées, rappelez-vous du réseau social Shoelace.

Comme c’est souvent le cas avec ce type d’expérimentation, il faudra passer par une inscription afin de pouvoir espérer mettre éventuellement les mains sur ce projet. Une liste d’attente pour accéder à l’accès anticipé a été mise en place par Area 120. L’incubateur espère proposer son service dans les prochains mois.