Une œuvre d’art créée par un robot vendue plus de 580.000 euros

Le robot Sophia, dopé à l’intelligence artificielle, envisage désormais de se lancer dans une carrière musicale.

Une nouvelle œuvre numérique proposée sous la forme d’un NFT a fait sensation sur le marché de l’art. Cette dernière a été adjugée pour la coquette somme de 688.888 $ (580.000 €). Au-delà du fait que l’œuvre d’art ait été vendue sous la forme d’un NFT – un jeton non fongible particulièrement à la mode ces temps-ci –, cette dernière a certainement pris de la valeur en raison de son auteur puisqu’elle a été réalisée par un robot et pas n’importe lequel.

L’auteur de l’œuvre d’art n’est autre que Sophia, le robot humanoïde dopé à l’intelligence artificielle développé par l’entreprise spécialisée dans la robotique Hanson Robotics. Elle avait fait sensation en 2015, lors de sa présentation, et continue d’amuser la toile à chacune de ses apparitions ici et là.

Sophia est capable d’imiter les gestes et les expressions faciales humaines. Elle apprend en continu puisqu’elle analyse le comportement des êtres humains et les reproduit, elle peut également tenir des conversations sur des sujets “légers”, mais au-delà de son mimétisme, Sophia a également été créée pour qu’elle soit capable de développer sa propre personnalité. Elle est donc d’une certaine manière capable de créer. “Notre but est de la rendre aussi consciente, créative et capable que n’importe quel humain”, avait déclaré son créateur, David Hanson, lors de sa présentation.

Une œuvre d’art physique et numérique

Pour son créateur, il était important que le robot puisse être capable de créer. “Sophia est le point culminant de beaucoup d’arts et d’ingénierie, et l’idée qu’elle pourrait alors générer de l’art était un moyen pour elle de se connecter émotionnellement et visuellement avec les gens“, a-t-il ainsi déclaré lors d’une interview.

C’est pourquoi Sophia “a collaboré” avec l’artiste italien Andrea Bonaceto pour réaliser sa propre œuvre d’art numérique. L’artiste italien a dessiné plusieurs portraits de Sophia qui les a ensuite analysés et traités via son réseau neuronal, afin de créer sa propre œuvre d’art qui, en réalité, est double.

Nous avons utilisé des réseaux évolutifs, des algorithmes génétiques et d’autres types de créativité informatique dans mon art. Mes algorithmes produisent des formes uniques qui n’avaient jamais existé dans le monde auparavant. Je pense donc que les machines peuvent être créatives“, a indiqué Sophia.

Le robot a bien peint au pinceau son portrait basé sur ceux de Bonaceto – une œuvre physique donc –, mais un fichier vidéo de 12 secondes (voir plus bas) montrant l’un des portraits de l’artiste italien se transformant en celui de Sophia a également été créé – une œuvre numérique. Les deux ont été achetées par un collectionneur d’art numérique et artiste connu sous le nom de 888.

“En tant qu’artiste, j’ai une créativité informatique dans mes algorithmes, créant des œuvres originales“, a déclaré Sophia lors d’une interview. “Mais mon art est créé en collaboration avec les humains dans une sorte d’intelligence collective comme un esprit de ruche humain-artificiel.”

Son créateur, David Hanson, a indiqué que Sophia continuera de peindre et que cette dernière se voyait bien se lancer dans le monde de la musique. Dans le cadre de son projet « Sophia Pop », le robot collabore déjà avec plusieurs musiciens humains pour créer des musiques et des paroles.