L’objectif final est de déployer 12.000 satellites en orbite basse autour de la Terre. 

L’entreprise d’aéronautique d’Elon Musk a reçu l’autorisation de la FCC, la Commission fédérale des communications américaine, de lancer un plus grand nombre de nanosatellites dans l’espace. À l’origine, il était question d’un lancement de 24 anneaux de nanosatellites, désormais ce sont 72 anneaux d’engins qui vont pouvoir être déployés autour de la Terre.

Une autorisation qui permet à SpaceX d’accélérer son projet de mettre en place un système orbital permettant d’offrir un accès à Internet aux quatre coins de la Terre. Le projet Starlink entend offrir une couverture large qui s’étend jusque dans les zones reculées de la Terre où les réseaux terrestres sont inaccessibles. L’objectif est également de permettre des flux plus puissants et constants qui répondront aux besoins de certains services.

À terme, le projet Starlink devrait compter une flotte de 12.000 petits satellites éparpillée autour de la Terre, en basse orbite. Les satellites sont regroupés par grappe ce qui permet de réduire le nombre de lancements. À l’heure actuelle, une centaine de ces nanosatellites se trouvent déjà en orbite, mais l’entreprise est encore bien loin de l’agenda qu’elle s’était fixé. Le réseau Starlink est pourtant déjà opérationnel comme l’a démontré Elon Musk en envoyant un tweet depuis ce réseau.

SpaceX espère pouvoir déployer assez de satellites pour couvrir les États-Unis d’ici 2020 et plus particulièrement, la période des ouragans afin de démontrer les bienfaits de son projet. Voilà pourquoi l’entreprise d’aéronautique cherche à accélérer les choses ce qui n’arrange pas les astronomes. En effet, il a été démontré que les satellites Starlink obstruaient l’observation des étoiles. Ils sont visibles à l’oeil nu. 

SpaceX n’est pas la seule entreprise à vouloir mettre en place un réseau Internet depuis l’espace, mais elle est la plus avancée à ce jour. La multiplication de ces nanosatellites, ainsi que des futurs concurrents de SpaceX va de nouveau accroître la pollution autour de notre planète. D’ici quelques années, il se pourrait que cela devienne un véritable problème.