Elon Musk a envoyé son premier tweet depuis cet internet orbital.

Le projet Starlink de SpaceX semble être sur la bonne voie. Le lancement à grande échelle des satellites devrait avoir lieu dans le courant de l’année 2020. Un projet qui a pour objectif de permettre l’accès à Internet aux populations des contrées reculées.

Pour cela, l’entreprise d’astronautique d’Elon Musk prévoit d’envoyer une multitude de satellites en orbite basse, tout autour de la terre. Une fois déployée, la constellation de satellites devrait offrir des performances similaires à la fibre optique, à savoir 1Gb/s de débit avec tout de même une latence de 25 ms.

SpaceX prévoit de réaliser plusieurs lancements de grappes de satellites afin de constituer la constellation. L’objectif est de pouvoir proposer les premiers abonnements dès le milieu de l’année 2020, comme l’a annoncé Gwynne Shotwell, directrice opérationnelle de l’entreprise d’astronautique.

Le projet Starlink devrait compter quelques 12.000 satellites qui seront envoyés lors des 24 lancements prévus par SpaceX pour l’année 2020 et pour lesquels l’entreprise a déjà reçu les autorisations. Pour l’instant, seule une soixantaine de satellites sont actuellement en orbite afin de réaliser des tests. On peut d’ailleurs les observer dans le ciel.

L’objectif de Starlink est de pouvoir donner accès à un Internet haut débit aux populations reculées ou victimes de la fracture numérique, pourtant il est question que ce soit les États-Unis qui en profitent en premier. Un choix étonnant puisque, même s’il existe des disparités en matière de connexion fixe dans le pays, on ne peut pas vraiment parler de fracture numérique. Le choix pourrait en partie s’expliquer par les relations qu’entretient SpaceX avec l’armée américaine ainsi que la NASA. SpaceX a déjà réalisé des tests en partenariat avec l’US Air Force Research Laboratory. L’entreprise d’astronautique devrait déployer son offre Starlink aux quatre coins du monde quelque temps après les États-Unis.

Quant au fondateur de SpaceX, Elon Musk, il peut déjà profiter du réseau extraterrestre et en fait d’ailleurs la démonstration sur Twitter. Le milliardaire excentrique dispose de sa propre station Starlink à domicile.