Certaines protections d’œuvres numériques peuvent avoir des effets pervers, notamment lorsque l’hébergeur décide de mettre la clé sous la porte. Suivant les DRM appliquées, cela peut signifier la disparition pure et simple des œuvres qui ont pourtant été achetées légalement, comme c’est le cas pour les livres achetés sur le Microsoft Store.

Le phénomène des copies pirate des livres, musiques, films et autres œuvres disponibles numériquement ont poussé les ayants droit à mettre en place des mesures techniques de protection (DRM). Des protections pour éviter le piratage des œuvres légitimes qui entraînent tout de même son lot d’inconvénient pour les consommateurs.

Des protections désavantageuses pour le consommateur

Certaines mesures techniques de protection (DRM) limitent l’utilisation des œuvres achetées légalement. Dans le cas d’eBooks, certains éditeurs et hébergeurs imposent une plateforme spécifique aux lecteurs, Kindle dans le cas d’Amazon. Malgré l’achat du livre, le consommateur ne possède pas une copie numérique, mais dispose d’une sorte d’accès à celui-ci dans sa bibliothèque numérique en ligne.

Il lui est donc impossible d’en profiter aisément comme il le souhaite. S’il veut lire son eBook en déplacement, il devra préalablement activer le mode hors ligne sur la plateforme. Impossible pour lui de déplacer facilement un livre de son ordinateur vers sa tablette, de l’imprimer ou de le partager avec sa famille comme il pourrait le faire avec un livre physique.

Plus encore, il existe un risque réel – le cas de la section livres du Microsoft Store en est l’exemple – de perdre l’entièreté de sa bibliothèque numérique si la plateforme d’hébergement vient à disparaitre. À tout moment, l’hébergeur peut décider d’arrêter son activité pour telle ou telle raison.

Des protections inefficaces

Par ailleurs, il a déjà été démontré que ces mesures restrictives n’étaient pas inviolables. Il est possible de craquer les DRM. De plus, ces protections entraînent des coûts qui se répercutent sur le prix du livre ce qui peut rendre l’eBook plus cher que la version papier.

Des alternatives légales existent

Au-delà d’une éventuelle copie illégale, pouvoir disposer aisément de son achat est un luxe que les DRM limitent. Une situation dont sont conscients une partie des libraires, auteurs et éditeurs. C’est pourquoi certains proposent des œuvres qui ne sont pas protégées par ces mesures contraignantes – d’autres protections sont alors appliquées.

C’est pourquoi il est plus souvent intéressant d’opter pour des eBooks non protégés par des DRM afin de profiter au mieux de ses lectures. De nombreux éditeurs et libraires en ligne proposent d’acheter légalement des eBooks sans DRM, notamment Numilog, 7Switch, Framabook ou encore Feedbooks.