Imaginé par les créateurs de The Dishwasher, Salt and Sanctuary est un nouveau hack & slash à défilement horizontal à la sauce Castlevania, qui pourrait bien séduire les rétrogamers par sa difficulté hardcore et son univers au design si particulier. 

Chargé en sorties indé, ce début d’année 2019 aura été l’occasion de découvrir déjà quelques perles, parmi lesquelles Hyper Jam, Sundered ou encore Unruly Heroes. Il faudra désormais ajouter Salt and Sanctuary à cette très longue liste. Imaginé par les créateurs de The Dishwasher, Salt and Sanctuary se définit comme le mélange improbable de Castlevania et de Dark Souls. A Castlevania, le titre de Ska Studios emprunte la progression caractéristique à travers de vastes donjons. A Dark Souls, il emprunte le gameplay hardcore et les combats de boss titanesques.

Sur le papier, le jeu de Ska Studios avait tout pour séduire : un concept accrocheur, un gameplay nerveux et une réalisation inspirée. Les premières minutes de jeu laissent d’ailleurs entrevoir un univers très riche, avec un gameplay basé sur la collecte de sel – laissé par les adversaires tombés au combat -, qui permettra de débloquer des compétences du héros. Mystérieux, l’univers du jeu laisse augurer le meilleur dès les premières minutes de jeu. Le joueur incarne un valeureux combattant dont le navire est attaqué. Echoué sur une île, il devra affronter un vaste bestiaire pour espérer s’en tirer, en collectant sel et bouteilles contenant d’étranges messages…

Dans la plus pure tradition des Castlevania, Salt & Sanctuary propose d’explorer différents environnements pour découvrir des “sanctuaires”, lieux qui permettront de débloquer de nouvelles compétences pour son personnage et de bénéficier d’un nouveau point de respawn en cas de décès. Les séquences de jeu mélangent donc une bonne dose d’exploration, affrontements en séries contre les créatures qui habitent ces lieux, un chouilla de plate-forme et des combats de boss, d’une rare intensité.

Salt and Sanctuary séduit avant tout par la nervosité de ses affrontements. Le joueur peut effectuer des roulades, enchainer les combos, parer les coups, et de façon générale le gameplay du titre se montre très complet. Punitif, le titre forcera le joueur à recommencer plusieurs fois certaines portions de l’aventure avec ses pièges mortels et boss atrocement difficiles à vaincre. En cas de morts successives, le joueur perdra également toutes les richesses accumulées en cours de partie…

Riche, le level-design n’en reste pas moins très vertical, forçant le joueur à explorer dans les moindres recoins les décors à la recherche d’objets à collecter, d’interrupteurs et de passages secrets. Salt & Sanctuary séduit aussi par sa diversité – le joueur pouvant choisir la classe de son personnage, auquel cas le gameplay pourra changer entièrement, un archer se contrôlant d’une façon différente d’un guerrier.

Si, dans le fond, le titre se montre brillant, à défaut d’être original, il souffre en revanche d’une réalisation technique relativement décevante.

Au niveau de la bande sonore tout d’abord, les musiques se font beaucoup trop discrètes.

Côté finition ensuite, on note la présence d’un nombre impressionnant de bugs et de très mauvaises traductions en français – si vous vous débrouillez en anglais, optez donc pour cette langue!

Côté graphismes enfin, la direction artistique du jeu n’impressionne pas vraiment. Certes, Salt & Sanctuary développe sa propre identité, mais on est malheureusement loin d’une claque. Le rendu est joli, les décors stylés, mais le tout manque cruellement d’âme. En d’autres termes, c’est plutôt joli, mais ça n’a rien d’extraordinaire. Pour autant, vu le contenu qui nous est livré et le prix de vente du jeu (15€), passer à côté de ce Salt & Sanctuary serait une grossière erreur tant le titre a de choses à proposer.

Conclusion

Après The Dishwasher, Ska Studios nous livre une nouvelle pépite du jeu indépendant, qui séduira les fans de Castlevania par son gameplay, tout en ne s’adressant qu’à un public de hardcore-gamers de par sa difficulté, comparable à celle d’un Dark Souls. Dans Salt and Sanctuary, la mort ne pardonne pas. Le joueur en fera les frais à de multiples reprises. Dans la plus pure tradition des Castlevania, le jeu propose une aventure non-linéaire à travers de vastes donjons à explorer, dans lesquels le joueur devra massacrer des armées de monstres de tous poils, et affronter des boss titanesques. Si le jeu séduit par la nervosité de ses affrontements, Salt & Sanctuary souffre d’une réalisation technique relativement décevante – la faute à un nombre impressionnant de bugs, des traductions qui compliquent la progression et une direction artistique moyennement inspirée. A moins de 15€, il n’en reste pas moins un très bon investissement pour les amateurs du genre. 

Salt and Sanctuary

7.2

Gameplay

8.0/10

Contenu

8.5/10

Graphismes

6.5/10

Bande son

6.0/10

Finition

7.0/10

Les + :

  • Une difficulté hardcore, façon Dark Souls
  • Un arc de compétences bien fourni
  • Des boss à foison
  • Un contenu plutôt riche
  • Un prix doux (15€)

Les - :

  • Une direction artistique moyenne
  • Une bande sonore trop discrète
  • Des bugs et des soucis de traduction
  • Parfois très (trop?) frustrant