Notre test de Be tv Go, le Netflix haut de gamme belge

Après une semaine de lancement quelque peu chahutée, le service de la filiale de Voo est définitivement sur les rails. De la qualité, bon nombre de restrictions et quelques bugs au menu.

betvgo-pc
L’écran d’accueil de Be tv Go sur PC

A la veille de l’arrivée officielle de Netflix en Belgique, il était plus que temps de la part de BeTV de proposer son alternative afin de conserver la fidélité de ses clients. Toutefois, à 42,50 euros par mois pour le Premium, 24,99 euros par mois pour le sport uniquement et 9,99 euros pour 24 heures d’accès à ce fameux sport, le public ciblé est non seulement fortuné mais également exigeant.

Outre ces considérations commerciales, il est primordial de vérifier la qualité du service livré par Nagra, la filiale vidéo du groupe suisse Kudelski qui équipe également la plupart des décodeurs câblés. Car Be tv Go n’est pas un produit développé par les équipes techniques belges mais une interface habillée aux couleurs de la chaîne à péage. Bonne nouvelle: des liens peuvent être établis entre les box de génération actuelle et cette solution de streaming. Une future collaboration (interaction, reprise d’une lecture sur un autre appareil, etc.) avec l’imminent Voocorder 2 n’est donc pas à exclure dans un futur à moyen terme.

betvgo-pc-ligne
Sur ordinateur, le guide est un peu grand 😉

Le Be tv Go actuel, lancé ce mois-ci, se cantonne à offrir les sept chaînes Premium en direct, avec un guide électronique des programmes proéminent, et le catalogue Be à la demande. Pour accéder à cette offre, les abonnés BeTV devront encoder le numéro de client Voo, Numericable ou Telenet ainsi que le numéro de carte à puce ou l’adresse MAC du décodeur. Les étapes qui suivent sont tout à fait classiques (confirmation de l’adresse mail et création d’un identifiant). Les autres, hébergés sous d’autres opérateurs, devront simplement ajouter des données de paiement.

Première surprise: autant sous Mac que sous Windows, un plug-in complémentaire au navigateur est exigé pour lancer la lecture des flux. Les systèmes alternatifs comme Linux ou Chrome OS sont, de facto, exclus. L’ergonomie est tout à fait convenable malgré un comportement davantage inspiré par les écrans tactiles, ce qui prouve un regard porté vers l’avenir. Le nombre de paramètres est particulièrement restreint. Hormis le contrôle parental et la possibilité de définir un nom de l’appareil, l’utilisateur ne pourra que lancer une vidéo ou le direct. Le lecteur propose un flux de qualité, qui s’adapte à la vitesse de connexion. Les seuls indicateurs présentent le taux de remplissage du tampon, le contrôle du son, une pause éventuelle et la sortie du plein écran. Seuls regrets: la haute définition ne semble pas du voyage, aucune liste de lecture n’est définissable et aucun indicateur n’est présent pour signaler si un élément a déjà été épuisé. L’accès à un film est limité à 24h à partir du moment où il a été cliqué. Il ne serait pas inutile d’obscurcir ce qui n’est plus disponible.

betvgo-pc-stream
Le direct est de qualité, sans HD toutefois !

Be tv Go est également disponible sur tablette iOS et Android. Attention, cependant, si trois appareils peuvent être enregistrés (avec un changement tous les 30 jours), un seul flux sera livré. Autrement dit, si un membre de la famille regarde Be Sport, le fiston sur la tablette sera privé d’images. L’application est, elle, également très agréable et les flux tout à fait fluides.

Il est réellement impératif de se trouver sous un point d’accès Wi-Fi domestique pour assurer la qualité du service. Les débits offerts et la puissance de signal constatée sur le réseau Wi-Free ou FON réunissent trop rarement les taux suffisants pour assister confortablement au spectacle. Regrettable lorsque l’on sait le combat engagé dans le développement des réseaux mobiles 4G, exclus de l’offre. Qui plus est, il est impossible de charger, ne serait-ce que temporairement, des films et séries sur un dispositif pour en profiter hors connexion.

Sur une Nexus 7 sous Android L, lancer le direct et caster l’écran (envoyer vers la Chromecast) fonctionne mais les saccades sont nombreuses. Inutile de tenter ce type d’opération avec un onglet Chrome car la vidéo s’affiche au sein du plug-in, indisponible sur la clé HDMI de Google. La seule solution pour propulser Be tv Go vers un téléviseur est de se connecter via un câble HDMI. Dommage.

betvgo-nexus-catalogue
Du contenu de Canal+, sous la tablette Nexus 7

Lors des différents tests effectués, plusieurs plantages ont été constatés. Le plug-in a été redémarré deux fois à la fin de la lecture, ce qui a introduit un message d’erreur lors d’une tentative de reprendre le direct. Quelques saccades ont parfois entaché la fluidité sur tablette. Mais, dans l’ensemble, et malgré des restrictions parfois trop importantes, l’expérience est très satisfaisante. L’offre de contenu est de grande qualité.

Mais sera-ce réellement suffisant face à un concurrent américain présent sur tous les dispositifs populaires comme l’Apple TV, la Chromecast et les consoles, avec une qualité d’image supérieure et un catalogue relativement intéressant et doté d’exclusivités fortes ?

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.