Test – SD Gundam Battle Alliance : un succès inattendu

Les adaptations de la saga Gundam se suivent sans jamais briller. L’éditeur Namco Bandai est bien décidé à changer la donne avec SD Gundam Battle Alliance, un nouvel épisode, qui adopte le style chibi pour se démarquer. 

Namco Bandai est capable du meilleur comme du pire. L’éditeur nippon multiplie les adaptations d’animés en jeux vidéo. La qualité a toutefois tendance à beaucoup varier d’un titre à l’autre. L’annonce du nouveau Gundam avait ainsi suscité l’inquiétude des fans, qui s’attendaient au pire. Il faut dire que les précédentes adaptations de l’animé en jeux avaient frôlé le désastre. Que ceux-ci se rassurent, Namco Bandai n’a pas raté son coup cette fois. L’éditeur nous livre même potentiellement la meilleure adaptation de la saga en jeu!

Certains environnements sont très réussis.

Cette adaptation tire son originalité – outre de son design chibi, de son concept, basé sur la coopération, mais aussi du fait qu’il ne se veut pas un portage fidèle de l’histoire principale mais un mix mêlant l’original et tous ses spin-off. Une sorte de crossover improbable qui fera certainement fantasmer les fans. Ne vous attendez toutefois pas à retrouver d’autres animés mêlés dans cette histoire, on parle bien ici de crossovers dans l’univers de Gundam, tels que Gundam X, G Gundam ou Gundam 00.

On pourra toutefois reprocher au jeu de ne pas en faire des tas niveau mise en scène. L’histoire nous est ici racontée à travers des plans fixes et dialogues qui s’affichent entre différents personnages à l’écran. Rien de très excitant donc, surtout si vous ne connaissez pas la série dans son ensemble. Il y a de quoi vite s’y perdre.

Les environnements sont plutôt variés.

Côté gameplay en revanche, le titre de Namco Bandai frappe très fort. Il se présente comme un jeu d’action coopératif – et de facto il n’a que peu d’intérêt en solo, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que l’IA alliée n’est pas franchement extraordinaire. Ensuite, parce que le jeu a clairement été conçu pour être joué en coop, et pas en solitaire. La difficulté est relativement mal dosée en solo, et pour être franc, on s’ennuie également assez vite quand on joue seul… A plusieurs les combats sont beaucoup plus funs car il faut s’entraider, et le jeu a été très bien conçu au niveau de son level-design, dans ce sens. Il est pourtant vrai que le level-design du jeu est paresseux. De longs couloirs séparent des zones de combat où il faudra neutraliser les ennemis, protéger une position ou affronter un boss. Rien de très original. Mais à plusieurs, on s’éclate franchement.

Le scénario est narré à travers des dialogues.

Battle Alliance adopte également un style de jeu proche d’un Monster Hunter. Comprenez par là qu’on est dans un beat them all, mais un beat them all étonnamment technique puisqu’il faudra ici impérativement apprendre à parer les coups ou les éviter avec un dash pour espérer remporter les duels. De par sa difficulté, le titre ne s’adresse pas vraiment aux néophytes.

Battle Alliance surprend même par sa complexité avec ses attaques légères, lourdes, chargées, ses attaques spéciales, ses combos aériens, ses tirs et super-tirs ou sa customisation de mécha. La marge de progression et immense. D’autant plus qu’en face de vous, vos adversaires sont également costauds et varient les styles avec leur armement.

Si les ennemis classiques ne posent généralement pas de soucis, les boss sont tout de suite d’un autre niveau. La moindre erreur pourra vous être fatidique avec un combo de coups qui vous tomberont dessus. Il faudra mettre en place de véritables stratégies avec vos amis pour en venir à bout. Et c’est là que le jeu brille de tous ses feux. La stratégie personnelle est également au coeur de l’action puisque certains mouvements sont limités : le joueur dispose de barres de dodge et de garde. Ce qui signifie qu’ils ne pourront indéfiniment parer des coups… Il faudra prendre en compte un élément supplémentaire avec la barre de haine. Concrètement, le joueur du groupe qui cause le plus de dommages à l’ennemi attirera les attaques des adversaires, en devenant l’ennemi numéro 1. Celui-ci devra être robuste et prêt à encaisser les coups. C’est là que les classes entrent en jeu et que le jeu brille encore davantage puisqu’une équipe équilibrée parviendra à affronter les vagues d’ennemis en mixant combat à courte distance, longue distance et résistance.

La mise en scène est minimaliste.

En solo, le titre se révèle beaucoup moins intéressant compte tenu du fait qu’il a justement été pensé pour la coop, et que l’IA a beaucoup de mal à vous venir en aide… Autrement dit, ne vous lancez pas dans l’aventure si vous n’avez pas des amis avec qui le faire!

Quelques points déçoivent toutefois. A commencer par le grinding, que l’on retrouve absolument partout. En débloquant de nouveaux gundams, vous devrez obligatoirement grinder pour les améliorer pour qu’ils soient au niveau pour avancer dans le jeu… Et c’est bien dommage, car le titre pousse ainsi le joueur à ne tester qu’un seul mécha tout au long de l’aventure. Autre défaut, le prix du jeu, facturé au prix fort (59,99€) et 84,99€ pour la version Deluxe… On le sent déjà, le jeu sera une manne à DLC payants. Et puis bien sûr, il y a la question de la communauté. De par sa conception, SD Gundam est un jeu qui se joue en coop. Il faut donc des amis pour y jouer, ou trouver d’autres joueurs sur les serveurs… Et typiquement SD Gundam n’est pas le genre de jeu qui se vend à des millions d’exemplaires. Le risque que le titre soit abandonné par sa communauté est donc assez élevé.

Techniquement, le résultat est propre. La bande son du jeu reprend des thèmes de toute la série, avec des bruitages efficaces. La réalisation n’impressionne pas en revanche, malgré la direction artistique superbe d’Artdink, qui est parfaitement parvenu à fusionner les Gundams avec le design chibi. Certains environnements sont aussi plutôt réussis, à l’instar des métropoles, qui se détruisent sous nos pas. Toutefois, globalement, le jeu reste assez vide, et pauvre en détails. On le sent, il s’agit d’un projet réalisé avec un tout petit budget, et c’est bien dommage.

Alors, faut-il ou non craquer? Que vous soyez fan de Gundam ou pas, si vous aimez les jeux coop, SD Gundam pourrait bien devenir votre coup de cœur de l’année. Mais encore faut-il avoir des amis avec qui y jouer… Et c’est là que le défi risque de se poser.

Conclusion

Namco Bandai nous livre avec SD Gundam: Battle Alliance l’une des excellentes surprises de la rentrée. Fidèle à la série, le jeu brille surtout par son design “chibi” qui lui va à ravir et son gameplay étonnamment technique, qui le rapproche d’un Monster Hunter voire d’un Dark Souls qui se jouerait en coopération. Le jeu a été pensé pour le multijoueur, jusque dans son level-design. Ce qui signifie qu’en solo, on a tendance à très vite s’ennuyer. Mieux vaut donc avoir des amis pour y jouer! Techniquement, ce n’est également pas très glorieux, même si le style a son charme. A 59,99€, l’addition est en tout cas salée pour un titre aux allures de free-to-play. Mais que les fans se le disent, malgré les apparences, SD Gundam: Battle Alliance est probablement l’adaptation la plus réussie de la franchise en jeu vidéo. Et incontestablement, un jeu très fun à parcourir entre amis. 

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

SD Gundam Battle Alliance

Gameplay 8.5/10
Contenu 7.0/10
Graphismes 6.5/10
Bande son 7.0/10
Finition 8.5/10
7.5

On aime :

Un gameplay étonnamment technique

Taillé pour la coop

Une finition irréprochable

La direction artistique, très réussie

On aime moins :

Pas intéressant en solo

Techniquement assez pauvre

La narration par "dialogues"