Crédits : AFP-JIJI

Un barrage va être fabriqué par une imprimante 3D

La Chine construit le plus grand barrage imprimé en 3D au monde.

Un article, publié le mois dernier dans le Journal of Tsinghua University (Science and Technology), expose les plans futuristes d’un barrage. D’ici deux ans, les responsables de ce projet veulent automatiser entièrement la construction sans personnel d’un barrage sur le plateau tibétain pour construire la centrale hydroélectrique de Yangqu. Et ce, seulement avec des robots. En clair, le projet a éliminé les travailleurs humains en devenant 100% robotisé. L’information avait d’abord été relayée par le South China Morning Post.

C’est ainsi que le département des sciences et des technologies de l’université de Tsinghua veut construire couche par couche le barrage de Yangqu sur le plateau tibétain. Sa conception repose sur l’impression 3D et devrait prendre fin dans deux ans. Celui-ci servira à alimenter la centrale hydroélectrique de Yangqu, qui fournira à la province chinoise du Henan environ 5 milliards de kWh d’électricité chaque année. En plus du 3D, la construction de ce barrage comporte une autre particularité. Aucune main d’œuvre humaine ne sera nécessaire sur le site du barrage. En effet, l’intelligence artificielle contrôlera des machines sans équipage pour construire l’ensemble de la structure.

Un chantier sans humain

Liu Tianyun, l’un des principaux scientifiques de ce projet, explique que le système central d’IA permet à la chaîne de montage robotisée de fonctionner et à l’impression 3D d’être opérationnelle sur le site du barrage chinois. Et ce, tout en éliminant les problèmes de sécurité et les erreurs humaines dans le processus. Cela pourrait garantir la livraison efficace des matériaux et la précision nécessaire pour le bon alignement et la mise à niveau de chaque couche du barrage.

Liu Tianyue, l’un des principaux scientifiques de ce projet, explique qu’ils veulent “libérer les gens des emplois lourds, répétitifs et dangereux” grâce à ce projet très innovant. Au total de 100 millions de personnes pourront bénéficier du barrage imprimé en 3D. Ce dernier sécurisera leur approvisionnement en électricité transmise par une ligne de transmission à haute tension.

Une chaîne de production robotisée

Concrètement, des camions sans pilote transporteront les matériaux de construction. Une fois les matériaux arrivés sur le site, des bulldozers sans conducteur les transformeront en une couche du barrage grâce à des rouleaux équipés de capteurs. Dès qu’une couche sera terminée, les robots renverront des informations sur l’état de la construction au système d’IA. Plus précisément, pour chaque couche du barrage, l’IA analysera des capteurs pour s’assurer que le processus de construction se déroule comme prévu.

La centrale hydroélectrique de Yangqu devrait atteindre une taille totale de 520 pieds une fois achevée, soit, environ 160 mètres. Ce qui en ferait la plus grande installation d’impression 3D robotisée au monde. Pour le moment, l’actuel détenteur du record mondial est l’immeuble de bureaux de deux étages de Dubaï.

NB : l’image de couverture de l’article est une photographie aérienne montrant l’eau libérée par le barrage chinois des Trois Gorges à Yichang, dans la province de Hubei, le 23 août 2020.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.