5 jeux à offrir pour la St. Nicolas

Pour s’occuper cet hiver, les plus petits n’auront que l’embarras du choix. Petit tour d’horizon des meilleurs jeux du moment pour les plus jeunes. 

My Singing Monsters Playground (PS4, Xbox One, Switch)

Sorti de nulle part, My Singing Monsters Playground est un excellent clone de Mario Party, qui brille par sa réalisation soignée, son univers coloré et ses mini-jeux décalés. A l’inverse de son modèle, il n’intègre pas de plateaux de jeux. Les joueurs enchainent ici les épreuves de tir, de parkour, de réflexion, pour décrocher un maximum de points. C’est facile d’accès, fun et étonnamment, la formule fonctionne aussi bien auprès des plus petits que des plus grands. Vu la pauvreté du line-up de la PS4 et de la Xbox One dans ce domaine, My Singing Monsters Playground est une excellente surprise pour les propriétaires de ces machines qui recherchaient un titre pour animer leurs soirées en famille. Reste qu’à 39,99€, l’addition est un poil salée compte tenu du contenu assez léger du jeu. Les mini-jeux sont de qualité, mais on en dénombre seulement une vingtaine. Lire notre test complet.

Jurassic World Evolution 2 (PS4, PS5, PC, Xbox One, Xbox Series)

Jurassic World Evolution 2 est plus une évolution qu’une révolution pour la série de jeux de gestion de parc à thème. Sans chambouler les règles de la saga, les équipes de Frontier Developments proposent un épisode qui est bien plus complet que son prédécesseur et qui gomme les défauts qu’étaient les siens. Le nombre de dinosaures passe ainsi de 37 à 79, avec l’arrivée tant attendue des dinosaures marins et ailés. Les spécialistes, tellement éreintants dans le premier épisode, ont enfin disparu, tandis que l’on retrouve des cartes bien plus grandes pouvant laisser libre cours à notre imagination, avec de nombreux dinosaures à découvrir et capturer. Si la campagne n’est pas très élaborée et que l’on en fait vite le tour, on se réjouira du nouveau mode Théorie du Chaos, permettant de revisiter les scénarios des cinq films de la saga. Techniquement, les cartes sont très jolies, les effets visuels réussis et les créatures plus vraies que nature. La bande sonore est, pour sa part, tout bonnement incroyable, avec les mythiques compositions de John Williams et le tout aussi culte doublage de Jeff Goldblum. On regrettera toutefois que de nombreux bugs persistent, venant bien souvent entraver la progression lors des missions. Un retour très plaisant pour la saga donc, d’autant qu’il intervient quelques mois avant la sortie tant attendue du sixième opus au cinéma ! Lire notre test.

Marsupilami (PS4, Xbox One, Switch, PC)

On n’en attendait pas grand chose. Marsupilami : Le Secret du Sarcophage s’impose toutefois comme une excellente surprise. Le jeu d’Ocellus Studio s’inspire très ouvertement d’un Sonic, côté gameplay, avec une vue latérale, des séquences de jeu très nerveuses et des niveaux bonus dans lesquels il faut emmagasiner un maximum de points en un temps limité. A la fois très accessible pour les néophytes avec son mode débutant très permissif, et très technique pour les amoureux des jeux de plate-forme, le titre offre un sérieux challenge même pour les connaisseurs avec des niveaux de plus en plus exigeants, qui sont remplis de pièges à éviter, mais également de secrets à découvrir. On reprochera au titre de ne pas mettre assez en avant ses personnages charmants et son scénario, qui nous est à peine présenté dans la très courte intro. Les plus petits auront peut-être du mal à y accrocher à cause de cela. Techniquement, le jeu est toutefois très réussi, l’aventure est prenante du début à la fin, et si le jeu est pratiquement une réplique de Sonic, il parvient à s’en démarquer avec un univers coloré et quelques idées qui lui sont propres. Bref, voilà un très joli cadeau pour les petits comme pour les grands, mais également assurément l’un des jeux les plus rafraichissants de cette fin d’année! Lire notre test.

Pokémon Diamant Etincelant / Perle Scintillante (Switch)

Avec le temps, les premières générations de Pokémon refont surface sous forme de remakes. Après les refontes des trois premières générations, c’est maintenant Diamant et Perle qui reviennent dans de toutes nouvelles versions, à savoir Diamant Étincelant et Perle Scintillante. Un retour que l’on ne doit pas cette fois à Game Freak mais bien à un studio dont c’est le premier jeu, le studio ILCA. Très fidèles aux modèles d’origine, ces remakes nous invitent à partir à l’aventure dans la région de Sinnoh. La formule reste la même que dans les précédents volets. Le jeu se joue comme un RPG au tour par tour dans lequel le joueur doit capturer et entraîner différentes créatures pour affronter la ligue Pokémon ainsi que la team Galaxie, une organisation criminelle voulant s’approprier le pouvoir des Pokémons légendaires Dialga ou Palkia, dépendant de la version choisie. L’aventure est linéaire mais bien pensée et riche en choses à faire. Ces remakes proposent en fait peu de nouveautés mais plutôt des ajustements et améliorations de certains aspects dérangeant des jeux originaux, tel que l’utilisation beaucoup moins contraignante des CS. Si les musiques sont toujours aussi marquantes, le titre se montre moins intéressant visuellement en arborant un style super déformé peu convaincant en dehors des combats. On regrette tout de même le manque d’ambition de ces remakes un peu trop proches des jeux originaux, n’incluant que très peu de contenu ajouté par Pokemon Platine, qui venait pourtant rééquilibrer l’expérience. Un jeu à réserver à ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir cette génération. Lire notre test.

Kena Bridge of Spirits (PS4, PS5, PC)

Exclu temporaire au catalogue PS4/PS5, Kena: Bridge of Spirits est le premier jeu d’un studio indépendant nommé Ember Lab. Studio qui avait jusqu’ici travaillé sur de l’animation 3D pour la réalisation de publicités ou de courts-métrages. Le titre raconte l’histoire d’une jeune fille dont la tâche est de guider les esprits des défunts qui se sont égarés vers l’au-delà. Celle-ci passe par un village en proie à une corruption grandissante qui détériore la forêt dans laquelle il se trouve. Kena part donc aider ces esprits en compagnie de petites créatures mignonnes nommées les “Rots”. Bien que très classique dans sa proposition, Kena: Bridge of Spirits s’impose comme un jeu d’aventure efficace, mêlant exploration, plate-forme, combat et réflexion. Le savoir-faire du studio se ressent dans l’animation et les visuels du jeu qui sont magnifiques, rappelant souvent une production animée. Ember Lab nous offre ici un monde détaillé et vivant, même sur Playstation 4 avec une version moins performante mais réussie. Kena ne parvient toutefois pas vraiment à surprendre avec sa construction linéaire et son gameplay sans originalité. La formule de Kena fonctionne mais reste très basique. Ses combats sont pourtant assez variés et exigeants, en particulier lors des combats de boss, intenses. Le premier jeu d’Ember Lab n’en mérite pas moins le détour. Lire notre test.