Test – Pokémon Diamant Étincelant/Perle Scintillante : un remake séduisant

Après une année de pause, laissant place aux DLC de Pokémon Épée et Bouclier, la licence revient avec un nouveau remake. C’est cette fois la quatrième génération qui a droit à une refonte complète mais sans vraiment proposer beaucoup de nouveautés.

La licence Pokémon nous a habituée à proposer des remakes des premières générations permettant de les remettre au goût du jour. Après Rouge Feu et Vert Feuille sur Gameboy Advance, Or Heartgold et Argent Soulsilver sur DS, Rubis Oméga et Saphir Alpha sur 3DS, c’est maintenant les premières versions de la quatrième génération qui ont droit à leurs propres refontes avec Diamant Étincelant et Perle Scintillante. C’est un peu plus de 15 ans après leur sortie originale que Diamant et Perle sont actualisés, non pas par Game Freak, mais bien par un studio du nom de ILCA dont c’est le premier jeu.

Comme d’habitude, nous incarnons un jeune garçon ou une jeune fille partant à l’aventure, cette fois dans la région de Sinnoh. Après une rencontre fortuite avec le professeur Sorbier, notre personnage aura l’occasion de choisir parmi trois Pokémon de départ avant de se lancer dans la conquête de la ligue Pokémon. Il est alors question de voyager dans Sinnoh pour défier les huit champions d’arènes disséminés dans différentes villes et ensuite affronter le conseil 4, les dresseurs les plus forts de la région.

Certaines scènes sont l’occasion de changer d’angle de caméra.

Cette région est inspirée de l’île japonaise d’Hokkaidō et comporte même en plein milieu l’imposant Mont Couronné, l’équivalent dans l’univers de Pokémon des chaînes de montagnes de l’île. Notre passage à Sinnoh est également l’occasion d’en apprendre plus sur l’univers des monstres de poche et sa genèse. La mythologie de ce monde est un peu développée grâce à la présence des deux créatures vedettes de ces versions, Dialga et Palkia, respectivement les maîtres du temps et de l’espace. Notre périple nous amène à affronter la team Galaxie, une organisation agissant dans toute la région pour réveiller et s’approprier les pouvoirs de ces Pokémon légendaires. Un scénario qui reste tout de même assez simpliste, dans la lignée de ce que la licence propose généralement.

Diamant et Perle reprennent en tout point la formule des jeux précédents et ces remakes vont également être très fidèles à ce modèle original. Les deux jeux sont des RPG au tour par tour où il faut capturer et entraîner des créatures qui possèdent différents types et jusqu’à quatre capacités à utiliser en combat. La région possède 150 différentes espèces de Pokémon à attraper, pas de changement à ce niveau, il s’agit bien des mêmes 150 créatures présentes dans Diamant et Perle. Parmi les nouveautés apportées par ces remakes, on retrouve surtout l’apport des changements effectués durant ces 10 dernières années dans la licence tels que l’inclusion du type fée ou encore l’expérience obtenue qui est désormais partagée par tous les membres de l’équipe.

La formule reste très classique.

L’aventure principale ne pose jamais de problèmes, sauf la fin qui représente un certain pic de difficulté. Le déroulé se montre assez classique et linéaire, malgré de nombreux à-côtés et zones optionnelles à explorer. Parmi ces à-côtés, on trouve les concours Pokémon, ici remodelés en mini-jeu de rythme. L’exploration des souterrains de la région sont également de retour avec quelques nouveautés. La carte sous terre est maintenant entrecoupée par des zones où rôdent des Pokémon sauvages. Il est possible d’y trouver des Pokémon rares et absents du Pokédex de la région, ce qui apporte une variété bienvenue.

Certains problèmes des jeux originaux sont ici corrigés. On pense surtout à la vitesse des combats et à l’utilisation très fastidieuse des CS, des capacités qu’il fallait apprendre à nos Pokémon et qui nous permettaient également d’agir en dehors des combats. La CS Éclate-Roc permet de briser des rochers qui nous barrent la route, la CS Surf permet de se déplacer sur l’eau… Un système intéressant pour l’exploration des zones mais qui était très contraignant. La série essaye de se débarrasser de ces capacités depuis quelques jeux maintenant et ces nouveaux remakes aussi. Il est désormais possible d’utiliser ces CS sans devoir les apprendre à nos Pokémon, ce qui fluidifie grandement l’aventure en nous faisant gagner un temps précieux.

On trouve maintenant des Pokémon dans les souterrains de la région.

Le titre divise visuellement puisqu’il adopte un style super déformé avec une caméra en vue du dessus, dans le but de répliquer le rendu des jeux originaux. Si ce nouveau style très coloré et mignon n’est pas déplaisant à regarder, le rendu graphique n’impressionne pas non plus. Certains passages du scénario changent le point de vue de la caméra pour s’approcher des personnages et montre en réalité leur manque d’expression et de vie. Les combats s’en sortent un peu mieux en proposant un rendu proche des précédents jeux et de jolis environnements. Les musiques sont également de très bonnes factures. Diamant et Perle possédaient des morceaux que beaucoup placent parmi les meilleures de toute la série, et leurs remasterisations sont ici très correctes.

La série propose bien souvent une bonne quantité de choses à faire, et c’est également le cas de ces épisodes. Si l’aventure se termine en un peu plus de 20 heures, les jeux réservent pas mal d’activités par la suite avec la tour de combat et de toutes nouvelles zones qui permettent d’attraper des Pokémon différents et de s’atteler à la complétion du Pokédex national qui répertorie les 493 premières créatures. À noter que quelques nouvelles surprises viennent aussi caresser les fans dans le sens du poil. Il est également possible de jouer avec des amis, que ce soit dans les souterrains ou simplement pour échanger et faire des combats contre eux. Il faut cependant noter que Diamant Étincelant et Perle Scintillante ne bénéficient pas de support compétitif et que Pokémon Épée et Bouclier restent les jeux principaux dans ce domaine.

Même les combats contre les champions d’arène ne sont pas bien difficiles.

Difficile de ne pas lui reprocher un manque d’ambition. Le jeu paraît presque identique aux versions originales alors que les remakes des précédentes générations nous avaient habitués à plus de nouveautés et d’ajustements. Diamant Étincelant et Perle Scintillante ne prennent même pas la peine d’inclure les nombreux rééquilibrages apportés à l’époque par la version Platine. Cette version complémentaire et améliorée de Diamant et Perle datant de 2008 apportait beaucoup de nouveau contenu, un scénario plus complet mais également de petits ajustements dans l’équipe de certains champions d’arènes.

Cette troisième version ajoutait d’ailleurs une cinquantaine de créatures en plus à trouver dans la région, un apport dont Diamant et Perle avait bien besoin puisque la répartition des types n’est pas des plus équilibrés (il n’existe par exemple que deux familles de Pokémon de types feu et glace dans toute la région) ne laissant donc pas énormément de choix si vous voulez jouer avec certains types. Sachez que la majorité des ajouts de Platine ne sont pas dans Diamant Étincelant et Perle Scintillante, les remakes se contentent de remettre les versions originales au goût du jour. Ceux-ci conservent même ce problème d’équilibrage de répartition de types, même si le problème est un peu réglé grâce aux nouvelles zones souterraines.

Pokemon Diamant Étincelant et Perle Scintillante sont des jeux à réserver uniquement aux amoureux de la formule classique de Pokémon et qui veulent découvrir ou redécouvrir cette quatrième génération. En espérant que l’ambition que ces remakes n’ont pas eu sera bel et bien dans Légendes Pokémon: Arceus, le prochain jeu de Game Freak qui devrait sortir en janvier prochain.

Conclusion

Avec le temps, les premières générations de Pokémon refont surface sous forme de remakes. Après les refontes des trois premières générations, c’est maintenant Diamant et Perle qui reviennent dans de toutes nouvelles versions, à savoir Diamant Étincelant et Perle Scintillante. Un retour que l’on ne doit pas cette fois à Game Freak mais bien à un studio dont c’est le premier jeu, le studio ILCA. Très fidèles aux modèles d’origine, ces remakes nous invitent à partir à l’aventure dans la région de Sinnoh. La formule reste la même que dans les précédents volets. Le jeu se joue comme un RPG au tour par tour dans lequel le joueur doit capturer et entraîner différentes créatures pour affronter la ligue Pokémon ainsi que la team Galaxie, une organisation criminelle voulant s’approprier le pouvoir des Pokémons légendaires Dialga ou Palkia, dépendant de la version choisie. L’aventure est linéaire mais bien pensée et riche en choses à faire. Ces remakes proposent en fait peu de nouveautés mais plutôt des ajustements et améliorations de certains aspects dérangeant des jeux originaux, tel que l’utilisation beaucoup moins contraignante des CS. Si les musiques sont toujours aussi marquantes, le titre se montre moins intéressant visuellement en arborant un style super déformé peu convaincant en dehors des combats. On regrette tout de même le manque d’ambition de ces remakes un peu trop proches des jeux originaux, n’incluant que très peu de contenu ajouté par Pokemon Platine, qui venait pourtant rééquilibrer l’expérience. Un jeu à réserver à ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir cette génération.

Pokémon Diamant Étincelant/Perle Scintillante

Gameplay 7.5/10
Contenu 8.0/10
Graphismes 6.0/10
Bande son 7.0/10
Finition 7.5/10
7.2

On aime :

La formule Pokémon toujours efficace

Une région bien pensée

Beaucoup de contenu

Une très bonne OST remise au goût du jour

Des ajustements qui gomment les défauts des jeux originaux

On aime moins :

Peu de nouveau contenu

Peine à convaincre visuellement

L’absence des rééquilibrages apportés par Platine