Un algorithme licencie 150 employés jugés pas assez productifs

150 employés de l’entreprise russe Xsolla ont été licenciés par mail, car un algorithme avait jugé qu’ils n’étaient pas assez impliqués dans l’entreprise.

Comment réagiriez-vous si vous étiez renvoyé par e-mail de votre entreprise  ? Et si la décision de vous renvoyer avait été prise par un algorithme ? Cela peut ressembler à l’intrigue d’un épisode de Black Mirror, mais c’est pourtant ce qui est arrivé à 150 des 500 employés de la société de logiciels Xsolla, une société russe spécialisée dans les solutions de paiements pour les jeux en ligne.

Pendant la pandémie, de nombreuses personnes ont dû télétravailler et l’entreprise Xsolla n’y a pas échappé. Plutôt que de faire confiance à ses employés, l’entreprise a décidé de les surveiller. Un algorithme a ensuite pris en compte différents facteurs, comme le temps que les employés utilisaient pendant leur travail pour réaliser des activités non liées à leurs fonctions dans l’entreprise.

« L’équipe Big Data de l’entreprise a analysé votre activité dans Jira, Confluence, Gmail, les chats, les documents et les tableaux de bord et vous a marqué comme un employé peu engagé et improductif. En d’autres termes, vous n’étiez pas toujours présent sur le lieu de travail lorsque vous le faisiez à distance », explique un extrait de l’e-mail signé par le PDG et fondateur de l’entreprise, Aleksandr Agapitov. « Beaucoup d’entre vous seront peut-être surpris, mais je crois vraiment que Xsolla n’est pas pour vous. »

Sans aucun remords vis-à-vis de la démarche, le PDG ajoute que l’entreprise s’est associée à plusieurs agences de ressources humaines pour aider les employés « à trouver un bon endroit où ils peuvent gagner plus et travailler encore moins ».

Licenciés à cause d’une baisse de croissance

Après les licenciements, Aleksandr Agapitov a donné une interview dans laquelle il a expliqué que la décision avait été prise parce que l’entreprise avait cessé de croître à un rythme de 40 %. « Parfois, vous devez prendre des mesures difficiles et impopulaires pour continuer à grandir et à évoluer », a déclaré le PDG.

Agapitov a également déclaré qu’il n’était pas d’accord avec tous les licenciements, mais qu’il était obligé d’aller jusqu’au bout en raison des protocoles internes convenus avec les actionnaires de l’entreprise.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que ce type d’événement se produit. En 2019 déjà, un système d’algorithme similaire utilisé par Amazon avait été dénoncé par des responsables. Selon Bloomberg, la société avait utilisé des données pour embaucher, évaluer et licencier des employés sans qu’un seul être humain ne les contacte lors du processus. 300 employés à temps plein avaient ainsi été remerciés par un algorithme entre août 2017 et septembre 2018.