Test – Art of Rally : le rallye old-school

Second jeu du petit studio Funselektor, Art of Rally propose une expérience de jeu aux antipodes des autres jeux de rallye.

Vous vous souvenez peut-être du sympathique Absolute Drift, un petit jeu de course arcade fun qui avait un peu parler de lui à sa sortie. Cette première production du studio Funselektor semble avoir placé les rails pour le futur du studio puisque son second jeu, Art of Rally, suit globalement la même direction. Résolument old-school, Art of Rally nous propose de nous replonger dans la glorieuse époques de courses de rallye au milieu des années 70 et de prendre le volant de quelques-uns des bolides les plus iconiques pour partir à la découverte de décors délicieusement poétiques.

Les décors sont à couper le souffle.

Car Art of Rally n’est pas un jeu de course à proprement parler. Il n’est d’ailleurs pas possible d’affronter d’autres pilotes directement. Les courses se font en différé, contre le chrono. Très accessible, le jeu adopte une conduite volontairement très zen. Le chrono passe ici totalement au second plan pour laisser le joueur apprécier la beauté des paysages. Et c’est ce qui fait tout le charme de cet Art of Rally, qui se présente davantage comme un jeu de détente qu’un véritable jeu de rallye, même s’il est possible de se mesurer aux autres joueurs avec les chronos.

On ne sera d’ailleurs pas surpris de démarrer l’aventure dans un monde ouvert ayant pour cadre les paysages bucoliques de la Finlande. Dans ce mode Exploration, le joueur pourra explorer librement l’environnement pour récupérer divers collectibles et mémoriser les tracés, avant de se lancer dans le mode carrière, dans lequel il devra participer à une série de rallyes divisés en plusieurs spéciales. L’objectif est ici très clair : tenter de boucler le plus rapidement le parcours, en évitant de sortir de piste, sous peine de récolter un malus de 5 secondes. Le concept est séduisant, mais on ne sent pas du tout la pression et on n’a surtout aucune idée de sa position dans le classement jusqu’à la fin. La difficulté est également très faible, à un tel point que même en mode difficile, vous n’aurez pas de mal à terminer premier sur les spéciales.

Les conditions météorologiques impacteront la course.

Si le mode carrière est plutôt costaud, les épreuves ont tendance à très vite se répéter. L’absence de narration, de véritable défi, de diversité et de nouveaux terrains de jeu fait qu’on s’ennuie très vite dans le mode carrière. Pour ajouter à notre malheur, la première saison vous met aux commandes de bolides nettement moins excitants à contrôler. Le jeu ne montre son réel potentiel que quelques heures plus tard. Car Art of Rally fait partie de ces jeux dans lesquels il faudra débloquer massivement du contenu, tout au fil de votre progression. On commence dans deux ou trois environnements, et le nombre de tracés ne progresse pas avant quelques heures de jeu… On grimpe également progressivement de série en série, en débloquant des bolides de plus en plus plaisants à piloter.

Si Art of Rally est un jeu plaisant à prendre en main, à la conduite très zen, on lui reprochera clairement son manque de nervosité. Pad en main, les sensations sont proches d’un Micro Machines, sur des circuits qui ne sont toutefois pas très sinueux. Le tout, sans power-ups ni opposants…

Les circuits ont tendance à très vite se répéter.

Alors certes, c’était un parti pris des développeurs, qui ont voulu rester fidèle à la discipline. Des courses à plusieurs auraient complètement dénaturé le rallye. Ceci étant dit, les développeurs n’ont pas hésité à prendre de grandes libertés avec la discipline, que ce soit avec les nombreux bolides à conduire, qui sont inspirés des véhicules iconiques mais sans les licences, ou des règles sur le tracé. Il est très rare d’être sanctionné par exemple pour avoir pris un petit raccourci. La conduite se veut arcade mais sans les sensations et avec quelques spécificités empruntées aux simulations, comme le fait que le titre joue brillamment la carte de la physique avec les transferts de masse et les virages à bien négocier, l’impact des conditions météorologiques ou encore les sensations qui sont bien différentes au volant des différents bolides.

Art of Rally est typiquement le genre de jeu sur lequel on reviendra pour de courtes séquences de jeu. La redondance de ses épreuves fait qu’on finit vite par s’en lasser. Mais le jeu ne manque pas de charme, que ce soit avec sa bande son électro très séduisante, sa direction artistique superbe, ses jolis panoramas ou son côté très zen qui incite à la découverte. S’il n’est pas vraiment une claque graphique, Art of Rally exploite brillamment un style graphique qui plaira aux mordus de rétrogaming, avec ses environnements poly à couper le souffle. Une approche qui n’est pas sans rappeler l’excellent Horizon Chase.

Conclusion

Résolument rétro avec son ambiance 70’s, Art of Rally est un jeu de course arcade qui propose une expérience de jeu très zen. Pas de courses intenses ici, mais l’exploration de petits open-world qui regorgent de collectibles et des petits contre-la-montre qui permettront de débloquer progressivement de nouveaux contenus. Très accessible, le jeu adopte une prise en main très proche d’un Micro Machines. A l’inverse de celui-ci, vous n’y affronterez toutefois pas de concurrents et n’utilisez pas de power-ups. La lassitude a tendance à vite s’installer mais pour de petites sessions, Art of Rally n’en reste pas moins très plaisant à parcourir. Car le jeu ne manque pas de charme. Sa bande son électro, ses superbes panoramas et sa direction artistique unique lui donne un charme fou. Les passionnés de rétrogaming auraient tort de s’en priver. 

Art of Rally

Gameplay 6.5/10
Contenu 7.0/10
Graphismes 7.5/10
Bande son 7.5/10
Finition 7.5/10
7.2

On aime :

Une direction artistique superbe

Un mode carrière costaud

Des sensations bien différentes selon les véhicules

Les bolides iconiques sont de la partie

Une conduite très zen

On aime moins :

Pas de "vrai" multijoueur

La répétitivité des épreuves

La lassitude s'installe assez vite

Ca manque de sensations