Clément Jadoul et Axel Higuet ont lancé Wizo et proposent trois services autour des menus digitaux.

L’idée générale de Wizo c’est d’avoir “une plateforme sous forme d’application mobile qui rassemble tout ce qui est autour des menus digitaux” explique Clément Jadoul, le cofondateur.

Menu, commande et pick-up

Le cofondateur de Wizo, Clément Jadoul nous parle des menus digitaux pensés pour le mobile. “C’est vraiment une application, on ouvre et on a le menu de l’établissement comme on peut l’avoir sur Deliveroo ou UberEats“, explique-t-il. Le principe est simple : basculer le traditionnel menu papier vers un menu accessible via un smartphone. Un concept qui prend du sens notamment pour la reprise après la crise sanitaire : “c’est offrir la possibilité à la clientèle de passer sur le téléphone pour lire le menu, pour ne pas avoir les menus physiques qu’ils doivent nettoyer à chaque utilisation“.

Une fois qu’un gérant de restaurant a créé un menu digital, il peut le mettre à profit grâce aux commandes connectées. Clément Jadoul explique que ce service “s’adresse plus à des établissements qui ont une grosse capacité, un gros flux de commandes, et c’est pour fluidifier ce flux de commandes là“. Les clients prennent eux-mêmes leurs commandes. Le restaurateur peut également faire des mises à jour et indiquer si un produit n’est plus disponible.

Depuis peu, la startup veut aider les restaurants à passer à la commande pick-up. C’est-à-dire, pouvoir commander à distance et venir récupérer sa commande à emporter lorsqu’elle est prête. Un service qui n’existait pas dans le concept de base de la startup : “au final, ça rejoint un petit peu notre offre de menus digitaux, nous nous sommes lancés dans le pick-up avec la seconde vague de Covid“, explique Clément Jadoul.

Une plus-value pour les restaurateurs mais également pour les clients

Les clients de Wizo sont évidemment les restaurants. Parmi les arguments, le cofondateur nous parle de faciliter l’organisation. Notamment vis-à-vis des serveurs “qui, eux, perdent énormément de temps à faire ces allers-retours incessants juste pour noter une commande, ici les commandes viennent à eux“. Parallèlement, les clients seraient amenés à commander plus via l’application mobile, selon le cofondateur. S’ajoute à cela un “tour de table plus rapide“. C’est-à-dire que si les commandes et le service fonctionnent plus vite, les clients qui sont arrivés il y a dix minutes, sont potentiellement partis plus rapidement et libèrent donc des tables plus vite, pour permettre l’accueil d’autres clients.

Le service de pick-up permet selon Clément Jadoul d’aider à faire face à la crise sanitaire. “Parce qu’ils ne vont pas switcher comme ça d’un restaurant qui accueille la majorité de ses clients à l’intérieur, à un restaurant qui fait essentiellement du pick-up, ce sont deux manières de fonctionner totalement différentes“. Si les services de livraison comme UberEats ou Deliveroo proposent déjà ce genre de service pick-up, les deux cofondateurs misent sur le prix. “Par exemple UberEats prend 15% de commission sur une commande à emporter, nous seulement 5%“.

Du côté des clients, on peut imaginer un service plus rapide. Mais également éviter les erreurs de commandes ou les temps d’attente longs pour régler ses consommations. Mais la startup veut proposer un service au client qui va un peu plus loin.

Un concept plus global

Clément Jadoul et Axel Higuet ont lancé ce projet à la fin de leur étude. Si l’idée de base tournait autour des commandes connectées, le Covid a rapidement poussé les deux entrepreneurs à jouer sur plusieurs tableaux.

Mais s’ils misent sur une application dès le départ, c’est parce qu’ils souhaitent proposer un service plus large. “Nous aimerions, à moyen terme, proposer l’utilisateur final qui est le client d’un établissement, un genre de guide“. Avec des filtres, un client pourrait découvrir via son smartphone un restaurant qui propose ses préférences du moment, par exemple “d’aller dans un établissement italien, qui a une offre végétarienne avec telle tranche de prix“, explique Clément Jadoul. Et consulter directement le menu des établissements. Un peu comme un comparateur, qui met un point d’honneur au menu proposé. Clément Jadoul explique que “le menu est une des raisons majeures pour laquelle nous nous tournons vers un restaurant et pas un autre, c’est un point d’information essentiel“.

Le cofondateur explique qu’ils ne veulent pas remplacer les services de livraison connus. “Nous ne sommes qu’une plateforme complémentaire parmi d’autres, qui veut proposer un service moins cher“. D’ailleurs, le service de pick-up proposé par Wizo fait écho à celui de Matthias Rijnwalt qui a fondé Ordeo. Il proposait aux clients de passer leur commande depuis la file d’attente via une application. Puis avait également proposé de passer cette commande depuis la table d’un restaurant.