Attendu comme le messie par certains joueurs, qui espéraient découvrir enfin une alternative aux jeux de baston made in Japan, Bounty Battle débarque sur pratiquement tous les supports du marché, sous les huées du public. Explications.

Si l’éditeur Merge Games nous aura très agréablement surpris à plusieurs reprises, toutes ses productions ne sont pas forcément des bonnes pioches. Et c’est notamment le cas de ce Bounty Battle que de nombreux joueurs attendaient avec impatience. Lors de son annonce, le jeu était parvenu à faire parler de lui, et pour cause puisqu’il s’agit d’un jeu de baston indépendant qui réunit un très joli casting de personnages tirés de multiples franchises. On retrouve les héros de jeux emblématiques comme Guacamelee, Owl Boy, Axiom Verge, Awesomenauts, Steamworld Dig ou Blasphemous. Le gameplay du jeu est quant à lui directement inspiré de Smash Bros.

On n’a donc pas affaire ici à un “vrai jeu de baston” mais plutôt un Smash Bros-like dans lequel le but n’est pas tant de mettre K.O. ses adversaires mais de les bouter hors de l’espace de jeu. Après un certain nombre de revives, l’adversaire est vaincu. Autre particularité : les combats se jouent à quatre.

Le concept était très séduisant sur le papier. Dans la pratique, le résultat est malheureusement désastreux. Tout d’abord parce qu’au niveau de la réalisation technique, on a l’impression de jouer à un jeu flash sur un navigateur. Les modèles 2D des personnages sont réussis, mais les niveaux manquent de caractère, de détails et de profondeur. Les effets visuels sont également franchement très laids. Alors certes, on est face à une petite production indépendante, mais tout de même… L’autre très gros défaut du jeu, c’est sa finition désastreuse. Les ralentissements sont nombreux et viennent véritablement gêner le joueur dans les combats. De surcroît, il n’est pas rare que l’on soit confronté à l’un ou l’autre bug…

Côté gameplay, ce n’est guère plus reluisant. Les bases sont une fois encore très bonnes, mais la finition désastreuse. Les coups sont mous, le rythme de jeu est lent, ca manque de nervosité et de fun et si l’on a droit à une jolie palette de coups, on se contente très souvent de spammer un seul bouton – même si cette pratique fera perdre des crédits au joueur. Lors des ralentissements, on n’a tout simplement pas le choix pour survivre. Comme nous l’avons dit plus haut, les latences sont nombreuses, et durent parfois plusieurs secondes. Il devient dès lors pratiquement impossible de répondre correctement à l’attaque de son adversaire.

Au niveau des modes de jeu, on retrouve un mode tutoriel plutôt réussi pour apprendre les bases du gameplay, mais pas de vrai mode solo. Il faudra se contenter d’une succession de défis aux commandes d’un personnage qu’on ne peut pas choisir. Il faudra tantôt survivre à des vagues d’ennemis, tantôt pousser ses opposants hors du ring. Le concept est sympa, mais on en fait vite le tour… Le jeu manque de modes alternatifs. On peut toutefois bien sûr s’affronter en duel mais là aussi, les ralentissement viennent jouer les trouble-fête.

Vous l’aurez compris : en l’état, le jeu n’est tout simplement pas jouable. On l’espère, les développeurs proposeront un patch pour corriger ces nombreux problèmes techniques… Ceci étant dit, on voit mal comment Bounty Battle pourrait s’imposer comme un grand jeu de baston même sans ces problèmes techniques… Le contenu reste léger, la réalisation très cheap, et le jeu manque cruellement de fun. Tout au plus y jouera-t-on pour avoir le plaisir de réincarner certains de ses personnages favoris. Il est au final bien dommage que ceux-ci apparaissent dans un titre aussi décevant. Le pari était osé pour le petit studio français Dark Screen Games, qui a sans doute eu un trop gros appétit… Dommage, car il y avait réellement un potentiel. Merge Games semble d’ailleurs avoir bien compris que son jeu aurait du mal à se vendre puisque le titre est facturé une vingtaine d’euros seulement…

Conclusion

Si le concept avait de quoi séduire, Bounty Battle peine à convaincre, la faute à une réalisation très pauvre et une finition abominable. Ambitieux, le petit projet du studio français Dark Screen Games jouait dans la même cour qu’un Smash Bros, en proposant des affrontements à quatre dans une arène. L’objectif ici n’est pas tant de mettre K.O. un adversaire mais de le pousser hors du ring. Niveau casting, on retrouve une belle brochette de personnages emblématiques issus de diverses productions indépendantes comme Blasphemous, Owl Boy ou Guacamelee. Un casting de rêve qui se retrouve malheureusement piégé dans une production qui manque cruellement d’envergure. Tout dans Bounty Battle déçoit : de son gameplay mou et pauvre à sa réalisation minable en passant par ses nombreux ralentissements qui le rendent pratiquement injouable. Le plus triste dans tout ça, c’est que même un très gros patch n’en fera pas un bon jeu… 

Bounty Battle

2.2

Gameplay

2.5/10

Contenu

3.0/10

Graphismes

1.0/10

Bande son

4.0/10

Finition

0.5/10

Les + :

  • Un joli casting de personnages, issus de productions indépendantes
  • Le concept calqué sur Smash Bros

Les - :

  • Un gameplay qui manque de fun et de nervosité
  • Une réalisation très pauvre
  • Ce sentiment de jouer à un jeu flash dans un navigateur...
  • De vilains ralentissements
  • L'IA est médiocre