Etonnamment chargé, le mois de juillet 2020 aura été l’occasion de découvrir quelques jolies pépites, en ce compris plusieurs titres indépendants passés relativement inaperçus au moment de leur sortie sur PC quelques mois plus tôt.

Tannenberg (Xbox One, PS4, PC)

S’il était parvenu à se forger une solide fan-base, Verdun, le précédent jeu des développeurs de M2H était loin de faire l’unanimité, en grande partie de par son level-design qui favorisait les batailles dans des lieux très étriqués. Tannenberg troque les tranchées du front Ouest pour de vastes espaces sauvages. Beaucoup plus intense que son ancêtre, Tannenberg est le théâtre de multiples escarmouches. Le mode de jeu principal ne consiste d’ailleurs plus à faire avancer une ligne de front mais à prendre le contrôle de territoires jusqu’à vider le compteur de son ennemi. Avec ses cartes gigantesques au level-design inspiré, son gameplay très technique et son contenu généreux, le jeu de M2H parvient à faire mouche. Les développeurs du jeu sont parvenus à corriger tous les défauts de Verdun tout en se reposant sur les solides bases de leur premier jeu. Le résultat est l’un des meilleurs FPS multijoueurs de ces dernières années, une expérience de jeu intense, dépaysante aussi avec ses paysages de l’Est enneigés, et qui réserve un énorme potentiel sur la durée. Cerise sur le gâteau, le jeu n’est vendu que 19,99€… Lire notre test.

Superhot Mind Control Delete (Xbox One, PS4, PC)

En plus d’être gratuite – pour les propriétaires du premier volet -, cette suite de Superhot a le mérite de pousser plus loin encore le concept complètement barré du premier épisode en nous proposant cette fois de gérer l’effort sur une série de niveaux tout en découvrant de nouvelles armes, ennemis et environnements. S’il n’apporte finalement que des petites retouches au gameplay de l’original, Mind Control Delete peaufine davantage une recette qui était déjà très efficace. Eliminer des dizaines d’ennemis au ralenti en leur envoyant une brique à la figure n’a jamais été aussi fun. Jouant à fond la carte du “bigger, faster, stronger”, les développeurs polonais nous livre un nouveau shooter intense et terriblement fun, auquel il manque toutefois toujours une composante de scoring. Pas de doute toutefois : Mind Control Delete est l’une des bonnes surprises de cet été 2020! Lire notre test.

F1 2020 (Xbox One, PS4, PC)

F1 2020 est à coup sûr un des meilleurs épisodes que Codemasters nous ait livré jusqu’à présent. Les nouveautés introduites étaient extrêmement attendues par les fans, et ils ne seront pas déçus. Les courses en multijoueur local sont enfin possibles avec le split screen, mais manquent parfois en visibilité lorsque de nombreux concurrents sont présents à l’écran. Le mode Mon Écurie est quant à lui une vraie réussite. De nombreuses options de configuration sont possibles pour l’écurie, la livrée et les départements d’ingénierie. A ces deux arrivées s’ajoute le traditionnel mode Carrière, qui reste identique à l’ancien tout en proposant une meilleure introduction via la Formule 2. Niveau gameplay, le jeu reste identique à son grand frère, tout en apportant certaines petites nouveautés. On retiendra par exemple un accès bien plus facile à l’ERS. L’IA reste toujours aussi performante lorsqu’elle est à son meilleur niveau. En course, la rigueur est toujours de mise pour les pilotes en herbe. Les sensations de conduite sont également au rendez-vous. Le constat n’est toutefois pas parfait puisque techniquement, F1 2020 déçoit. Les temps de chargement pour accéder aux différentes courses paraissent interminables. Les graphismes sont clairement en deçà de ce qu’on attendait. Pour une fin de vie de console, on aurait pu s’attendre à des graphismes plus aboutis. Si la modélisation des pilotes et directeurs d’écurie est honorable, la modélisation en course nous laisse sur notre faim. Le jeu n’est certes pas laid, mais peut évidemment faire mieux, notamment sur PS4 Pro ou Xbox One X. Lire notre test.

#funtime (Xbox One, PS4, PC, Switch)

Marchant sur les traces d’un Geometry Wars, duquel il s’inspire assez ouvertement pour sa direction artistique, #funtime est une vraie bonne surprise et un excellent shoot them up, qui n’hésite pas à venir avec des idées innovantes comme son système de couleurs ou sa très jolie diversité de défis. C’est un, accessible et très coloré. Si vous aviez aimé Geometry Wars, le concept vous plaire à coup sûr, d’autant plus que techniquement, le jeu de One Guy Games frôle la perfection. Côté contenu, on retrouve pas moins de 54 défis et un mode Arcade offrant une très bonne rejouabilité avec son scoring et son système d’évolution du vaisseau. Certes, on pourra lui reprocher l’absence d’un mode multijoueur, qui aurait pu rendre l’expérience encore plus fun, mais à 14,99€, le jeu est suffisamment accessible pour se suffire à lui-même. Lire notre test.

Neversong (Xbox One, PS4, PC, Switch)

S’il manque un peu de substance et s’expédie en moins de 5 heures, Neversong n’en reste pas moins un jeu d’aventure en 2D brillant, qui s’inscrit dans la continuité d’un Limbo pour son univers cauchemardesque et la simplicité de son gameplay. Les thèmes abordés sont très sérieux. Les développeurs du jeu sont toutefois parvenus à les distiller à travers une histoire touchante, qui vous fera rencontrer des personnages aux personnalités bien trempées. Côté gameplay, le jeu manque un peu de subtilité et se révèle globalement trop facile, mais il compense ces défauts par une narration soignée et un réel sentiment de progression avec le déblocage de nouvelles aptitudes à chaque nouveau chapitre. Artistiquement, Neversong est une très belle réussite. Le jeu parvient à construire à univers très attachant. A 14,99€, on lui pardonnera volontiers ses petits défauts pour se concentrer sur ses grandes qualités. Une chose est sûre, le jeu vous fera passer une ou deux agréables soirées! Lire notre test.