La fonctionnalité « Face to Face » est en test dans 13 pays, dont la France.

La crise du coronavirus a eu un impact important sur les applications de rencontre. Le confinement et la distanciation sociale adoptés dans de nombreux pays ne permettaient pas en effet de faire de nouvelles rencontres. C’est pourquoi Tinder a dévoilé une nouvelle fonctionnalité pensée pour pallier le problème : les appels vidéo in-app. Les utilisateurs qui ont matché pourront ainsi discuter en “face à face” en toute sécurité.

Dans les faits, les utilisateurs pourront démarrer un appel vidéo seulement si les deux l’acceptent. L’écran de leur téléphone sera alors coupé en deux pour afficher les deux personnes. « Nous avons intentionnellement fait cet écran partagé, afin que vous sachiez exactement à quoi vous ressemblez sur le téléphone de l’autre personne, afin que vous vous sentiez un peu plus à l’aise », explique Bernadette Morgan, chef de produit senior au sein de l’équipe de confiance et de sécurité de Tinder. « Et puis aussi, nous espérons que cela favorise la conversation. En ayant une taille égale, vous pouvez voir l’autre personne [et] ils peuvent vous voir, donc j’espère que cela favorisera les conversations parce que les conversations sont à double sens », poursuit-elle.

La bonne foi des utilisateurs

Évidemment, quand on parle d’appels vidéo sur une application de rencontre, il est difficile de ne pas imaginer que cela donnera lieu à des abus. C’est pourquoi, avant de lancer un appel vidéo, les utilisateurs qui ont matché devront accepter de garder la discussion « PG », autrement dit aucune nudité ni contenu sexuel ne devra être affiché, aucune incitation à la violence, à des activités illégales ni aucun discours de haine ne devra être partagé durant l’appel vidéo.

Tinder n’indique pas clairement si un quelconque outil est mis en place pour s’assurer que les utilisateurs respectent ses règles, même si la société « explore de nombreuses approches technologiques différentes ». Il semblerait donc que l’application de rencontre se fie en partie à la bonne foi de ses utilisateurs. À la fin d’un appel vidéo, ces derniers pourront tout de même signaler si leur interlocuteur ou interlocutrice s’est mal comporté(e) et indiquer s’ils souhaitent que cette personne les recontacte ou non.

Actuellement en phase de test, la fonctionnalité n’est proposée que dans 13 pays et à un petit groupe de testeurs. Tinder souhaite d’abord voir si “Face to Face” fonctionne sur le plan technique et si les serveurs supportent les connexions avant de la proposer de manière plus globale à ses utilisateurs. Le succès de la fonctionnalité et les retours des utilisateurs devraient certainement avoir un impact sur son déploiement ou non.

En proposant une telle fonctionnalité, Tinder tente de garder ses utilisateurs sur son app. Avec le confinement et la popularisation des logiciels de visioconférences, les personnes qui matchaient devaient très certainement laisser l’app de rencontre de coté pour se retrouver sur Zoom, Skype ou WhatsApp. Tinder avait déjà indiqué que “Face to Face” était en développement depuis un certain temps, bien avant le confinement, mais ce dernier a évidemment accéléré le projet. Tinder n’est pas la seule app de rencontre à proposer la vidéo, Bumble le faisait déjà depuis un an.