Active dans la centralisation des offres de mobilité, Skipr souhaite se développer à l’international.

Un peu plus d’un an après le lancement de son application, la startup belge Skipr annonce une levée de fonds de 7 millions d’euros auprès de Lab Box, studio à startups du groupe D’Ieteren, et de la banque Belfius. Une levée de fonds qui intervient évidemment dans le but de développer l’application en Belgique, mais aussi à l’international.

L’application en question, Skipr (prononcez « Skipeur ») propose de planifier des itinéraires à prenant en compte l’ensemble des services de mobilités disponibles en Belgique. Les utilisateurs peuvent indiquer dans l’application les moyens de transport qu’ils souhaitent privilégier que ça soit sur base du coût, du temps ou de l’impact écologie des transports. Skipr prend autant en compte les trams, trains, bus que les solutions partagées telles que les trottinettes électriques et vélos, mais aussi les voitures partagées pour planifier un itinéraire.

Un développement en plusieurs points

Avec cette nouvelle levée de fonds, la startup suit l’objectif qu’elle s’était fixé fin 2018 en lançant son application. Elle va pouvoir développer son application en Belgique, mais surtout se lancer sur de nouveaux marchés. « Se développer à l’international a été un objectif dès le début. Il y a quelques mois, une nouvelle loi mobilité a été votée en France. L’adaptation de cette loi “LOM” a été comme un feu vert pour nous, pour nous lancer sur le marché français. On espère être opérationnel sur ce marché dès la rentrée 2020 », nous explique Mathieu de Lohem, CEO de Skipr.

La loi en question, LOM pour « loi d’orientation des mobilités », facilite et encourage le déploiement de nouvelles solutions pour permettre à tous de se déplacer, notamment aux salariés lors de leurs déplacements domicile-travail. Les employeurs peuvent fournir des tickets-mobilité à leurs employés.

Skipr souhaite justement devenir LA solution pour les entreprises qui souhaitent mettre en avant une mobilité alternative. « Ces derniers mois, les lois liées à la mobilité ont commencé à changer. Les entreprises ont besoin d’outils plus complets et plus complexes pour fournir une solution à leurs employés. C’est pourquoi on souhaite se tourner davantage vers le B2B [business to business] », nous a indiqué le CEO de Skipr.

Les entreprises pourront souscrire à un abonnement auprès de Skipr pour que leurs employés puissent utiliser l’ensemble des fonctionnalités de l’app. Ils pourront planifier un itinéraire, réserver des trottinettes électriques ou voitures partagées, mais aussi acheter un billet de train via puisque Skipr propose également une carte de paiement dédiée à la mobilité. Enfin, les entreprises pourront garder un œil sur la mobilité de leurs employés et gérer leur budget dédié.

Si Skipr s’apprête à s’envoler vers la France, la startup belge ne compte pas pour autant se désintéresser du marché belge. « La Belgique est un marché avec beaucoup de potentiel. C’est pourquoi on souhaite renforcer notre présence sur le territoire et développer notre produit sur ce marché », explique Mathieu de Lohem.

À noter que l’application reste disponible pour le grand public, même si la startup vise désormais davantage les entreprises.