Le nouveau service de streaming de Disney est officiellement lancé ce 12 novembre aux États-Unis, au Canada et aux Pays-Bas.

L’univers du streaming vidéo ne serait très certainement plus le même à partir de cette date. En effet, le mastodonte qu’est Disney débarque enfin sur le marché des services de streaming avec Disney+ et une chose est sûre, la firme aux grandes oreilles a de quoi effrayer les actuels Netflix, Amazon et Apple TV+.

Un catalogue impressionnant

En plus de compter sur ses productions propres, Disney peut également se reposer sur de grands noms de l’univers cinématographique tels que Marvel, Star Wars ou encore Pixar pour se faire une place de choix sur le marché des services de streaming.

Le catalogue de Disney + est particulièrement riche, et ce, dès son lancement. Ainsi, les premiers abonnés de la plateforme peuvent dès à présent profiter des classiques et des téléfilms de Disney (La Petite Sirène,Hercule, Les 101 Dalmatiens, etc.), mais aussi plusieurs dessins animés signés Pixar (Toy Story), de l’ensemble des films de la saga Star Wars, de nombreux longs-métrages des Studios Marvel (Black Panther, Captain Marvel, Avengers : Endgame, etc.), ainsi que les Simpson ou encore Malcom.

Les férus de documentaires seront également servis puisque Disney + compte également les programmes de Discovery Channel.

Mais Disney ne s’est pas limité aux anciennes productions. En effet, le lancement de Disney+ est également l’occasion pour la firme de dévoiler des contenus exclusifs, histoire de convaincre les indécis.

Ainsi, la plateforme accueille The Mandalorian, une série tirée de l’univers de Star Wars. De nombreuses autres séries inspirées de l’univers de Marvel sont également prévues au programme.

Enfin, le catalogue de base devrait s’enrichir au fil de semaines et des mois ce qui ne serait pas du luxe puisque les exclusivités au lancement de la plateforme sont tout de même très peu nombreuses.

Du contenu corrigé destiné à la famille

On notera également que la firme aux grandes oreilles n’a pas hésité à revoir ces anciens programmes pour coller à l’image qu’elle souhaite véhiculer avec Disney +, à savoir un service destiné à toute la famille.

Ainsi, certains programmes pourraient ne jamais voir le jour sur la plateforme, notamment Deadpool jugé vulgaire et violent. Mais Disney a également revu certains classiques et les a corrigés pour qu’ils soient en adéquation avec les valeurs actuelles de la société.

En effet, certains films ont été raccourcis afin de faire disparaître certaines scènes jugées racistes ou sexistes.

Une disponibilité tardive en Europe

À l’heure actuelle, seuls les États-Unis, le Canada et – étonnamment – les Pays-Bas profitent de Disney +. Un lancement limité contrairement à Apple TV + qui a été lancé dans plus d’une centaine de pays dès ses débuts, le 1er novembre dernier.

En prévision de son lancement officiel, Disney a dévoilé la date à laquelle son service de streaming arriverait plus largement en Europe. Ainsi, le 31 mars prochain, la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni pourront profiter de Disney +. Une liste de pays relativement courte à l’heure actuelle qui devrait tout de même s’allonger dans les semaines et mois à venir.

On peut donc espérer que Disney + arrive par chez nous au même moment.

Un prix compétitif

Et si son catalogue impressionnant ne suffisait pas, Disney mise sur un tarif abordable et compétitif. L’abonnement mensuel est affiché à 6,99 $ par mois et comptez 69 $ pour un abonnement d’un an. Un prix bien légèrement inférieur à l’offre économique de Netflix (8,99 $), mais supérieure à celle d’Apple (4,99$) par mois pour un catalogue assez pauvre.