La population bulgare a été victime d’un important piratage informatique. Une attaque qui visait les données personnelles de millions de Bulgares. L’auteur de ce piratage s’en est vanté auprès des médias locaux.

L’objectif de cet important piratage ne semble pas être l’argent puisqu’aucune rançon n’a été demandée aux victimes. Les intentions du pirate sont assez mystérieuses puisque celui-ci a partagé des liens de téléchargements des données volées avec la presse locale, comme le rapporte ZDNet.

L’attaque informatique visait l’Agence du revenu national (NRA), organe du ministère bulgare des Finances, c’est ainsi que le pirate a pu mettre la main sur des données personnelles de millions de Bulgares. La fuite contient à la fois les noms et prénoms de Bulgares, mais aussi leur numéro d’identification personnelle, leur adresse et revenu financiers.

Après enquête, la NRA a confirmé le piratage, ainsi que l’authenticité des informations partagées. Le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale de la sécurité nationale enquêtent également pour découvrir l’origine et l’auteur de l’attaque informatique.

Selon les médias locaux qui ont reçu une partie des données volées par le hacker, celui-ci a affirmé avoir mis la main sur les données personnelles de plus de cinq millions de Bulgares. Sachant que le pays en compte seulement 7 millions, c’est une partie importante de la population qui a vu ses informations personnelles volées et partagées.

Peu fier de son exploit, le hacker a déclaré aux médias locaux avoir réussi à pirater 110 bases de données de la NRA. Pour l’instant, le pirate informatique n’a partagé que 57 d’entre elles, mais affirme vouloir les publier entièrement dans les prochains jours.

La majorité des informations partagées datent de 2007, mais des données plus récentes ont également été découvertes dans les bases de données volées.

Lorsqu’il a contacté les différents médias locaux, le pirate informatique a fait référence au fondateur de Wikileaks, Julian Assange, en reprenant – plus ou moins – l’une de ses citations ; « votre gouvernement est stupide. Votre cybersécurité est une parodie ».