Mauvaise nouvelle pour de nombreux internautes adeptes des adblockers et du navigateur Internet de Google. La firme de Mountain View vient d’annoncer qu’elle allait réserver les extensions bloquant les publicités aux professionnels.

Depuis de nombreuses années, les adblockers sont devenus des incontournables pour surfer tranquillement sur la toile. Ces extensions ont le don de réduire drastiquement les contenus promotionnels sur Internet. Malheureusement, certains internautes vont bientôt devoir faire une croix dessus. La prochaine mise à jour des API (Application Programming Interface) de Chrome ne permettra plus aux extensions antipubs de fonctionner.

Évoquée en janvier dernier, cette mise à jour devrait être appliquée dans quelques mois. Avec elle, les adblockers ne seront plus autorisés à filtrer eux-mêmes le contenu des pages Internet.

Google va restreindre les extensions tierces de son navigateur Internet, mais appliquera tout de même un bloqueur de publicité maison. D’un point de vue technique, le géant du web va remplacer son API webRequest par une API declarativeNetRequest. Cette dernière existe déjà en réalité et elle se différencie beaucoup des adblockers actuels puisqu’elle bloque beaucoup moins de contenu.

L’API declarativeNetRequest permettra à Chrome de décider si oui ou non un contenu doit être bloqué en fonction de règles. Or, les restrictions appliquées sont beaucoup moins nombreuses qu’avec un adblocker tiers.

Google justifie ce changement par le fait que les adblockers ont tendance à ralentir les performances de Chrome « actuellement, avec l’autorisation webRequest, une extension peut retarder une demande pendant un laps de temps arbitraire, car Chrome doit attendre le résultat de l’extension pour pouvoir continuer à traiter la demande ».

La firme de Mountain View n’a pas encore précisé quand elle allait déployer son Manifest V3 et son nouvel API, mais on sait cependant que Chrome ne réservera pas le même traitement aux professionnels. En effet, les utilisateurs de la version payante de Chrome pourront toujours utiliser les extensions bloqueuses de publicité.

Une stratégie étonnante de la part de Google. Empêcher les utilisateurs lambdas à utiliser des adblockers pourrait les pousser à utiliser un navigateur Internet différent (Firefox, Ecosia, Edge).

La décision de Google concernera également les bloqueurs d’autres types de contenus tels que les extensions de contrôle parental et filtres pour les sites malveillants.