Ils sont l’ennemi de bien des sites dont les revenus reposent sur les annonces publicitaires mais ce sont aussi le meilleur allié des internautes qui n’en peuvent plus de la publicité intempestive : les bloqueurs de publicités n’en ont probablement plus pour longtemps à vivre sur Chrome.

Google vient d’annoncer une décision qui risque de ne pas plaire aux développeurs d’outils de blocage publicitaires. Le géant du web tente de leur mettre des bâtons dans les roues en modifiant son navigateur de manière à limiter les interactions des extensions avec les sites.

Alors que les extensions utilisent actuellement WebRequest pour bloquer la publicité, Google envisage de remplacer l’outil par une nouvelle API dont les capacités sont nettement plus limitées.

Sous couvert d’amélioration de la sécurité et de la confidentialité des utilisateurs de Chrome, Google entendrait plutôt rendre les bloqueurs complètement inefficaces.

Pas étonnant puisque le navigateur est de loin le plus utilisé par les internautes et qu’Alphabet tire la majeure partie de ses revenus de la publicité, ce qui implique que les annonces soient vues et non masquées par les ad-blockers.

Leurs éditeurs ont rapidement élevé leur voix, craignant que Google ne fasse régner sa loi en matière d’annonces. Jeremy Tillman, directeur des produits chez Ghostery, une firme qui développe l’un de ces outils de blocage, a déclaré à Bloomberg : “Que Google le fasse pour protéger ses activités publicitaires ou simplement pour imposer ses propres règles à tout le monde, ce ne serait rien de moins qu’un autre cas d’abus de sa position dominante sur le marché“.

Pour l’instant, aucune décision n’a encore été prise au sujet de la nouvelle API, Google assure étudier la question avec les développeurs afin de maintenir ses propriétés fondamentales.