À l’occasion de la célébration de l’anniversaire des 15 ans du département d’ingénierie de Facebook, nous avons pu rencontrer Kevin Madsen, un compatriote ingénieur qui s’épanouie dans l’entreprise de Mark Zuckerberg depuis 4 ans déjà. 

À l’occasion de cet anniversaire, Facebook a invité un certain nombre de journalistes à venir fêter l’événement dans ses locaux londoniens. Une petite réception durant laquelle les différentes équipes d’ingénieurs ont pu présenter leur travail et vendre les mérites de l’entreprise de Mark Zuckerberg. Entre intelligence artificielle, organisation des publicités et les logiciels de sécurité, on ne savait plus où donner de la tête. 

Double Authentification made in Belgium

Parmi les ingénieurs présents, on a pu discuter avec Kevin Madsen, ingénieur en software et leader technique dans la gestion des comptes originaire d’Anvers.

Le Belge a rejoint Facebook il y a 4 ans après avoir fait un stage au sein de la boite de Mark Zuckerberg dans le cadre de ses études d’informatique. Intégré à l’équipe de community integrity, il travaille notamment dans la prévention contre la compromission des comptes et plus précisément sur l’outil d’authentification à double facteur.

« Durant un an et demi, avec l’équipe, nous avons cherché à repenser le système de double authentification. On s’est rendu compte que peu de monde l’utilisait, d’une part, parce qu’ils ne connaissaient pas l’outil, d’autre part, parce que l’ancienne version était trop compliquée. Nous avons donc travaillé à rendre la double authentification plus simple et nous avons intégré des nouvelles méthodes d’authentification pour renforcer la sécurité. La nouvelle version est accessible depuis mai 2018 et les utilisateurs peuvent désormais sécuriser leur compte via un SMS, une seconde application ou une clé à 6 chiffres », explique Kevin Madsen.

Si le Belge semble très heureux de travailler chez Facebook, il n’en reste pas moins conscient des affres auxquels l’entreprise a dû faire face : « on ne peut pas nier les problèmes qu’a rencontrés Facebook. Des scandales qui ont entaché son image ainsi que notre travail. Derrière la mauvaise image de Facebook, il y a un très grand nombre de personnes qui travaillent au quotidien pour développer un espace social sûr et convivial. C’est d’ailleurs pour ça qu’on a tenté d’améliorer l’authentification à double facteur ».

Pour rappel, la double authentification est une méthode d’identification qui permet de vérifier son identité en deux étapes. La première est celle que nous utilisons traditionnellement, il suffit d’introduire son nom d’utilisateur et son mot de passe. Ensuite, la seconde étape entre en jeu. Celle-ci fait appel à une deuxième authentification qui implique l’introduction d’un second mot de passe, d’un code reçu par SMS ou l’utilisation d’une application tierce. Il suffit d’introduire ce nouveau mot de passe pour valider son identification. 

Comme l’indique Kevin Madsen, cette méthode est beaucoup plus sûre qu’une identification traditionnelle puisqu’il faut arriver à craquer deux mots de passe plutôt qu’un. Si une personne détient le premier mot de passe, il faudra qu’elle arrive à mettre la main sur le smartphone lié au compte pour lire et rentrer le code reçu par SMS ou autre. Une contrainte qui limite les potentiels piratages d’un compte par un inconnu. Consultez notre tutoriel pour activer la méthode sur votre compte

Happy Birthday Facebook Engineering

S’il a été très intéressant de découvrir les différentes équipes qui travaillent sur la plateforme Facebook et les autres réseaux sociaux acquis par l’entreprise de Mark Zuckerberg (Instagram, WhatsApp), les sujets n’étaient pas forcément des plus accessibles pour le commun des mortels dont nous faisons partie. 

De belles présentations qui permettent de découvrir l’envers du décor de Facebook. Le réseau social ne serait donc pas qu’une plateforme réservée à enregistrer et analyser à des fins commerciales et publicitaires les données personnelles de ses utilisateurs ? Il semblerait que non. En tout cas, les ingénieurs de Facebook semblent être des êtres humains comme les autres. Comme nous, ils ont parfois du mal avec des présentations PowerPoint et Keynote, la version Apple. 

Dans ses locaux d’ingénierie de Londres – l’entreprise dispose d’un autre bâtiment centré sur le marketing et la communication -, ce sont plus de 1000 ingénieurs, chercheurs, designers qui se partagent les 7 étages du bâtiment conçu par l’architecte Frank Gehry. Exploitant l’image de l’entreprise jeune et cool, les différents employés peuvent venir se changer les idées en jouant au ping-pong, à la console, faire de la musique ou venir se rassasier dans les différentes cuisines avec des snacks et autres douceurs. Le tout dans un environnement très jovial, voire presque festif avec des néons, des plantes grimpantes sur les murs, des tableaux et fresques ainsi qu’un immense « The Facebook Wall » des plus bels effets. On envierait presque d’y travailler.