Riche en sorties, le mois de février aura été l’occasion de découvrir quelques petites pépites. Si les grosses productions ont la cote, les jeux indépendants ne sont pas en reste. Hyper Jam, Salt & Sanctuary ou encore Wargroove auraient tout aussi bien mérités de figurer dans ce classement.

Metro Exodus (Xbox One, PS4, PC)

Attendu au tournant par les fans des deux premiers volets, ce troisième épisode de la franchise du studio ukrainien 4A Games ne déçoit pas. Visuellement, il s’agit de l’un des titres les plus impressionnants de cette génération – qui se savourera de préférence sur PC, Xbox One X et PS4 Pro. Beaucoup plus ambitieux que ses deux prédécesseurs, Metro Exodus propose un univers qui est également beaucoup plus riche, avec de vastes zones ouvertes à explorer, des tas de missions secondaires et des environnements plus variés. Le jeu du studio ukrainien mélange brillamment les genres. Il parvient à tirer le meilleur de différents univers en mixant horreur, aventure, séquences de shoot intenses et infiltration. Incontestablement, l’un des meilleurs prétendants au titre très convoité du “jeu de l’année”. Lire notre test complet.

BlazBlue Central Fiction (Switch, PS4, PC)

Les amateurs de jeux de baston en 2D sont décidément gâtés sur Switch. Après l’excellent Garou Mark of the Wolves, la console de Nintendo accueille un autre monument du jeu de combat avec le quatrième et dernier volet de la série des BlazBlue. Généreux en contenu, ce portage sur la console de Nintendo impressionne par sa fluidité, la diversité de ses modes de jeu et sa technique irréprochable. Les acheteurs en auront largement pour leur argent avec la cinquantaine d’arènes proposées, le copieux mode solo, les 36 personnages jouables et le mode multijoueur en local et en ligne. Il faudra en revanche de préférence y jouer à la manette ou au stick arcade pour en tirer le meilleur parti, la prise en main en mode nomade n’étant pas des plus ergonomiques… Lire notre test complet.

Trials Rising (Xbox One, PS4, PC, Switch)

S’il ne réinvente pas la roue, ce nouveau volet de la franchise est d’une efficacité redoutable. Sa réalisation solide, son contenu très riche et son gameplay jouissif en font un titre incontournable. La recette n’a toutefois pas évolué d’un iota. Non, ce Trials Rising n’introduit rien de vraiment neuf, mais RedLynx et Ubisoft Kiev nous rendent une copie proche de la perfection. Le gameplay très simple de Trials Rising en fait un titre très accessible qui ne se laissera toutefois pas dompter si facilement avec ses niveaux qui regorgent de pièges et de difficultés à surmonter pour décrocher la médaille d’or. Si on lui reprochera son manque d’originalité, ce nouveau volet propose une expérience de jeu très divertissante sur fond de tour du monde. On notera toutefois qu’il faudra tout de même débourser près de 40€ pour faire l’acquisition du jeu et de ses contenus additionnels – une note plutôt salée pour un titre certes très abouti mais qui n’en reste pas moins une petite production. Lire notre test complet.

Apex Legends (Xbox One, PS4, PC)

Aux antipodes d’un Fortnite, Apex Legends est un battle royale d’une grande technicité qui séduira les amateurs de FPS par son univers atypique, son gameplay nerveux et ses mécanismes de jeu bien huilés. Respawn Entertainement s’est concentré sur l’essentiel et nous livre un FPS exigeant, qui se joue pour l’instant exclusivement en équipe de trois et montre son véritable potentiel avec des amis. Visuellement très impressionnant pour un free-to-play, Apex Legends ne se contente pas de copier une recette qui a fait ses preuves. Les développeurs du jeu sont parvenus à introduire de nombreuses petites nouveautés qui permettent à leur jeu d’avoir sa propre identité. Le titre de Respawn s’adresse également à un public plus mature que Fortnite. Ici, pas de pleurnicheries, de danses ni de constructions. Apex Legends est un avant tout un FPS, un vrai, un titre exigeant qui n’a pas été pensé pour des personnes qui n’ont jamais touché à un pad ou à un clavier. Lire notre test complet.

Dirt Rally 2.0 (Xbox One, PS4, PC)

S’il frôle la perfection pour les passionnés de rallye, et se montre beaucoup plus accessible que son ainé, Dirt Rally 2.0 souffre malheureusement de quelques défauts qui l’empêchent de décrocher une note suprême. A commencer par son contenu un peu léger à la sortie, qui sera compensé par un season pass. Il aurait été de bon ton de proposer davantage de tracés dès la sortie plutôt que de forcer la main aux joueurs. Avec 6 rallyes seulement, Dirt Rally 2.0 se montre rapidement répétitif. A cela s’ajoute la déception du copilote et sa voix dépressive. Nerveux, beaucoup plus “simu” que les épisodes Dirt ou qu’un WRC, beau et surtout terriblement efficace, Dirt Rally 2.0 est incontestablement l’un des meilleurs titres du genre – à condition d’être prêts à dépenser plusieurs dizaines d’euros pour acquérir du contenu supplémentaire. Une fois la première saison bouclée, Codemasters prévoit en effet de rajouter un second season pass qui viendra gonfler davantage encore le contenu du jeu… Lire notre test complet.