Les compétitions d’e-sport prennent de plus en plus d’ampleur, devenant des rendez-vous incontournables pour les amateurs et joueurs de jeux vidéo. Des tournois avec des prix importants pouvant aller jusqu’à 100 millions de dollars. Mais, au final, comment devient-on joueur professionnel ? 

Parmi les joueurs belges, on peut citer Michaël Looze, alias Maverick. À seulement 23 ans, cet adepte du jeu de cartes à collectionner Hearthstone a fait le pari de devenir joueur d’e-sport professionnel il y a deux ans. Un pari gagnant puisqu’aujourd’hui, le jeune homme fait partie de l’équipe professionnelle française Arma Team, avec qui il anime une émission consacrée au jeu, TV Hearthstone.

Un coup de poker gagnant

Une success-story qui a débuté il y a 4 ans, peu de temps après la sortie du jeu. Michaël découvre Hearthstone grâce à son frère et se prend de passion pour cet univers médiéval fantastique. À force d’entrainement et de succès, ses camarades de jeu le poussent à se lancer dans la compétition. « Je venais d’entamer mes études d’ingénieur à l’Université de Liège quand j’ai décidé de prendre une année sabbatique afin de m’y mettre vraiment à fond et de voir ce que cela pourrait donner ». Un choix ambitieux, mais qui lui a laissé tout le temps de s’entrainer pour être sélectionné à l’une des plus grandes compétitions d’Europe sur Hearthstone.

Durant cette pause universitaire, Maverick a réussi à se démarquer des autres joueurs et a fait des rencontres cruciales pour la suite de son aventure. Après un rapide retour sur les bancs de l’université, le jeune homme décide de tout lâcher et de déménager à Paris, pour rejoindre ses coéquipiers de longue date. Un tournant décisif qu’il n’a pas pris à la légère « je me suis bien renseigné avant de sauter le pas. J’ai négocié un contrat attractif pour pouvoir m’établir à Paris. Officiellement, j’ai deux contrats : un CDD en tant qu’e-player et un CDI en tant qu’animateur de la chaine TV Hearthstone. Avec ces deux contrats, mon salaire se chiffre à 2.200 euros par mois ». Un salaire confortable pour le jeune homme auquel s’ajoutent les “cashprize”, les prix qu’il remporte lors des compétitions. « L’année dernière, j’ai gagné 14.000 euros grâce aux tournois. Des gains importants, c’est vrai, mais si je n’avais pas mon salaire mensuel, cela aurait été compliqué » avoue-t-il.

Un choix de carrière chronophage

Mais pour mériter ce salaire, Maverick sacrifie énormément de son temps : « l’animation de l’émission me prend environ 35 heures/semaine. On fait des parties en live, on découvre les nouvelles cartes, on donne des conseils, ce genre de choses. À cela on rajoute les réunions pour améliorer les émissions, puis les entrainements pour les compétitions 25 heures/semaine. Suivant les évènements, cela peut être beaucoup plus ». Cette implication n’est rendue possible que par sa passion pour le jeu Hearthstone « comme toute chose et toute passion, il m’arrive d’être lassé par le jeu, mais cela est rare. Étant donné que c’est aussi mon métier, je me dois d’être professionnel donc, même si parfois le jeu me lasse, je suis obligé de continuer ce que je fais. Et puis, la passion revient rapidement ».

Avec ses horaires et cette passion, pas le temps de jouer à d’autres titres « avant cette aventure, je n’étais pas un grand consommateur de jeux vidéo. Et aujourd’hui, quand j’ai du temps libre, je préfère le passer avec ma copine ou en dehors des jeux vidéo ».

Devenir joueur d’e-sport, le bon plan ?

Bien qu’il réussisse plutôt bien sa vie, l’e-player est conscient de la chance qu’il a eu « je suis arrivée au bon moment. L’e-sport n’était pas encore très développé ni médiatisé quand je m’y suis lancé, donc j’étais au bon endroit au bon moment ». Une bonne fortune qui ne l’empêche par de son montrer prudent quant à ce choix de carrière « je connais beaucoup de personnes qui veulent se lancer dans l’aventure, mais cela peut ne pas fonctionner. Tout lâcher sans plan de secours n’est pas la meilleure idée. Il y a beaucoup de prétendants et peu de sélectionnés. Mon conseil est de commencer en tant que semi-professionnel, à mi-temps, et de garder une sécurité sur le côté ».

Autre conseil pour réussir dans l’e-sport pour Maverick : savoir se démarquer. « Le talent est une chose, mais il faut aussi arriver à faire la différence avec les autres joueurs très talentueux, que ça soit par sa personnalité, sa manière de jouer, des vidéos YouTube ou toute autre chose qui permet de tirer son épingle du jeu », explique-t-il, « c’est comme ça qu’on se fait remarquer par un sponsor ou une équipe ». Michaël Looze rappelle également l’importance de s’entrainer et de se tenir informé des dernières nouveautés sur le jeu auquel on joue. Il conclut également sur l’importance que la passion a dans ce choix de carrière. C’est grâce à elle que les difficultés pourront être surpassées.

 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.