Le vol des données d’utilisateurs est un dossier malheureusement courant, mettant à jour des informations personnelles qui peuvent parfois être sensibles. Mais il arrive aussi que la vente de ces mêmes données se fasse en toute légalité.

Lorsqu’on s’inscrit sur un site ou une application, on accepte les conditions d’utilisations sans vraiment penser à ce que cela implique. Une étape rapidement expédiée, mais qui pourrait avoir des conséquences fâcheuses. En effet, à travers ses textes, on apprend la manière dont les sites et applications vont traiter les informations renseignées, avec des finalités que l’on peut qualifier de malhonnêtes, mais qui n’en sont pas moins légales.

Les applications de rencontre telles que Tinder collectent un nombre important de données très personnelles. De par la nature de ce genre de sites et applications, ce sont des informations concernant l’orientation sexuelle d’un utilisateur, mais aussi ses photos, ses centres d’intérêts, position géographique et autre dont il est question. Certains sites se montrent d’ailleurs très intrusifs pour trouver « l’âme sœur » et donc, ce sont des informations encore plus intimes qui sont récoltées.

Une enquête de l’ONG Tactical Tech a permis de lever le voile sur la manière dont ces sites de rencontres traitaient des données des utilisateurs. Ces informations sont mises en vente libre sur des sites de Data Brokers, courtier en données, ouverts à tous et à des prix abordables.

Une chercheuse a d’ailleurs mis à la main sur les données de plusieurs millions d’utilisateurs de Tinder, OkCupid, Match.com et Plenty of Fish pour seulement 153 dollars. Parmi ses données achetables, on retrouve effectivement l’orientation sexuelle, les noms d’utilisateurs, adresse mail, mais aussi le genre, les intérêts, caractéristiques physiques et des millions de photos.

Le tout étant parfaitement légal tout simplement parce que les utilisateurs, en acceptant les conditions d’utilisations des sites, ont donné leur accord à ces sites pour vendre leurs données comme bon leur semble.

Il est important de se rendre compte que ce genre de données est des informations importantes pour les traders, que cela représente de l’argent, mais aussi pour des pirates qui pourraient remonter la source des données et faire chanter les utilisateurs. Les applications gratuites reposent énormément sur ce genre de procédé. Les utilisateurs peuvent profiter de leurs services, mais celles-ci revendent alors leurs données pour engranger des revenus.

Lire les conditions d’utilisation est donc une étape cruciale, bien qu’ennuyeuse, afin de connaitre exactement la manière dont ces sites gèrent les données renseignées. À chacun, après, de savoir s’il est d’accord avec cela.